Eléments d'analyse d'oeuvres théâtrales - Français - Brevet

Eléments d'analyse d'oeuvres théâtrales - Français - Brevet

digiSchool vous propose un document de français pour le Brevet sur l'analyse d'oeuvre théâtrales.

Dans un premier temps vous verrez les caractéristiques du texte théâtral. Puis ce qu'est l'action théâtrale. L'énonciation au théâtre ainsi que le vocabulaire de la mise en scène vous seront donnés. Enfin, vous comprendrez les règles du théâtre classique.

Téléchargez gratuitement cette fiche de révision pour le Brevet Français.

Eléments d'analyse d'oeuvres théâtrales - Français - Brevet

Le contenu du document

 

CARACTERISTIQUES DU TEXTE THEATRAL

DEFINITION

Le théâtre est un genre littéraire qui expose une action dramatique sous forme de dialogue entre les personnages. Le théâtre est écrit pour être représenté, plutôt que pour être lu. Il suppose des acteurs, des costumes, des décors, un public. Le théâtre représente des personnages fictifs qui sont interprétés par des acteurs. Le théâtre est un art « vivant ». 

Dans une pièce de théâtre, il n’y a pas de narrateur pour raconter les faits. Ce sont les personnages qui prennent en charge l’énonciation. 

1. Les comédiens s’expriment réellement, s’adressent à leurs partenaires, mais aussi, directement ou non au public. 

2. La présence du public au théâtre implique une situation d'énonciation particulière appelée la double énonciation.


LE PRINCIPE DE LA DOUBLE ENONCIATION

La double énonciation désigne le fait qu’au théâtre, les paroles sont destinées à la fois aux comédiens sur scène et au public. Le public assiste à tous les échanges et en sait donc plus que les personnages.

 

LA STRUCTURE DE LA PIECE

Une page précède le texte et présente les personnages ainsi que leurs relations : c’est la dramatis personae

L’acte est l’unité la plus longue de la pièce. Il se termine lorsque le rideau s’abaisse (ou bien lorsque obscurité est faite sur scène). La pièce est divisée en actes, chaque acte est divisé en scènes.

La scène est l’unité la plus courte de la pièce. On change de scène lorsqu’un ou plusieurs personnages entrent ou sortent.

On parle d’acte ou de scène d’exposition lorsque ceux-ci assurent la présentation de la situation initiale de la pièce et le caractère des principaux personnages.

 

LES DIDASCALIES

Une didascalie (indication scénique) renseigne sur l’attitude des personnages, leur diction, leur intonation, leur position physique, les jeux de lumière, les décors, etc. Parfois située dans les répliques, on l’appelle didascalie interne.

 

L’ACTION THEATRALE 

L'action dramatique désigne la façon dont les événements et les relations entre les personnages s'imbriquent pour faire progresser l'intrigue.

 

ANALYSE SELON LE SCHEMA ACTANCIEL

Un sujet désire un objet (ce n'est pas nécessairement un objet réel, ce peut être une idée, une valeur) ; ce sujet est contrarié dans son désir par des opposants et, en même temps, aidé par des adjuvants ; l'objet est promis par un destinateur à des destinataires.

 

L’ANALYSE SELON LE SCHEMA NARRATIF 

L’action progresse par : l’exposition (acte I), le nœud de l'intrigue (actes II et III) formé par l'ensemble des conflits qui entravent l'action ; les péripéties (acte IV) qui retardent ou modifient le dénouement attendu ; le dénouement (acte V) qui marque la résolution définitive du conflit.

Le quiproquo, méprise ou malentendu entre un ou plusieurs personnages, complique et ralentit l’intrigue. 

Le coup de théâtre, rebondissement inattendu, permet de faire avancer, voire de dénouer l’intrigue.

 

L’ENONCIATION AU THEATRE

Les prises de parole sur scène varient et se nomment différemment : 

Le dialogue est un échange verbal entre deux ou plusieurs personnages.

La réplique est le texte prononcé par un personnage à destination d’un (ou plusieurs) autre(s) personnage(s).

La tirade est une longue réplique sans interruption.

Le monologue est une tirade prononcée par un personnage seul en scène (ou qui croit l’être).

L’aparté (mot masculin) est une réplique prononcée par un personnage à l’insu d’un autre, pour lui-même ou à l’intention du public.

La stichomythie est l’échange rapide de répliques courtes et vives.

Les stances sont des morceaux poétiques qui surgissent dans les moments d’émotion d’une pièce en alexandrins. On les trouve surtout dans les pièces de 1629 à 1650.

Le récit : ce n’est pas une manière de s’exprimer au théâtre. Le récit est présent dans le monologue ou la tirade. Le personnage fait appel à son imagination pour retracer une scène, un événement.

 

LE VOCABULAIRE DE LA MISE EN SCENE

Le metteur en scène propose une lecture particulière et personnelle d’une pièce de théâtre en choisissant le jeu des acteurs, les décors, les costumes, etc. Il ne respecte pas toujours les directives de l’auteur.

Scénographie : art de la composition, moyens techniques et artistiques (travail sur les volumes, images, couleurs, matières pour les constructions, objets, décors, accessoires) mis au service de l’idée du metteur en scène.

Décor : ensemble des tentures, constructions, objets qui se trouvent sur scène pour donner l’illusion des lieux de la pièce.

 

L’ESPACE 

L’espace référentiel : lieu fixé par l’auteur, représenté sur scène grâce aux décors.

L’espace scénique : lieu « physique », délimité par l’estrade, où jouent les acteurs. 

Le « hors-scène » : lieu d’origine ou de destination des personnages, situé dans les coulisses. Dans le théâtre classique, c’est le lieu des crimes qu’on ne peut représenter sur scène sans choquer les spectateurs (règle de la bienséance).

 

LE THEATRE CLASSIQUE

 

LA REGLE DES TROIS UNITES

L'unité de temps : l’histoire se déroule en une seule journée (24 h).

L'unité de lieu : l’histoire se déroule en un seul lieu. 

L'unité d'action : l’histoire suit une seule intrigue.

 

"Qu'en un lieu, qu'en un jour, un seul fait accompli /Tienne jusqu'à la fin le théâtre rempli." (L'Art poétique - Boileau, 1674)


LA REGLE DE LA VRAISEMBLANCE

L'intrigue et la situation d'énonciation doivent être possibles. Aucun rebondissement extraordinaire ni réaction fantaisiste ne sont autorisés.

 

LA REGLE DE LA BIENSEANCE

Le dramaturge ne peut pas montrer de scènes choquantes aux spectateurs. Les événements violents (batailles, meurtres, suicides...) ne seront pas joués sur scène. Ils seront racontés par un personnage qui y a assisté.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Brevet le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Vous devez être membre de digiSchool Brevet

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?