Domaines lexicaux

Domaines lexicaux

Révisez vos domaines lexicaux pour assurer le jour de votre épreuve de français du Brevet grâce à cette fiche de cours conçue exclusivement pour vous !

Document rédigé par un prof Domaines lexicaux
Télécharger gratuitement

20.00/20

4.8571 5 0

7 Avis > Donne ton avis

13456 téléchargements

Quiz de Français :

Dans cette phrase : « Auriez-vous du feu ? », quelle figure de style est utilisée ?

  • A.L'assonance
  • B.L'antiphrase
  • C.La métonymie
  • D.Le pléonasme
Répondre aux 10 questions Voir tous les Quiz de Français

Le contenu du document

Les domaines lexicaux sont nombreux et variés ; entre les genres, les registres, les argumentations multiples et le vocabulaire nécessaire, tout est possible.

I - VOCABULAIRE DES GENRES ET REGISTRES LITTÉRAIRES

Des genres différents existent en littérature. Voici deux registres importants avec des possibilités infinies : l'écriture de soi et le tragique.

1 - L'écriture de soi

Afin de se raconter, un auteur peut avoir recours à de multiples procédés.

1 - L'autobiographie

L'autobiographie est le récit d'un auteur sur sa propre vie, son vécu, sa personne. Il se raconte, se dévoile par l'écriture et en employant la première personne du singulier (je).
Exemple : Les Confessions (1782 et 1789) de Jean-Jacques Rousseau (1712-1778).

2 - Le journal intime

Le journal intime est un texte normalement non dévoilé. Écrit à la première personne du singulier, de façon régulière (avec la date) ou non, il relate les sentiments et les actions de son auteur. C'est un écrit personnel, qui peut toutefois être publié.
Exemple : Le Journal d'Anne Frank (1947) d'Anne Frank (1929-1945).

3 - Le ou les mémoires

Le mémoire est une œuvre majoritairement historique ET littéraire. L'auteur raconte sa propre existence où des événements importants de l'Histoire se sont produits. On peut le considérer comme un recueil de souvenirs marquants.
Exemple : Mémoires de guerre (1954 à 1959) de Charles De Gaulle (1890-1870).

4 - Le roman autobiographique

Le roman autobiographique raconte la vie de l'auteur. Toutefois - et là, est la différence avec une autobiographie -, est écrit un passé transformé, mêlant fiction et réalité.
Exemple : Vipère au poing (1948) d'Hervé Bazin (1911-1996).

2 - La tragédie

Née dans l'Antiquité, la tragédie est un genre à part entière. Les trois plus grands dramaturges ont vécu au Vème siècle avant J.-C. : Eschyle, Sophocle et Euripide.

1 - La tragédie classique

La tragédie classique apparaît en France dans la seconde moitié du XVIIème siècle. Elle est régie par la règle des trois unités : lieu, temps, action.
Autrement dit, une intrigue simple, sans combat ni sang, un lieu unique et en une seule journée.
La pièce est écrite en alexandrins (vers de douze syllabes) et en V actes :
- acte I : l'exposition ;
- acte II et III : la progression dans l'action ;
- acte IV : l'action retardée ;
- acte V : le dénouement malheureux.
Exemple : Phèdre (1677) de Jean Racine (1639-1699).

2 - Le drame

Au XIXème siècle, le drame est à la fois tragique et comique. Les unités de temps et de lieu sont remises en cause.
Exemple : Hernani (1830) de Victor Hugo (1802-1885).

3 - Le XXème siècle

La tragédie antique est remise au goût du jour.
Exemple : Électre (1937) de Jean Giraudoux (1882-1944).

4 - Caractéristiques d'une tragédie

* Les sujets tragiques sont choisis parmi les légendes et héros antiques.
* Le héros tragique frappé par le destin est toujours issu de la noblesse.
* Le héros est toujours face à un dilemme, toujours partagé entre envie et devoir, même si l'issue sera forcément malheureuse.
* Le tragique est ironique : conscient de ses vains efforts et du destin qui l'accable, le héros espère et se bat.
* Le dénouement est négatif.
* Le but du tragique est de faire prendre conscience de la futilité de se laisser guider par ses passions. Il nous libère des tentations. C'est une sorte d'avertissement.

II - VOCABULAIRE DE L'ARGUMENTATION ET DU RAISONNEMENT

Le raisonnement est la faculté d'analyser, de percevoir et de comprendre les faits. C'est aussi la capacité de connaître, de juger et de convaincre par son point de vue.
L'argumentation fait partie du raisonnement. C'est l'ensemble des idées reliées entre elles, dans le but de défendre une opinion face à un ou des interlocuteurs.
Le point de vue : c'est une prise de position par rapport à un problème, une question.
L'énoncé : c'est ce qui est dit ou écrit. C'est un discours ou un récit.
L'exemple : c'est un fait qui sert à étayer, illustrer, prouver son propos. Il est concret, contrairement à l'argument.
Le sous-entendu : c'est faire comprendre quelque chose non franchement, de manière indirecte.
Le terme appréciatif : c'est un mot, ou groupe de mots, élogieux, valorisant.
Le terme dépréciatif : c'est un mot, ou groupe de mots, péjoratif, négatif, avec une critique, du dédain, du mépris.
La synthèse : c'est l'ensemble des idées réunies.
L'argument : c'est un élément du raisonnement destiné à prouver son opinion ; il est abstrait, contrairement à l'exemple.
L'objection : c'est un argument qui réfute un propos. Elle s'y oppose.
L'implicite : c'est le contraire de l'explicite. Il n'est pas formulé ouvertement ; c'est un sous-entendu.
La cause : c'est l'origine de quelque chose. Elle est introduit, par exemple, par parce que, puisque, comme, à cause de, etc.
La conséquence : c'est ce qui résulte d'un événement. Elle est introduite, par exemple, par donc, par conséquent, si bien que, etc.
La concession : c'est une stratégie visant à admettre tout d'abord un argument qui va à l'encontre du point de vue de départ, pour le contrer par un second argument. C'est ce qu'on appelle la concession, c'est un contre-argument. Elle est introduite, par exemple, par certes, bien sûr, évidemment, etc. Puis suivie, par exemple, par mais, cependant, néanmoins, etc. pour contredire.
L'opposition : c'est une seconde affirmation s'opposant à la première. C'est une antithèse.

III - VOCABULAIRE ABSTRAIT

Un nom concret est une chose ou une personne tangible, que l'on peut toucher et qui est majoritairement quantifiable, tels qu'une pomme, un bébé, une chaise, etc.
Son contraire est le nom abstrait, qui n'est ni palpable ni tangible et quasiment jamais quantifiable : une idée, une qualité, une réflexion, une émotion...
Exemples:
Il est intelligent comme sa mère.
La liberté est un bien précieux.
Le vocabulaire de l'abstrait est utilisé dans le raisonnement, en exprimant, par exemple, un point de vue, une idée.
Concret ou abstrait, le choix du vocabulaire est primordial, non seulement pour bien s'exprimer, mais surtout pour construire une argumentation solide.
Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Les avis sur ce document

Eloula
5 5 0
20/20

Agréable site ou travailler cependant quelques erreurs sont présentes ! Attention a quelques informations fausses !

par - le 11/06/2016
Linkytony
5 5 0
20/20

Les cours sont compréhensibles, je conseille ce site.

par - le 18/04/2016
wxcvbn1234
5 5 0
20/20

parfait

par - le 04/04/2016
Plus d'avis (4)

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Brevet le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Chaque semaine recevez des conseils de révisions de la part de votre
coach brevet !

Recevoir
Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool Brevet

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?