Analyse du rôle syntaxique des signes de ponctuation et utilisation de ces signes à bon escient - Français - 3ème

Analyse du rôle syntaxique des signes de ponctuation et utilisation de ces signes à bon escient - Français - 3ème

Découvrez ce cours de français niveau 3ème sur l'analyse du rôle syntaxique des signes de ponctuation et l'utilisation de ces signes à bon escient.

Dans cette fiche, vous étudierez d'abord ce qu'est la ponctuation puis vous verrez son rôle. Enfin, vous apprendrez l'emploi correct des signes de ponctuation.

Téléchargez ci-dessous cette leçon de français pour le Brevet sur l'analyse du rôle syntaxique des signes de ponctuation et utilisation de ces signes à bon escient.

Analyse du rôle syntaxique des signes de ponctuation et utilisation de ces signes à bon escient - Français - 3ème

Le contenu du document


 

QU’EST-CE QUE LA PONCTUATION ?

 

DEFINITION

La ponctuation est : un système de signes indiquant les divisions d’un texte écrit en phrases ou éléments de phrases, à organiser certains rapports syntaxiques, à exprimer certaines nuances affectives de l’énoncé qui se manifestent à l’oral par des différences d’intonation (montante ou descendante en fin de phrase), de débit ou par des pauses. 

SIGNES

Il existe 10 signes de ponctuation : la virgule [,], le point-virgule [;], les deux-points [:], le point [.], le point d'interrogation [?], le point d'exclamation [!], les guillemets [« »], les parenthèses [()], le tiret [-], les points de suspension […].

ROLE

La ponctuation permet d’organiser un texte, d’en faciliter la compréhension, d’y ajouter certaines informations. Le rôle syntaxique de la ponctuation implique 4 fonctions principales de la ponctuation.

 

FONCTION RYTHMIQUE

Le premier rôle de la ponctuation a été d’aider au chant ou à la lecture d’un texte, en indiquant à l’orateur quand marquer des pauses. Comme lors d’une récitation de poésie.

La ponctuation faible marque une petite pause : la virgule qui sépare des éléments juxtaposés est un signe de ponctuation faible.

La ponctuation forte marque une pause longue comme celle à la fin d’une phrase : le point, le point d’exclamation, le point d’interrogation, les points de suspension sont des signes de ponctuation forte.

 

FONCTION EXPRESSIVE ET INTONATIVE

La ponctuation permet d’indiquer les sentiments, l’opinion et les intonations de l’auteur de même que son degré d’adhésion à son propos participant ainsi à la modalisation de l’énoncé.  

La phrase exclamative exprime les émotions fortes tandis que la phrase interrogative exprime une demande d’information réelle ou une question rhétorique (dont on connaît à l’avance la réponse).

Les guillemets indiquent que les termes ne sont pas à prendre au sens propre. Son père recevait de nombreux « visiteurs » durant l’après-midi, pour ses « affaires » (Il y a un sous-entendu négatif).

 

FONCTION GRAMMATICALE

La ponctuation accompagne l’agencement des mots, des groupes de mots et des phrases en marquant leur rôle respectif dans l’ensemble du texte. Par exemple pour distinguer le dialogue du récit : le discours direct se caractérise par la présence de guillemets qui encadrent les paroles rapportées et de tirets avant chaque prose de parole indiquant le changement de locuteur.

L’apposition est une expansion du groupe nominal d’un type particulier. Elle est détachée du groupe nominal par une pause à l’oral et par une virgule à l’écrit.

 

FONCTION SEMANTIQUE

Les signes de ponctuation aident à comprendre le sens d’un texte en en présentant les différentes parties. Par exemple en hiérarchisant les propositions. Une proposition subordonnée relative n’aura ni la même fonction ni le même sens selon le placement de la virgule. 

Les parents, qui espéraient ces résultats, sont très heureux ➜ Il s’agit de tous les parents présents, des parents en général.

Les parents qui espéraient ces résultats sont très heureux. (Absence de virgules) ➜ Il s’agit d’un groupe de parents en particuliers. La subordonnée relative apposée possède une valeur explicative. 

EMPLOI CORRECT DES SIGNES DE PONCTUATION

 

Les phrases se terminent par un point final, un point d’exclamation, un point d’interrogation ou des points de suspension. 

La virgule sépare les parties d’une proposition ou d’une phrase à condition qu’elles ne soient pas déjà réunies par les conjonctions et, ou, ni. Elle sépare les énumérations. Elle isole les mots mis en apposition. On ne met pas de virgule avant une parenthèse, un tiret ou un crochet. 

Le point-virgule sépare différentes propositions de même nature. 

Le deux-points introduit une explication, une citation, un discours, une énumération. 

Les points de suspension sont toujours au nombre de trois. 

Le point final se met avant ou après le guillemet fermant suivant le contexte, il n’est pas doublé. 

Les parenthèses intercalent une précision dans la phrase. 

Les crochets indiquent une précision à l’intérieur d’une parenthèse ou une coupure dans une citation. 

Employé seul, le tiret signale chaque terme d’une énumération ou le changement d’interlocuteur dans un dialogue. Employés par paires, ils s’utilisent comme les parenthèses. En fin de phrase, le second tiret est supprimé avant le point final.

Guillemets : uniquement au début et à la fin du dialogue.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Brevet le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Vous devez être membre de digiSchool Brevet

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?