Identification des constituants de la phrase complexe - Français - 3ème

Identification des constituants de la phrase complexe - Français - 3ème

Voici un cours de français rédigé par un professeur. Il porte sur l'identification des constituants de la phrase complexe.

Dans cette fiche, vous commenrez avec une partie sur la phrase. Puis vous poursuivrez avec les constituants de la phrase simple et de la phrase compexe. Vous terminerez avec les propositions subordonnées.

Téléchargez ci-dessous cette leçon de français pour le Brevet sur l'identification des constituants de la phrase complexe.

Identification des constituants de la phrase complexe - Français - 3ème

Le contenu du document

 

 

Présentation : Cette fiche de révisions porte sur le vocabulaire d’analyse de la phrase complexe par rapport à la phrase simple acquis de la 6e à la 4e concernant les constituants, leur hiérarchisation et les liens logiques établis entre eux. Les objectifs sont d’être capable de distinguer proposition et phrase, phrase simple et phrase complexe, sujet et prédicat, savoir repérer le sujet et le prédicat, savoir repérer une proposition et déterminer si elle est indépendante, principale ou subordonnée, savoir délimiter un complément de phrase, différencier les types de subordonnées et connaître leurs fonctions. Les thèmes associés sont le sujet, prédicat, phrase simple et complexe, attribut du sujet, groupe prépositionnel, proposition subordonnée conjonctive, complétive, circonstancielle. A l’épreuve de DNB, il faudra être capable de restituter des acquis en étude de la langue concernant la grammaire de l’analyse de la phrase propre aux fonctions dans le groupe verbal et dans la phrase étendue simple et complexe utile pour comprendre une argumentation ou en rédiger une.

 

 

LA PHRASE

 

Définition

La phrase est une suite de mots organisés grammaticalement, ayant un sens complet, commençant par une majuscule et finissant par une ponctuation forte :  point, point d’exclamation, point d’interrogation, point de suspension.

Composition 

La « phrase minimale » contient deux constituants obligatoires : le « sujet » et le « prédicat ». Ils doivent se suivre dans un ordre précis : le sujet d'abord et le verbe ensuite. 

Constituants de phrase

L'analyse au niveau de la proposition fait apparaître différents groupes qui constituent le sujet, les compléments d'objet, les compléments circonstanciels, les compléments d'agent ou l'attribut. Ces groupes sont appelés constituants de la phrase.

On peut ajouter à la « phrase minimale » un constituant supplémentaire, qui est facultatif : le « complément de phrase ». Dans ce cas on parle de « phrase étendue ». 

Le complément de phrase

Le complément de phrase est facultatif. Il permet de préciser les circonstances propres au message émis par la phrase. Il s'agit des compléments circonstanciels de temps, lieu, manière, moyen (C.C.).

 

 

CONSTITUANTS PHRASE SIMPLE/COMPLEXE

 

Il faut savoir combien de propositions contient une phrase pour savoir si elle est simple ou complexe. L'analyse au niveau de la proposition repère aussi les constituants de phrase. 

 

La proposition : définition

La proposition est un constituant de la phrase. Elle se compose d'un sujet et d'un groupe verbal. Le groupe verbal a pour noyau un verbe conjugué à un mode personnel (indicatif, subjonctif, conditionnel et impératif).  

Une « proposition indépendante » est compréhensible à elle seule.

Une « proposition subordonnée » ne peut se comprendre seule. Pour avoir du sens, elle doit être reliée à une autre proposition appelée « proposition principale ». Le plus souvent, un mot subordonnant relie la principale et la subordonnée.

La phrase simple

Une phrase simple ne comporte qu’un verbe conjugué donc qu’une proposition qui est indépendante. Il peut s’agir d’une « phrase minimale » ou d’une « phrase étendue » quand elle contient : Groupe Sujet + Groupe verbal + Complément(s) Circonstanciel(s).

La phrase complexe

Une phrase complexe comporte plusieurs verbes conjugués et donc plusieurs subordonnées. Les propositions sont reliées de trois façons possibles : par juxtaposition, coordination ou subordination.

Les propositions peuvent être des propositions indépendantes :  

 

  • Juxtaposées : elles sont séparées par un signe de ponctuation faible. 
  • Coordonnées : elles sont reliées par une conjonction de coordination ou un adverbe de liaison. 

 

Une proposition peut être dépendante d’une autre et est introduite par un mot subordonnant : on la nomme proposition subordonnée.

 

LES PROPOSITIONS SUBORDONNEES

 

Relative

La relative introduite par les pronoms relatifs « qui », « que », « quoi », « dont », « où », qui est complément du nom antécédent, fonction qui renvoie aux constituants de la phrase simple : fonction d’attribut (Bien malin qui saura le tromper), de C.O.D. (Choisis qui tu voudras), de complément du nom (La personne dont tu parles), de complément circonstanciel (Celui chez qui tu vis).

Conjonctive completive

Elle est introduite par une conjonction de subordination et complète un verbe. Les complétives sont souvent, complément d'objet direct. 

Il en existe plusieurs sortes selon la classe grammaticale de leur noyau : 

 

  • La proposition subordonnée complétive conjonctive : introduite par « que » qui n'est pas un pronom (il ne remplace rien, il se trouve juste après le verbe) mais une conjonction de subordination (Je veux que tu viennes.). 
  • La proposition subordonnée complétive infinitive : sans mot introducteur et contenant un verbe à l'infinitif et un sujet propre. (Je vois les enfants jouer)
  • La proposition subordonnée complétive interrogative : il s'agit d'une proposition interrogative indirecte. La proposition interrogative est dite « totale » lorsqu'elle est introduite par si. (Je ne sais pas si elle est venue.) Elle est dite « partielle » lorsqu'elle est introduite par un déterminant interrogatif, par un pronom interrogatif ou par un adverbe interrogatif. (Je ne sais pas quel temps il fait.)

 

Conjonctive circonstancielle 

Introduite par des conjonctions de subordinations diverses : quand, lorsque, comme…

Elle a pour fonction complément circonstanciel aux diverses nuances : temporelle, causale, concession (Lorsqu’il pleut, tu es bien triste !) 

Elle peut être participiale avec pour noyau est un participe passé ou présent, possédant un sujet propre (Ayant bouilli, le lait a débordé.).

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Brevet le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Vous devez être membre de digiSchool Brevet

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?