La grammaire du verbe

La grammaire du verbe

Cette fiche de révision a été rédigée par notre professeur et porte sur un point important du programme de troisième en Français : la grammaire du verbe.

Document rédigé par un prof La grammaire du verbe
Télécharger gratuitement

20.00/20

5.0000 5 0

8 Avis > Donne ton avis

16293 téléchargements

Quiz de Français :

Dans cette phrase : « Auriez-vous du feu ? », quelle figure de style est utilisée ?

  • A.L'assonance
  • B.L'antiphrase
  • C.La métonymie
  • D.Le pléonasme
Répondre aux 10 questions Voir tous les Quiz de Français

Le contenu du document

L'ensemble des formes que peut prendre le verbe est appelé conjugaison. Les temps de l'indicatif sont abordés en premier dans l'apprentissage du français et sont généralement bien mémorisés. Il en est autrement pour le subjonctif et les temps passés, plus difficiles à l'emploi.

I - Le subjonctif passÉ

Généralement employé dans une proposition subordonnée, le subjonctif illustre une action incertaine, un fait envisagé, mais non réalisé.

1 - Aperçu des temps du passé

Le subjonctif passé est un temps composé et doit donc utiliser les auxiliaires être et avoir, ainsi que le participe passé.
Il est employé dans la proposition subordonnée lorsque, dans la proposition principale, le verbe est au présent, imparfait, passé composé, plus-que-parfait, passé antérieur, futur antérieur, futur simple de l'indicatif ou conditionnel présent.

Exemple 

Il faut que tu sois parti avant demain matin.
Je doute que vous ayez compris.
La construction est simple :
Proposition principale + que + pronom personnel + aux. Avoir ou Être + participe passé.

2 - L'imparfait du subjonctif

Tout comme le plus-que-parfait du subjonctif, l'imparfait du subjonctif apparaît surtout en littérature.
Il exprime toujours une action incertaine et non réalisée à l'instant où la personne parle.

Exemple : Je ne me doutais pas qu'il fût si pressé.

Un subjonctif imparfait dans une subordonnée nécessite un imparfait de l'indicatif dans la proposition principale.
La conjugaison du verbe ''aimer'' :
Que j'aimasse ; que tu aimasses ; qu'il/qu'elle/qu'on aimât ; que nous aimassions ; que vous aimassiez ; qu'ils/qu'elles aimassent.
Quel que soit le groupe du verbe (premier, deuxième et troisième groupes), remarquez l'accentcirconflexe toujours présent à la troisième personne du singulier.

Exemple : Qu'il aimât ; qu'il finît ; qu'il prît.

II - Les subordonnÉes relatives et les propositions circonstancielles

L'emploi du subjonctif passé dans une subordonnée nécessite la présence de l'indicatif dans la proposition principale.
On l'utilise dans une subordonnée introduite par un verbe au passé ou au conditionnel.

Exemple : J'attendais que le soleil apparût.

1 - Les propositions circonstancielles

Les propositions circonstancielles sont suivies du subjonctif dans certains cas. Elles sont nombreuses : temps, cause, conséquence, but, manière, condition, opposition et concession.
  • Les propositions subordonnées de temps relatent des faits qui ne sont pas encore réels.
Elles sont introduites par avant que, jusqu'à ce que, en attendant que, etc.
  • Les propositions subordonnées de cause expriment une cause qui ne correspond pas à la réalité.
Elles sont introduites par non que, non pas que, ce n'est pas que, pour que, etc.
  • Les propositions subordonnées de conséquence sont au subjonctif si la proposition principale est négative ou interrogative, ou si la proposition est introduite par assez...pour que, trop... pour que, trop peu... pour que, il faut... pour que, etc.
  • Les propositions subordonnées de but expriment un but non atteint et plus ou moins incertain.
Elles sont, par exemple, introduites par afin que.
  • Les propositions subordonnées de manière sont introduites par une locution comme sans que, suivie du subjonctif.
  • Les propositions subordonnées de condition emploient le subjonctif après à condition que, pourvu que, pour peu que, à moins que, etc.
  • Les propositions subordonnées d'opposition ou de concession requièrent le subjonctif après quoique, bien que, encore que, pour... que, qui ou quoi que ce soit, etc.

