Corrigé Sujet Zéro Mathématiques et Physique Chimie SVT - Brevet des Collèges

Corrigé Sujet Zéro Mathématiques et Physique Chimie SVT - Brevet des Collèges

Découvrez le corrigé du sujet zéro de Mathématiques et Physique Chimie SVT. C'est la dernière combinaison possible pour cette épreuve de Maths et Sciences et Technologie.

Dans cette épreuve, les mathématiques sont évaluées grâce à 7 exercices faisant appel à tout le programme. La Physique Chimie consiste en un exercice avec plusieurs questions sur un sujet vu en cours. C'est la même chose pour les SVT.

Téléchargez ci-dessous le corrigé du sujet zéro de l'épreuve de Maths et Physique Chimie SVT.

Corrigé Sujet Zéro Mathématiques et Physique Chimie SVT - Brevet des Collèges

Le contenu du document


 

Correction DNB Sujet Zéro Mathématiques

 

Exercice 1

1. On appelle N le nombre de jetons verts contenu dans le sac et V l’événement « le jeton tiré est vert »

On sait que p(V) = 0,5.

exercice 1 question 1

En utilisant les produits en croix, on obtient alors N = 0,5 × (8 + N)

Soit N = 0,5 × 8 + 0,5 × N d’où N = 4 + 0,5N

On soustrait 0,5N aux deux membres de l’équation. On obtient alors l’équation suivante : N – 0,5N = 4 ou encore 0,5 N = 4

On divise les deux membres de l’équation par 0,5 et obtient :

exercice 1 question 1 (2)

L’affirmation est donc fausse.

exercice 1 question 1 autre méthode

 

2. 1,5 To = 1 500 Mo.

Si chaque dossier pèse 60 Go alors le nombre de dossiers est égal à 1 500/60 = 25.

L’affirmation est donc vraie.

Autre méthode : 25 dossiers de 60 Go chacun occupe 25 × 60 = 1 500 Mo = 1,5 To

 

3. Le triangle ABC est isocèle en A. Par conséquent l'angle BCA = l'angle CBA = 43°.

La somme des angles d’un triangle est égale à 180°.

Donc l'angle BAC = 180 – 2 × 43 = 94°.

Les angles BAC et EAC sont supplémentaires. 

Cela signifie donc que l'angle EAC = 180 – 94 =  86°.

L’affirmation est donc fausse.

 

4. On appelle V le volume du verre totalement rempli.

Le volume V’ obtenu en divisant la hauteur du liquide par 2.

Ce deuxième cône est une réduction du premier de rapport 1/2.

Par conséquent 

exercice 1 question 4

 

L’affirmation est donc fausse.

 

Exercice 2

Faisons un schéma de la situation :

schéma exercice 2

 

1. Le quart du marnage est donc atteint à la fin de la 2ème heure soit au bout de 3h.

 

2. Le tiers du marnage est atteint au bout du premier tiers de la 3ème heure.

Or un tiers d’heure correspond à 20 min.

Le tiers du marnage est donc atteint au bout de 2h 20min.

 

Exercice 3

On appelle S la somme touchée par le premier cycliste.

Le deuxième touchera donc S – 70.

Le troisième touchera (S – 70) – 80 = S – 150.

On sait que S + (S – 70) + (S – 150) = 320 soit 3S – 220 = 320

Par conséquent, en ajoutant 220 au deux membres de l’équation, on obtient 3S = 540

Soit, en divisant les deux membres par 3, S= 540/3 = 180

 

Le premier coureur touchera donc 180 euros, le deuxième coureur recevra 110 euros et le troisième 30 euros.

 

Exercice 4

Si on applique le programme B on obtient la figure ci-dessous   

exercice 4 question 1

 

1. Chaque motif mesure 40 unités de long et on avance de 55 unités après avoir dessiner le coin inférieur gauche.

L’espace entre deux motifs successifs est donc de 55 – 40 = 15 unités.

 

Voici un programme qu’on peut utiliser :

exercice 4 question 3

 

Exercice 5

Le point K appartient au segment [QC]. 

