La valeur aspectuelle des temps - Français - 3ème

La valeur aspectuelle des temps - Français - 3ème

Voici une fiche de français rédigée par notre professeur sur la valeur aspectuelle des temps.

Dans cette fiche, vous commencerez par une partie sur la valeur des temps simples, à savoir, le présent, l'imparfait, le passé simple et le futur simple. Puis vous poursuivrez avec une partie sur la valeur des temps composés qui sont le passé composé, le plus-que-parfait, le passé antérieur et le futur antérieur.

Téléchargez ci-dessous cette leçon de français sur la valeur aspectuelle des temps pour le Brevet.

La valeur aspectuelle des temps - Français - 3ème

Le contenu du document


 

Présentation : Cette fiche de 3e est axée sur l’approfondissement de la valeur aspectuelle des temps de l’indicatif simples et composés. Les objectifs sont de connaître la définition de la valeur aspectuelle, savoir identifier la valeur aspectuelle d’un temps en fonction du contexte dans lequel il est employé, savoir déterminer si une action est accomplie ou non, effective ou supposée. Les thèmes associés sont l’hypothèse, conditionnel, aspect temporel. A l’épreuve du DNB, il faudra être capable de distinguer les différents emplois des temps simples et composés de l’indicatif dans un récit pour en comprendre l’ordre chronologique et saisir les implicites.

 

La « valeur aspectuelle » est une caractéristique grammaticale associée au prédicat (verbe), indiquant la façon dont le procès ou l'état qu’il exprime est envisagé (commencement, déroulement, achèvement, évolution globale ou moment précis).

 

VALEURS DES TEMPS SIMPLES

Le présent de l’indicatif

Présent d’énonciation : ancré dans la situation d’énonciation, lié au moment où l’on parle (Soyez attentifs à mes consignes, je suis en train de les expliquer).

Présent de narration : rapporte au présent des actions passées. Il rend l’action plus vivante. Il peut remplacer un passé simple dans un récit au passé (La nuit était sombre. Un cri déchira la nuit. Soudain la porte s’ouvre.)

Présent de vérité générale : celui des définitions, de ce qui est toujours vrai. (L’eau bout à 90 degrés.)

Présent marquant le passé récent : Il vient juste de rentrer.

Présent marquant le futur proche : Je pars dans 5 minutes.

Présent de répétition / d’habitude : Il arrive tous les jours en retard.

Présent duratif : Cela fait des semaines qu’il pleut. 

L’imparfait de l’indicatif

L'imparfait narratif et duratif : exprime des actions non limitées dans le temps (Il regardait dehors et pensait à ses enfants).

L'imparfait descriptif : dans les parties descriptives du récit au passé.

L'imparfait d'action secondaire qui est utilisé pour les actions de second plan (Il pleuvait quand le tonnerre gronda.)

L'imparfait itératif, qui signifie une habitude ou une répétition (Tous les matins, il se levait à 7h.).

L'imparfait de condition : s'emploie avec le conditionnel pour exprimer une condition (Si tu prenais le temps de relire, tu ferais moins de fautes.)

Le passé simple de l’indicatif

Il exprime une action :

Bien délimitée : Ils se marièrent et restèrent en couple 20 ans.

De premier plan : Il pleuvait quand le tonnerre gronda.

Appartenant à une succession d’actions : Marc se leva, s’habilla et partit.

Globale (souvent historique) : Louis XIV régna 72 ans.

Le futur simple de l’indicatif

Il désigne une action :

Postérieure à un verbe conjugué au présent : Aujourd’hui il prépare ses bagages, demain il partira.

Habituelle dans le futur : Désormais, je réviserai chaque jour pendant 1 mois.

Historique :  Louis XIV accèdera au trône le 14 mai 1643.

Le cas particulier du futur dans le passé

Il est utilisé pour signifier une action passée mais postérieure à celle décrite par un verbe au passé simple, à l'imparfait ou au passé composé. En français, on emploie une forme écrite semblable au conditionnel présent, qui se fabrique avec le radical du futur et les terminaisons de l'imparfait.

 

VALEURS DES TEMPS COMPOSES

Le passé composé 

Ce temps peut être utilisé dans différents systèmes de récit, qu'il ne faut pas confondre car il ne faut pas utiliser dans un même texte passé simple et passé composé. Il est employé pour des actions de 1er plan (à la place du passé simple) Il marque une antériorité par rapport à un verbe au présent (dans le système du présent).

Le plus-que-parfait

Il marque l'antériorité d'une action par rapport à un verbe conjugué à l'imparfait, au passé simple ou au passé composé : J’avais franchi la porte lorsque le téléphone sonna. 

Il s'utilise parfois dans une volonté d'atténuation : J'étais venu vous rappeler votre promesse. 

Le plus-que-parfait de condition : s'emploie avec le conditionnel passé pour exprimer une condition : Si tu m'avais prévenu, je ne serais pas parti.

Le passé antérieur

Il exprime une action accomplie avec souvent une idée d’antériorité par rapport à un autre fait du passé : Roxanne eut vite compris qu’il n’y avait plus d’espoir. Il peut exprimer un fait passé, vite achevé et précisé par un adverbe de temps (vite, bientôt) : Il eut vite fait son choix.

Le futur antérieur

Il exprime une action future antérieure à une autre action future (Quand l’orage sera fini, il faudra évacuer l’eau du garage), une supposition relative à un fait passé, valeur d’un passé composé (Un renard qui aura dévoré les poules !), un fait futur, considéré déjà comme accompli (Dans quelques mois, il aura obtenu son diplôme), une supposition, un souhait, indignation (Il aura encore oublié son rendez-vous !) 

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Brevet le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Vous devez être membre de digiSchool Brevet

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?