Sujet Français Brevet Professionnel Métropole 2017

Sujet Français Brevet Professionnel Métropole 2017

Découvrez le sujet de Français du Brevet Professionnel de Métropole 2017.

Dans ce sujet, il fallait réaliser une étude de documents sur un texte de Irène Némirovsky et une photo. Puis il fallait réécrire un passage du texte. Enfin, il y avait une dictée tirée de la mêm oeuvre que le corpus et un travail d'écriture avec deux sujets au choix.

Téléchargez gratuitement ci-dessous le sujet de l'épreuve de français du Brevet Professionnel de Métropole 2017.

Sujet Français Brevet Professionnel Métropole 2017

Le contenu du document


 

Partie I.2. Français (1 heure 10 minutes, 20 points)

 

Analyse et interprétation de texte et de documents, maîtrise des différents langages.

 

A. Texte littéraire

 

Nous sommes en juin 1940, la France est en guerre et l’armée allemande est aux portes de Paris. Face à cette menace, la famille Péricand décide de fuir.

 

La nuit était proche mais la voiture des Péricand attendait encore à la porte. Ils avaient attaché sur son toit le matelas doux et profond qui depuis vingt-huit ans ornait le lit conjugal. Une voiture d’enfants et une bicyclette étaient fixées sur le coffre à bagages. Ils essayaient en vain de caser à l’intérieur tous les sacs, les valises et les mallettes de la famille, ainsi que les paniers qui contenaient les sandwichs et le

thermos du goûter, les bouteilles de lait des enfants, du poulet froid, du jambon, du pain et les boîtes de farine lactée1 du vieux M. Péricand, et enfin la corbeille du chat. On s’était mis en retard tout d’abord parce que le blanchisseur2 n’avait pas livré le linge et on ne pouvait le joindre par téléphone. Il semblait impossible d’abandonner ces grands draps brodés qui faisaient partie du patrimoine inaltérable des PéricandMaltête

au même titre que les bijoux, les plats d’argent et la bibliothèque. Toute la matinée avait été perdue en recherches ; le blanchisseur lui-même partait. Il avait fini par rendre à Mme Péricand leur bien sous forme de ballots chiffonnés et humides. Mme Péricand s’était passée de déjeuner pour veiller elle-même à l’emballage du linge. Il avait été entendu que les domestiques ainsi qu’Hubert et Bernard3 partiraient par le train. Mais déjà les grilles, dans toutes les gares, étaient closes et gardées par la troupe4. La foule s’accrochait aux barreaux, les secouait, puis refluait en désordre

dans les rues voisines. Des femmes couraient en pleurant, portant leurs enfants sur les bras. On arrêtait les derniers taxis : on offrait deux ou trois mille francs pour quitter Paris. « Jusqu’à Orléans seulement… » Mais les chauffeurs refusaient, ils n’avaient plus d’essence. Les Péricand durent revenir chez eux. Ils réussirent enfin à se procurer une camionnette qui transporterait Madeleine, Maria et Auguste5, Bernard avec son petit frère sur les genoux. Quant à Hubert, il suivrait la caravane6 à bicyclette.

 

Irène Némirovsky, Suite française, 2004

 

1 Farine lactée : farine qui contient de la poudre de lait, et remplace le lait maternel pour les bébés.

2 Blanchisseur : personne dont le métier est de laver et de repasser du linge.

3 Hubert et Bernard : Hubert, 18 ans, et Bernard, 8 ans, deux des cinq enfants de Mme Péricand.

4 La troupe : les soldats.

5 Madeleine, Maria et Auguste : les domestiques

6 La caravane : le cortège des véhicules.

 

B. Document iconographique

 

photo français brevet pro 2017

 

Questions (20 points)

 

1. Lignes 1 à 8 : La famille Péricand veut emporter beaucoup de choses dans sa fuite.

a) Donnez trois exemples d’objets qui ne vous paraissent pas vraiment indispensables dans ces circonstances. (1,5 point)

b) Pourquoi, selon vous, les Péricand ne veulent-ils pas les laisser ? (2 points)

2. « La nuit était proche mais la voiture des Péricand attendait encore à la porte » (ligne 1). La famille Péricand est en retard et n’a pas encore pu quitter Paris :

a) Quelle est la première raison de ce retard ? (2 points)

b) Lignes 15 à 21 : Identifiez au moins une autre raison qui a empêché la famille Péricand de partir avant la nuit. (2 points)