On sait de plus que QC = 0,7m et CK = 0,61m.

Par conséquent QK = 0,7 – 0,61 = 0,09m.

Ainsi QK/QP = 0,09/5 = 0,018. Ce nombre est bien compris entre 0,015 et 0,02.

Les feux de croisement de la voiture sont bien réglés.

 

On veut calculer la longueur AS. Pour cela, on va tout d’abord calculer la longueur CS.

Dans le triangle APS on a :

 - les droites (KC) et (PA) sont parallèles

 - le point K appartient à [SP] et le point C appartient à [SA]

D’après le théorème de Thalès, on obtient :

exercice 5 question 2

 

En faisant les produits en croix, on trouve 0,7SC = 0,61(SC + 5)

Soit 0,7SC = 0,61SC + 3,05

On soustrait 0,61SC aux deux membres de l’équation et on obtient :

0,09SC = 3,05

D’où SC = 3,05/0,09 ≈ 33,89m

La voiture peut donc éclairer un obstacle qui se trouve jusqu’à 38,89m devant elle.

 

Exercice 6

1. 240 = 10 × 24 et 360 = 10 × 36.

10 est un diviseur de 240 et 360 ; on peut donc utiliser des carreaux de 10 cm de côté.

 

240 = 14 × 17 + 2.

14 n’est pas un diviseur de 240 ; on ne peut donc pas utiliser des carreaux de 14 cm de côté.

 

240 = 18 × 13 + 6

18 n’est pas un diviseur de 240 ; on ne peut donc pas utiliser des carreaux de 18 cm de côté.

 

2. Nous allons effectuer les divisions euclidiennes de 240 et 360 par tous les nombres entiers compris entre 10 et 20.

- On sait déjà que 10 divise 240 et 360.

- 240 = 11 × 21 + 9.

11 n’est pas un diviseur de 240 ; on ne peut donc pas utiliser des carreaux de 11 cm de côté.

- 240 = 12 × 20 et 360 = 12 × 30.

12 est un diviseur de 240 et 360 ; on peut donc utiliser des carreaux de 12 cm de côté.

- 240 = 13 × 18 + 6.

13 n’est pas un diviseur de 240 ; on ne peut donc pas utiliser des carreaux de 13 cm de côté.

- On sait déjà que 14 ne divise pas 240

- 240 = 15 × 16 et 360 = 15 × 24

15 est un diviseur de 240 et 360 ; on peut donc utiliser des carreaux de 15 cm de côté.

- 240 = 16 × 15 et 360 = 16 × 22 + 8.

16 n’est pas un diviseur de 360 ; on ne peut donc pas utiliser des carreaux de 16 cm de côté.

- 240 = 17 × 14 + 2.

17 n’est pas un diviseur de 240 ; on ne peut donc pas utiliser des carreaux de 17 cm de côté.

- On sait déjà que 18 ne divise pas 240.

- 240 = 19 × 12 + 12.

19 n’est pas un diviseur de 240 ; on ne peut donc pas utiliser des carreaux de 19 cm de côté.

- 240 = 20 × 12 et 360 = 20 × 18.

20 est un diviseur de 240 et 360 ; on peut donc utiliser des carreaux de 20 cm de côté.

 

Finalement, on peut utiliser les tailles suivantes : 10cm, 12cm, 15cm et 20cm

 

3. On sait que 240 = 15 × 16 et 360 = 15 × 24

La largeur mesurant 240 cm on utilise donc 16 carreaux.

Pour couvrir l’autre rangée mesurant 240 cm on utilise également 16 carreaux.

Les 4 coins du panneau sont donc couverts par des carreaux bleus.

Il nous reste à couvrir 360 – 2 × 15 = 330 cm sur la longueur.

Or 330 = 15 × 22.

On utilise donc, au total 2 × (16 + 22) = 76 carreaux pour carreler le pourtour du panneau.

