Analyse : Guernica, Pablo Picasso - Histoire des Arts - Brevet des Collèges

Analyse : Guernica, Pablo Picasso - Histoire des Arts - Brevet des Collèges

Ce document a été proposé par un membre de la communauté digiSchool Brevet.

Consultez ci-dessous l'analyse de Guernica de Pablo Picasso pour l'épreuve d'Histoire des Arts du Brevet des Collèges. Vous trouverez quelques lignes sur Picasso, le contexte de l'oeuvre, mais aussi la composition de l'oeuvre ainsi qu'une analyse détaillée de Guernica.

Téléhcargez gratuitement cette analyse de Guernica de Picasso pour l'HDA au Brevet !

Analyse : Guernica, Pablo Picasso - Histoire des Arts - Brevet des Collèges
Télécharger gratuitement

17.00/20

4.2000 5 0

5 Avis > Donne ton avis

4157 téléchargements

Le contenu du document


L’AUTEUR DE L’ŒUVRE : PABLO PICASSO

Pablo Picasso est né en 1881 et mort en 1973. D’origine espagnole, il a cependant vécu en France pendant la majorité de sa vie. Au moment de la création de son œuvre Guernica, en 1937, Picasso est un peintre célèbre et reconnu. 


CONTEXTE DE L’ŒUVRE

Guernica s’inscrit dans le cadre de la guerre civile espagnole. Celle-ci débute en 1936 et se termine en 1939. Elle oppose les Franquistes, c’est-à-dire les nationalistes espagnols favorables à un régime fort, autoritaire et nationaliste aux Républicains qui sont, eux, favorables à la liberté du peuple et donc à la République.

Le bombardement de Guernica a eu lieu le 26 avril 1937, jour de marché; quatre escadrilles de l’armée de l’air allemande s’allient aux nationalistes espagnols et bombardent la ville de Guernica, détruisant 70% des habitations. Horrifié par l’évènement, Picasso réalise immédiatement son œuvre.


IDENTITE DE L’ŒUVRE

Guernica, (peinte en 1937), est une peinture à l’huile. Elle mesure 7 mètres 82 de long et 3 mètres 50 de large. Sa taille imposante prouve la volonté de l’auteur de ne laisser au spectateur aucune possibilité de ne pas la voir. 

Jusqu’en 1981, la toile est exposée au musée d’Histoire moderne de New York. Depuis cette date, elle est retournée en Espagne dans le musée national de la Reine Sophie à Madrid.


COMPOSITION FORMELLE DU TABLEAU

Les formes de ce tableau ne sont pas réelles. Ce sont des formes géométriques qui inscrivent le tableau dans un mouvement artistique : le cubisme. Le cubisme est inventé par Picasso & Braque (un autre grand peintre) en 1907. 

Le tableau est en noir et blanc : cela montre la gravité du sujet et symbolise le deuil et la souffrance de l’auteur ainsi que celle du tableau. 

De plus, le noir et le blanc sont un rappel du texte et des clichés de Guernica diffusés dans la presse à la suite des bombardements. 

C’est également pour cela que l’image est aplatie et sans profondeur : elle veut faire penser à une affiche faite pour délivrer un message. 

Organisé comme une frise, Guernica peut être décrite de gauche à droite.


ANALYSE DETAILLEE : GUERNICA

Guernica fixe un instant de souffrance convulsive. Tous les éléments du tableau sont éparpillés comme si une bombe venait d’exploser. 

Toutes les bouches sont ouvertes et expriment l’effroi, la terreur ou la douleur, les personnages hurlants sont tournés vers le ciel, position qui accentue l’expression intense des visages. 

Le tableau est encadré par 2 femmes : 

Cette femme à gauche tient son enfant mort dans ses bras, évoquant une pietà̀, figure de la Vierge pleurant la mort du Christ. Cela donne un aspect religieux au tableau. 

Cette autre femme, à droite du tableau, tombe d’un immeuble qui brûle. Elle a les bras levés au ciel ; Picasso fait sans doute référence au tableau Tres de Mayo de Goya. 

Presque au centre de la composition, le cheval symbolise, des dires mêmes du peintre, le peuple. Une lance transperce son flanc et le blesse à mort. La tête est rejetée en arrière et la bouche semble pousser un dernier cri. Son regard clair nous communique sa souffrance. 

Le taureau nous rappelle que le bombardement de Guernica a eu lieu un lundi, jour de marché, faisant ainsi de nombreuses victimes. 

Il évoque également la corrida, qui est un spectacle sacré pour les espagnols, ce qui montre que le bombardement est un sacrilège. Ses yeux semblent fixer le spectateur et nous interrogent.

A peine visible, entre le cheval et le taureau, l’oiseau pourrait être une colombe, symbole d'espoir et de paix. 

En bas du tableau, un soldat git, démembré, la tête et un bras coupés. Sa main est encore refermée sur une épée brisée. Cette arme archaïque est la figure du combattant. De cette main sort une fleur, symbole d’espoir et de renaissance. Mais sa fragilité est soulignée par la finesse du contour.

A droite, en bas, une femme se traîne, un genou presque à terre. Tout son corps, mais surtout son visage et son cou démesuré sont entièrement tendus vers la lampe.

D’une maison, une femme surgit vers la gauche et vers le centre de la composition. L’allongement de son bras et de sa tête donne une impression de mouvement très dynamique. Elle semble sortir de la ville détruite, en brandissant une lampe placée vers le centre de la composition. Cette petite lampe pourrait être un flambeau, symbole d’espoir. 

Dans Guernica, Picasso « s'autorise » la déformation du réel (une langue devient pointue, un œil prend la forme d'une larme…), prend la liberté d'allonger un cou, d'agrandir une main ou un genou. Cela lui permet de renforcer ce qu'il veut montrer : la souffrance de corps malmenés par la guerre.


LIGNES DE COMPOSITION DE GUERNICA

Malgré une impression de chaos au premier abord, Guernica se révèle être une œuvre très travaillée.

Le tableau se « lit » d'abord comme une frise, de gauche à droite. 

Puis on distingue une organisation en triangle. A la base de la pyramide il y a la mort représentée par le soldat, et au sommet l’espoir symbolisé par la lampe.

Cette composition en triangle met en évidence une répartition en trois parties qui structurent le tableau.

(Enfin, on peut distinguer la partie basse du tableau, dans laquelle les formes sont enchevêtrées, horizontales, et qui évoquent la mort et le chaos ; et la partie haute dans laquelle les formes sont au contraire verticales, plus espacées, et qui expriment davantage la vie. )


ŒUVRE ENGAGEE

Pour Picasso, les souffrances de la guerre sont intemporelles. Par son tableau, le peintre cherche à donner un avertissement permanent à l’humanité : la guerre est source d’une souffrance inacceptable. 

(Cette œuvre très célèbre voit une reproduction qui est placée au Conseil de Sécurité de l’ONU à New York pour rappeler à tous les horreurs de la guerre.)

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Les avis sur ce document

matteox1
4 5 0
16/20

je trouve cet article vraiment intéressant et donne un très bon modèle pour l'épreuve !

par - le 05/06/2016
Nico974
5 5 0
20/20

C'est pas grave si on parle pendant quelques heures parce que 5 mn c'est trop court, je pensais à 1heure 30

par - le 22/05/2016
adam93420
4 5 0
16/20

belle analyse , mais il manque la partie avec la thématique rupture et continuité

par - le 11/05/2016
Plus d'avis (2)

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Brevet le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Vous devez être membre de digiSchool Brevet

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?