3. « Il semblait impossible d’abandonner ces grands draps brodés qui faisaient partie du patrimoine inaltérable des Péricand-Maltête » (lignes 9-10-11).

a) « altérer » signifie « changer, modifier en mal, dégrader ». En tenant compte de cette définition, ainsi que du sens du préfixe et du suffixe, expliquez ce que veut dire l’adjectif « inaltérable » dans le texte. (1,5 point)

b) Le patrimoine est l’ensemble des biens hérités de la famille. Qu’est-ce qui fait partie du patrimoine des Péricand-Maltête en plus des grands draps brodés ? (1 point)

c) Pourquoi semble-t-il impossible d’abandonner ces draps ? (1 point)

4. Lignes 17 à 21 : Quelle est la réaction de la foule ? Quelles émotions manifeste-telle ? Justifiez votre réponse par des éléments du texte. (3 points)

5. A quel milieu social appartient la famille Péricand ? Justifiez votre réponse en vous appuyant sur le texte. (2 points)

6. a) Que représente la photographie (document B) ? (2 points)

b) Où pourrait se trouver la famille Péricand sur la photographie ? Qu’ajoute alors cette photographie au texte ? (2 points)

 

Réécriture (10 minutes, 5 points)

 

Réécrivez le passage suivant en le mettant au présent et faites toutes les modifications nécessaires. (5 points)

« La foule s’accrochait aux barreaux, les secouait, puis refluait en désordre dans les rues voisines. Des femmes couraient en pleurant, portant leurs enfants sur les bras. On arrêtait les derniers taxis : on offrait deux ou trois mille francs pour quitter Paris. […] Mais les chauffeurs refusaient, ils n’avaient plus d’essence. Les Péricand durent revenir chez eux. Ils réussirent enfin à se procurer une camionnette »

 

Partie II – Français, rédaction et maîtrise de la langue

 

Dictée (20 minutes, 5 points)

 

Lors de la dictée, on procédera successivement :

1. à une lecture préalable, lente et bien articulée du texte ;

2. à la dictée effective du texte, en précisant la ponctuation et en marquant nettement les liaisons ;

3. à la relecture, sans préciser cette fois-ci la ponctuation mais en marquant toujours les liaisons.

On demandera aux candidats d’écrire une ligne sur deux.

 

On ne répondra pas aux questions éventuelles des candidats après la relecture du texte ; ils en seront avertis avant cette relecture.

Avant de commencer la dictée, on inscrira au tableau de manière lisible : 

serrement

Irène Némirovsky, Suite française, 2004

 

On respirait l’angoisse dans l’air, dans le silence. Les gens les plus froids, les plus tranquilles ordinairement ne pouvaient empêcher cette trouble et mortelle épouvante. Chacun avec un serrement de cœur regardait sa maison et pensait : « Demain elle sera en ruine, demain je n’aurai plus rien. On n’a fait de mal à personne. Pourquoi ? » et aussi une vague d’indifférence submergeait leur âme : « Qu’est- ce que ça fait ! Ce ne sont que des pierres, du bois, des objets inertes ! L’essentiel c’est de sauver sa vie ! ».

Irène Némirovsky, Suite française, 2004

 

Partie II – Français, rédaction et maîtrise de la langue

 

Travail d’écriture (1h30, 20 points)

 

Les candidats conserveront les sujets d’Histoire-géographie, Enseignement moral et civique ainsi que le sujet de Français du matin.

 

Vous traiterez au choix le sujet A ou B

 

Sujet A

 

Monsieur et madame Péricand viennent d’apprendre que l’armée allemande approche de Paris. Madame Péricand veut partir, son mari préfère rester. Aucun des deux ne voulant céder, ils discutent longuement.

Rédigez ce dialogue où chacun expose plusieurs arguments.

 

Sujet B

 

« Quant à Hubert, il suivrait la caravane à bicyclette » (ligne 24). Après un voyage à bicyclette de deux jours, Hubert rejoint Orléans où il retrouve le reste de la famille Péricand, arrivée avant lui. Il raconte alors à ses parents et à son jeune frère Bernard, qui l'interrogent, les péripéties de son voyage (dangers courus, obstacles et difficultés rencontrés et surmontés) et les rencontres qu'il a faites. Il fait part également des sentiments et émotions ressenties au cours de ce voyage.

Vous rédigerez ce récit à la première personne.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Brevet le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Vous devez être membre de digiSchool Brevet

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?