III - Le conditionnel

Comme le subjonctif, l'impératif ou l'indicatif, le conditionnel est un mode. Il a deux temps : le présent et le passé.
  • Le présent se forme avec le radical du futur et les terminaisons de l'imparfait.

Exemple : Je chanterais.

  • Le passé se forme avec le conditionnel présent de ''avoir'' ou ''être'', suivi du participepassé.

Exemple : J'auraischanté.

1 - Le conditionnel temporel

Appelé aussi futur du passé, le conditionnel présent rapporte un fait futur par rapport à un instant passé.

Exemple : Jacques pensait qu'il réglerait le problème.

Sont autant concernées par le conditionnel les subordonnées complétives, relatives et circonstancielles de temps que les phrases indépendantes.

Exemple 

Subordonnée : Elle a dit qu'elle le ferait.
Phrase indépendante : Elle fut surprise. Elle le verrait peut-être plus tard.

2 - Le conditionnel modal

Le conditionnel modal est conçu comme un fait imaginaire.
Les effets en sont l'éventualité, la politesse, la protestation ou encore l'affirmation sans garantie.

Exemple 

Pourrais-tu faire la vaisselle ? (Politesse)
J'aurais créé cette situation tout seul ? (Protestation)

3 - Le conditionnel hypothétique

On parle de condition, d'un fait potentiellement possible.
Dans le système hypothétique, on emploie les termes d'irréel du présent et d'irréel du passé.

Exemple 

Irréel du présent : S'il faisait beau, je me promènerais.
Irréel du passé : S'il avaitfait beau, je me seraispromené.

IV - Les périphrases verbales

Une périphrase verbale est un groupe de mots constitué d'un semi-auxiliaire (verbe conjugué) suivi d'un verbe à l'infinitif, comme aller manger.
Les périphrases verbales peuvent indiquer un passé récent, un futur proche ou encore un présent progressif (en train de).
Elles sont nombreuses : aller + infinitif ; venir de + infinitif ; faire + infinitif ; laisser + infinitif ; devoir + infinitif ; etc.
  • Le passé récent exprime une action qui vient de s'achever, très proche du présent.

Exemple : Il vient de manger (venir + infinitif).

  • Le futur proche exprime une action imminente. Il se substitue souvent au futur simple.

Exemple : Il va manger (aller + infinitif).

  • Le présent progressif exprime une action en train de se dérouler.

Exemple : Il est en train de manger (être en train de + infinitif).

Le subjonctif comme le conditionnel sont des modes verbaux dits personnels, contrairement à l'infinitif qualifié d'impersonnel. Les temps passés peuvent paraître complexes, mais ils fonctionnent de la même manière que les temps de l'indicatif. Il s'agit de les connaître.
Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Les avis sur ce document

zepekino
5 5 0
20/20

salut Lamiss1403 jte suis!!!!! merci digischool!!

par - le 22/06/2016
petitpandaroux
5 5 0
20/20

trop bien , super site !!! plus besoin des leçons qui font 6 page , quand on a digischool !

par - le 28/03/2016
CassiOpe
5 5 0
20/20

Le cours est super, cependant j'ai vu quelques petites erreurs se glisser à l'intérieur dont: -"Tout comme le plus-que-parfait du subjonctif, l?imparfait du subjonctif apparaît surtout en littérature." Je crois que le pqp du subjonctif n'existe pas, c'est donc le pqp de l'indicatif je pense. C'est possible que je me sois trompée et désolée si c'est le cas. Merci dans tous les cas pour ces cours, je comprends enfin un peu le français. ^^

par - le 16/01/2016
Plus d'avis (4)

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Brevet le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Chaque semaine recevez des conseils de révisions de la part de votre
coach brevet !

Recevoir
Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool Brevet

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?