Repérage et interprétation des marques de modalisation - Français - 3ème

Repérage et interprétation des marques de modalisation - Français - 3ème

Voici un cours de français de troisième intitulé repérage et interprétation des marques de modalisation.

Dans cette leçon de français, vous commencerez par voir les définitions de base du cours. Puis vous poursuivrez avec une partie sur les procédés énonciatifs de modalisation. Vous continuerez avec les procédés lexicaux de modalisation, puis les procédés grammaticaux de modalisation. Enfin, vous découvrirez les procédés stylistiques de modalisation.

Téléchargez ci-dessous cette fiche de français appelée repérage et interprétation des marques de modalisation.

Document rédigé par un prof Repérage et interprétation des marques de modalisation - Français - 3ème

Le contenu du document


 

Présentation : Cette fiche de 3e traite de la maîtrise des marques de modalisation comme indices de la subjectivité. Les objectifs sont d’être capable de repérer et interpréter les modalisateurs selon qu’ils traduisent un jugement mélioratif, dépréciatif, une certitude ou un doute ; savoir classer les modalisateurs selon qu’ils relèvent du lexique, de la grammaire, du style, de l’énonciation pour rendre compte de la démarche de l’auteur. Les thèmes liés sont l’objectivité, subjectivité, verbes modaux, lexique appréciatif et évaluatif, niveaux de langue, valeurs des temps et des modes (futur simple, conditionnel, subjonctif, impératif), figures de style d’insistance et d’atténuation, types et formes de phrase, ironie. A l’épreuve du DNB, il faudra savoir interpréter la visée d’un texte grâce au repérage et à la compréhension des marques de modalisation, être capable de rédiger un texte argumentatif ayant recours aux modalisateurs pour convaincre ou persuader le destinataire, comprendre l’ironie dans ses analyses et s’en servir dans ses productions.

 

DEFINITION

La modalisation consiste à prendre position dans son discours. Les marques de modalisation sont des procédés variés révélant les sentiments, les valeurs, l’opinion de l’auteur ainsi que son degré d’adhésion à son propos.

Enoncé objectif / subjectif

Parmi les énoncés adressés à un destinataire, on peut distinguer ceux où le locuteur est objectif (« Il est heureux. » : le locuteur constate un fait) et ceux où il est subjectif (« Je crois qu’il est heureux. » : le locuteur communique une impression personnelle de doute.) 

Objectivité

Un énoncé peut ou non comporter des indices de la présence de l'énonciateur. Lorsque les marques sont effacées, l'énoncé est dit « neutre », ou « objectif ». 

Subjectivité

Les marques de modalisation sont des indices de la subjectivité de l’auteur. Toute modalisation exprime soit une certitude plus ou moins forte, soit une évaluation positive ou négative.

L’expression de la subjectivité peut porter sur la probabilité et évaluer le degré de vérité, de certitude des propos ; ou bien être appréciative ou affective et exprimer le jugement de l'énonciateur, favorable ou défavorable.

 

LES PROCEDES ENONCIATIFS DE MODALISATION

Les marques de l’énonciation : Il s’agit des pronoms personnels et possessifs de la 1ère personne et de la 2ème personne, permettant à l’énonciateur de se mettre en avant et de prendre position (« on », « nous », « je ») ou d’interpeller le destinataire (« vous »).

 

LES PROCEDES LEXICAUX DE MODALISATION

Le niveau de langue (familier, courant, soutenu) peut aussi exprimer la réaction de l'émetteur : « Bon sang, quelle galère ! »

Les noms et les adjectifs mélioratifs (= valorisants) ou péjoratifs (= dévalorisants) : « remarquable », « méprisable », « incroyable » …

Les expressions signalant qui prend en charge les idées : « Pour moi... », « d'après moi... », « selon moi… », « si l'on en croit » … 

Les adverbes et locutions adverbiales  exprimant l'opinion, le doute, l'incertitude : « vraiment », « complètement », « sans doute » …

Les verbes d’opinion : « croire », « estimer », « penser » ...

 

LES PROCEDES GRAMMATICAUX DE MODALISATION

Les auxiliaires modaux qui évoquent : la volonté, l’obligation, la possibilité, la nécessité (« falloir », « pouvoir », « vouloir » …), le souhait et l’incertitude.

Les temps et les modes des verbes : pour exprimer des nuances dans la possibilité, la probabilité, le souhait, la certitude…

  • Futur simple (certitude) : Tu réussiras, courage.
  • Futur antérieur (supposition) : « Il a échoué au concours. Il aura été trop paresseux pour réviser. »
  • Subjonctif/ Impératif (souhait, obligation) : « Qu’il vienne vite ! Aidez-moi ! Viens donc ! »
  • Conditionnel (hypothèse, incertitude) : « Il aurait été malade pendant cette évaluation. »

 

 

LES PROCEDES STYLISTIQUES DE MODALISATION

Les types et formes de phrase

Phrase impersonnelle : renforce l’idée d’obligation (Il faut … + infinitif ; il faut que + subjonctif).

Phrase exclamative : exprime les émotions fortes.

Phrase interrogative : interrogation réelle ou question rhétorique (dont on connaît à l’avance la réponse).

Phrase emphatique : met en relief grâce à un présentatif (c’est…que/qui ; voilà/voici…que/qui ; moi, je…).

Les figures de style 

Certaines figures de style expriment également le point de vue du locuteur. 

La comparaison et de la métaphore, qui traduisent une façon de voir toute subjective : « Il a l’air d’un épouvantail. »

La litote, modère un propos défavorable et donc de ménager la sensibilité de l'interlocuteur ; Exemple : Cette copie n'est pas excellente. (= cette copie est mauvaise).

L'hyperbole qui insiste en exagérant : Votre voix aigüe pourrait réveiller un mort ! 

L'ironie 

L'ironie exprime une idée tellement en décalage avec la situation ou ce qu'on peut penser de l'énonciateur qu'elle invite à comprendre un autre message.

L’antiphrase consiste à dire le contraire de ce que l’on pense tout en laissant deviner la vérité : « Zéro sur vingt ! Bravo, belle réussite ! »

Le paradoxe consiste à présenter un jugement qui heurte, surprend, choque. 

Les figures de l’ironie dénoncent au second degré quelque chose d’inacceptable, ridiculisent, créent le doute et interrogent. 

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Brevet le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Vous devez être membre de digiSchool Brevet

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?