Corrigé Français - Brevet des Collèges Washington 2016

Corrigé Français - Brevet des Collèges Washington 2016

Nous vous invitons à consulter le corrigé de Français du Diplôme National du Brevet de Washington 2016.

Notre professeur de Français a rédigé pour vous toutes les réponses aux questions de la première partie, puis a rédigé les deux sujets de la partie rédaction.

Téléchargez gratuitement ci-dessous le sujet corrigé de Français du DNB de Washington 2016 !
➜ Consultez le sujet de Français du Brevet de Washington 2016

Corrigé Français - Brevet des Collèges Washington 2016
Télécharger gratuitement

15.00/20

3.6000 5 0

10 Avis > Donne ton avis

10045 téléchargements

Le contenu du document



QUESTIONS

→toujours rédiger sa réponse en reprenant les termes de la question

→ donner des exemples tirés du texte


1) Le temps verbal qui domine dans ce texte est le présent de l'indicatif : « elle est » (l.1), « elle se tient » (l.5), « ne quitte pas » (l.18).

L'usage du présent de l'indicatif crée un effet d'immédiateté, de présence de ce qui est passé, de présence d'une femme morte.


2) La narratrice conserve l'image de sa grand-mère comme étant une femme âgée (elle a de l'« arthrose » et elle porte encore le costume traditionnel breton : « jupes noires » et « coiffe ») qui passe ses journées à cuisiner (« fourneau de la cuisine », « chocolat sur les tartines », etc).

Mais déjà dans l'évocation de cette posture droite (« elle se tient aussi droite que l'arthrose le lui permet »), c'est l'image d'une femme digne que la narratrice conserve.


3) Cette description de la grand-mère fait penser à une peinture. En effet, la narratrice dit elle-même qu'elle l'a « dessinée », et qu'il s'agit d'une « image ».


4) La « dignité » est pour la grand-mère une question de convention : il faut qu'elle soit « coiffée », que personne ne la voie « en cheveux », il faut qu'elle se tienne « droite ». La phrase qui résume le mieux ce que signifie la dignité pour la grand-mère est : « Sa règle morale essentielle est de ne jamais se mettre dans une situation telle qu'on puisse en avoir honte. »

L'antonyme, dans le texte, de « dignité » est donc « honte ». La narratrice reprend même l'expression en breton « gand ar vez », « avec la honte ».


5) L'adjectif « immuable » peut se décomposer de la manière suivante :

- un préfixe « in- » qui devient « im- » devant un « m » → c'est la négation

- un suffixe « -able » → c'est la possibilité

- un radical : « mu » qui vient de « muer », qui signifie « changer »

« Immuable » signifie donc qui ne peut pas changer.


6) Pour la fillette qu'est la narratrice, la grand-mère représente la sécurité : « figure tutélaire », « l'image même de la sécurité ». La grand-mère est une figure maternelle, c'est la deuxième mère.

La figure de style qui appuie cette image est l'accumulation des verbes : « nourrit, soigne, console, rassure ». L'accumulation est une abondance alors que le monde de la jeune fille est marqué par la perte du père.


7) Dans ce texte, à travers le personnage de la grand-mère, la femme a surtout un rôle protecteur. Elle est une « figure tutélaire », c'est-à-dire qu'elle protège.

Ainsi, elle nourrit (elle cuisine au début du texte), elle se tient bien, elle est attachée à sa dignité et aux conventions (elle reste « coiffée », elle ne veut pas avoir honte) : elle est la garante de l'harmonie et de la paix, du confort et de l'amour maternel.

Elle est la gardienne de la maison : elle en fait un cocon protecteur.


REECRITURE

« Je les ai si souvent dessinées que l'image est nette : elles se tiennent aussi droites que l'arthrose le leur permet, enveloppées dans d'immuables jupes noires et jamais sans leurs coiffes. Les attacher est leur premier geste du matin, bien avant l'éveil de la maisonnée... »


REDACTION


Sujet 1

→ il n'y a évidemment pas de réponse type pour un sujet d'écriture et d'invention

→ l'élève doit répondre à la consigne : une « personne de votre famille », une « influence » que cette personne a eue


Exemple de texte :

« Mon oncle m'a communiqué la joie de vivre. Alors que mes parents s'énervaient toujours quand je chantais, quand je dansais, quand je courais partout, mon oncle, lui, m'y encourageait. En vacances, près de la mer, nous allions nous promener. Il me faisait faire le tour des terrasses où il s'arrêtait toujours pour discuter. Je pouvais faire ce que je voulais, je me sentais libre. C'est à ces moments-là que je rencontrais les enfants de mon âge, et c'est à ces moments-là que j'osais parler aux premières filles qui me plaisaient. Mon oncle, de loin, m'encourageait avec un grand sourire et un clin d’œil plein d'assurance. »


Sujet 2

→ « organisé » signifie qu'il faut une introduction, deux ou trois paragraphes, une conclusion.

→ « argumenté » signifie qu'il faut des idées générales et des exemples.

→ le thème est l'évolution de la condition féminine


[Intro] Dans cet extrait du livre de Mona Ozouf, intitulé La Composition française, la narratrice dresse le portrait de sa grand-mère. C'est une vieille femme attachée aux conventions, qui passe son temps à la cuisine. La condition de la femme a changé, mais de quelle manière ?

[1er argument] D'abord, la femme aujourd'hui a gagné en indépendance. Elle n'est pas plus obligé que l'homme de faire la cuisine. Elle travaille, elle est active, elle est libre. Elle n'est plus soumise aux conventions. Ainsi, elle peut s'habiller comme elle veut, et même de manière très légère, sans que cela paraisse choquant.

[2ème argument] Ensuite, ce changement d'image de la femme dans la vie quotidienne s'est accompagné d'un changement de statut politique. En effet, la femme a obtenu le droit de vote en 1945, après la guerre. Même si l'égalité homme-femme n'est pas encore respectée complètement (par exemple pour l'équivalence des salaires), elle n'est plus, comme les vieilles Bretonnes de Mona Ozouf, seulement responsable de la maison où elle vit : elle l'est de la société dans laquelle elle évolue.

[Conclusion] L'évolution de la femme, par rapport à la grand-mère du texte, est flagrante. Le texte peint une femme enfermée dans ses tâches ménagères et dans les conventions, alors qu'aujourd'hui la femme est l'image même de la modernité. Mais il faut faire attention, parce que tout n'est pas acquis, et la femme doit encore lutter et se faire entendre pour enfin acquérir l'égalité complète, autant dans son image vis-à-vis des hommes que dans le droit du travail.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Les avis sur ce document

mrjzql
4 5 0
16/20

Très bonne correction même si les exemples de rédaction ne sont pas conformes à ce qu?on nous demande. Dans le 1er sujet, le texte est trop court, pas assez développé. Les arguments du second sont peu développés et il n'y en a pas assez.

par - le 05/06/2017
Hotaru
5 5 0
20/20

Mikomi ^^)/ Il y a un "s" car le COD est placé avant le verbe donc "dessinée" s'accorde avec le COD et prend un S ^^

par - le 23/06/2016
chollette
3 5 0
12/20

La correction est bien mais on nous demande de rédiger 3 arguments avec des exemples a chaque fois et la l n'y a que 2 arguments et un seul comporte un exemple. De plus, nous devons faire au moins 2 pages et je ne suis pas sure que cela fasse 2 pages.

par - le 22/06/2016
Plus d'avis (7)

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Brevet le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Vous devez être membre de digiSchool Brevet

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?