 

Exercice 7

1. 1h = 60 × 60 = 3 600s et 1 km = 1 000 m

Par conséquent 36 km/h = 36 x 1 000/3 600 = 10 m/s.

2. a. La courbe n’est pas une droite passant par l’origine du repère. La distance de freinage n’est donc pas proportionnelle à la vitesse du véhicule.

exercice 7 question 2b

 

exercice 7 question 2c

 

3. a. Si v = 10 m/s alors d = 0,14 × 10^2 = 14 m.

On retrouve bien le résultat de la question 2b.

 

b. Si d = 35 m

Cela signifie alors que 35 = 0,14 v^2 Soit v^2 = 35/0,14.

Donc v^2 = 250.

Puisque v > 0, cela signifie que v = √250 ≈ 15,8 m/s.

Le conducteur roulait donc à 15,8 m/s soit environ 57 km/h.

Corrigé DNB zéro Physique chimie 2017

Les candidats doivent composer, pour cette partie II.1. « Physique Chimie », sur une copie distincte.
La sécurité du freinage en voiture
Distance d’arrêt et distance de sécurité d’un véhicule
1) Distance d’arrêt :
Afin de déterminer les valeurs de la distance de réaction Dr et la distance de freinage Df, il faudrait se rapporter sur le tableau fourni dans l’exercice, dans la colonne représentant une vitesse de 30 Km/h (comme montré ci-dessous) :
tableau vitesse
Ainsi, à une vitesse de 30 Km/h :
- La distance de réaction Dr est : Dr = 8 m
- La distance de freinage Df est : Df = 6 m
D’après l’énoncé, la distance d’arrêt Da est la distance parcourue par le véhicule entre le moment où le conducteur aperçoit un obstacle et l’arrêt du véhicule.
Donc : Da = Dr + Df = 8 + 6 = 14 m.
Une telle valeur est comparable à un bâtiment de 4-5 étages ou un arbre.
On pourrait aussi la comparer à une distance d’arrêt pour une autre vitesse. On choisira par exemple la vitesse de 90 Km/h.
D’après le tableau ci-dessus, pour une vitesse de 90 km/h, la distance d’arrêt est :
Da = Dr + Df = 25 + 50 = 75 m.
Ainsi, on déduit que, plus la vitesse est élevée plus la distance d’arrêt est augmentée.
Elle est plus de 5 fois plus élevée pour une vitesse de 90 Km/h par rapport à 30 Km/h.
2) Energie cinétique :
L’expression de l’énergie cinétique (Ec) est donnée par :
energie cinétique
Avec, Ec est l’énergie cinétique en Joules (J), m est la masse de l’objet en Kg et V est sa vitesse en m/s
Calcul de l’énergie cinétique d’un véhicule de masse = 1000 Kg et roulant à 50 Km/h :
Dans l’expression de l’énergie cinétique, la vitesse doit être en m/s et donc, la vitesse de 50 Km/h devrait être convertie en m/s.
Dans le Tableau fourni dans l’exercice les vitesses sont données en Km/h et en m/s. on déduit que 50 Km/h = 14 m/s.
Donc :
energie cinétique calcul
Lors du freinage, la vitesse du véhicule diminue et donc son énergie cinétique diminue aussi. Une fois le véhicule est arrêté, l’énergie cinétique devient nulle.
Cette diminution d’énergie cinétique lors de la phase de freinage est perdue (dissipée) sous forme d’énergie thermique (chaleur) au niveau des freins. C’est une forme de conversion d’énergie d’une énergie cinétique vers une énergie thermique.
3) Code de la route et distance de sécurité :
En se basant sur le schéma fourni dans cette partie (voir ci-dessous), la distance entre le début et la fin de deux traits blancs successifs est : 38 + 14 + 38 = 90 m.
schéma route
D’après l’encadré bleu de l’énoncé (voir ci-dessous), la distance de sécurité est définie comme la distance parcourue par le véhicule pendant une durée d'au moins deux secondes.
code de la route
Calculons cette distance de sécurité (D) pour un véhicule roulant à 130 Km/h sur autoroute et par temps sec :
On sait que : Distance (m) = vitesse (m/s) * temps (s)
D’après le tableau : 130 Km/h = 36 m/s
Donc, la distance de sécurité est : D = 36 * 2 = 72 m
La distance de sécurité de 72 m (distance parcourue par la voiture pendant 2 secondes) est inférieure à la distance de 90 m entre le début et la fin de deux traits blancs successifs. Et donc, en laissant 2 traits blancs entre deux véhicules, la distance de sécurité est suffisante.

Corrigé DNB zéro SVT 2017

30 min – 25 points
Les candidats doivent composer, pour cette partie II.2. « Sciences de la vie et de la Terre », sur une copie distincte.
Le comportement de l’automobiliste lors du freinage 
Après avoir compris les distances d’arrêt et de sécurité d’un véhicule, on s’intéresse maintenant au comportement de l’automobiliste lors du freinage, en comparant celui-ci sans ou avec consommation d’alcool.
1) La durée de réaction du conducteur, entre le moment où il voit l’obstacle et le moment où il freine, correspond au temps de prise de décision et de transmission des informations motrices jusqu’aux muscles des membres inférieurs qui appuient sur la pédale de frein.
Question : à l’aide de ces informations, compléter le schéma fonctionnel ci-dessous de la commande volontaire du freinage chez un automobiliste.
schema fonctionnel corrigé
2) Lors d’une expérimentation, on mesure la distance de réaction et la distance de freinage d’une voiture lancée à 50 km/h, conduite par un individu à jeun ou par un individu alcoolisé. Les résultats de ces mesures sont donnés dans le tableau suivant
tableau corrigé
Question : déduire de ces résultats l’effet de l’alcool sur le freinage.
La distance totale parcourue pour s’arrêter est la somme de la distance de réaction DR + la distance de freinage DF.
Or, la valeur de DF reste constante. Elle est de 16m.
L’alcool n’a pas d’effet sur DF.
(On peut supposer que DF est la distance que met le véhicule lorsque la pédale de frein est actionnée).
Par contre, à 50Km/h, on observe que la distance de réaction DR est de 14m lorsque le conducteur est à jeun et qu’elle passe à 26m lorsque le conducteur à une alcoolémie de 0,8g/L.
On en déduit que la prise d’alcool augmente la distance de réaction DR et par conséquent le temps de réaction du conducteur.
3) Pour identifier le mode d’action de l’alcool sur l’organisme du conducteur, on étudie son effet sur des neurones du circuit de la motricité volontaire chez un animal modèle, dont la sensibilité à l’alcool est identique à celle de l’espèce humaine, selon le protocole schématisé dans le document 2a.
Les enregistrements ont été obtenus dans des situations d’alcoolisation différentes (document 2b).
Question : à l’aide de l’exploitation des documents 2a et 2b :
- Préciser sur le document 2a le sens de circulation de l’information nerveuse
sens de circulation de l'information nerveuse
message nerveux
Question : à l’aide de l’exploitation des documents 2a et 2b :
- Expliquer l’effet de l’alcool sur le comportement d’un conducteur lors du freinage
Dans le document 2b, lorsque l’animal n’est pas alcoolisé (situation 1), le message nerveux est enregistré environ 3 ms après la stimulation.
Toujours dans le document 2b, lorsque l’animal est sous l’emprise de l’alcool (situation 2), le message nerveux est enregistré environ 5 ms après la stimulation soit 2 ms de plus que dans la situation 1.
On peut donc en déduire que l’alcool ralentit le message nerveux.
Les deux neurones étant reliés par une synapse, on peut également en conclure que l’alcool perturbe le passage du message nerveux d’un neurone à l’autre au niveau des synapses.
Ainsi, un individu sous l’emprise de l’alcool aura une durée de réaction plus importante et mettra donc plus de temps pour appuyer sur la pédale de frein. Cela augmentera ainsi la distance de réaction.
Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Brevet le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Vous devez être membre de digiSchool Brevet

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?