Découverte de l'art abstrait, analyse thématique

Découverte de l'art abstrait, analyse thématique

Pour vous aider à construire de brillants dossiers d'histoire des arts pour votre oral du Brevet, digiSchool et son professeur mettent à votre disposition cette fiche consacrée au thème de l'art abstrait.

Document rédigé par un prof Découverte de l'art abstrait, analyse thématique
Télécharger gratuitement

20.00/20

5.0000 5 0

3 Avis > Donne ton avis

2063 téléchargements

Quiz de Histoire des arts :

A quoi se rapportent bien souvent les hymnes nationaux ?

  • A.Au pays concerné
  • B. la guerre
  • C.A un moment historique
  • D.A une personne
Répondre aux 10 questions Voir tous les Quiz de Histoire des arts

Le contenu du document

Débuté dans le courant de la deuxième décennie du 20e siècle, l'art abstrait est le plus souvent rapporté à sa production picturale. Il existe néanmoins de nombreuses occurrences de cette pratique dans les autres arts. Cette fiche de révision s'efforcera de rendre compte de la diversité de ses applications à travers les différentes catégories d'art.
Sa principale caractéristique réside dans le rejet de la représentation figurative. Qu'elle soit explorée dans le cadre d'une certaine spiritualité, voire d'un certain ésotérisme, dans le déploiement d'une philosophie de la perception, en accointance avec les sciences et ses nouvelles investigations dans la physique quantique et la théorie de la relativité, au regard de considérations esthétiques et techniques, ou encore qu'elle participe d'une démarche idéologique et politique, l'abstraction semble avoir pour mot d'ordre d'en finir avec la conception de l'art comme mimèsis du réel. Cette conception est, selon les partisans de l'abstraction, contre-nature à la raison que l'art possède sa propre matérialité et se pense dans son altérité essentielle au réel en soi. Dans l'art abstrait, les images et les autres signes valent pour eux-mêmes.

I - L'abstraction en peinture

Dans ses formes les plus radicales l'art abstrait a été pris en charge par la peinture. Après des siècles de représentation figurative la peinture, dont la qualité mimétique ne peut atteindre celles des nouvelles technologies de l'image que sont la photographie et le cinéma, se trouve à un tournant de son histoire. C'est dans ce contexte que l'abstraction se révèle comme étant une alternative plausible.
Vassily Kandinsky (1866-1944) est considéré comme l'instigateur du mouvement artistique de l'abstraction. Cela n'est qu'en partie exact tant il est vrai que le peintre russe demeure la première figure emblématique du mouvement bien que certains de ses prédécesseurs aient entrepris quelques incursions en ce sens. L'œuvre Kandinsky pourrait se résumer à un processus d'émancipation de la couleur et des formes. Chez lui le travail des formes entend imprimer un rythme à l'image, et les couleurs refusent d'être rapportées à un objet particulier, elles existent pour elles-mêmes.
L'art de Piet Mondrian (1872-1944) est soutenu par l'idée d'une structure immanente de la nature. Celle-ci se révèlerait à travers les principes élémentaires de la géométrie. Mondrian construit ainsi ses œuvres par une composition d'entrecroisements de lignes verticales et de lignes horizontales. Toute la difficulté de son travail va consister à organiser un réseau de lignes suffisamment dynamiques pour être ressenti comme le principe organisateur d'un monde que la perception ordinaire reçoit dans ses multiples irrégularités. Ces toiles offrent de fait une variété d'épaisseurs de lignes, de couleurs, d'articulations aux intersections des lignes entre elles. La couleur joue ici le rôle de contrepoids à la rigidité des lignes droites. Au fil de son parcours l'œuvre de Mondrian va peu à peu dégager une impression pour l'œil de mouvement perpétuel de la structure révélée dans ces tableaux. Elle annonçait ainsi sans doute l'émergence du courant de l'art cinétique.
Le cercle, la croix et le carré, voici les trois formes plastiques qui organisent la quasi totalité de l'œuvre de Kasimir Malevitch (1878-1935). Ces formes sont pour l'artiste les formes suprêmes d'un au-delà du monde des choses, entre-deux du visible et de l'invisible, aux limites d'un néant de la perception. Ces formes du suprématisme (nom du courant artistique qu'il initia) sont corrélées entre elles. Ainsi le cercle est-il la réalisation de la rotation du carré, et la croix la résultante de la division du carré en deux et du pivotement des deux parties ainsi constituées. L'art de Malevitch ne se résume pas à une froide application de principe géométrique. La composition de ses tableaux est toujours soumise à une certaine instabilité par l'entremise de contours mal délimités ou légèrement courbés.
La démarche de ces trois figures majeures de l'abstraction picturale n'est pas dénuée d'un certain ésotérisme, principalement en ce qui concerne Malevitch, Leurs travaux ne peuvent se réduire à un simple formalisme. Ils sont plus certainement, dans des champs d'investigations certes différents voire parfois antagonistes, à rapprocher de la démarche de certains philosophes antiques et de leurs recherches du principe premier du monde.

II - L'abstraction en musique

L'art musical en ce qu'il demeure le moins mimétique des arts est naturellement porté à l'abstraction. Il est pourtant parfois rapporté à un programme thématique, à une idée, on l'invite à raconter une histoire ou à rendre compte d'une atmosphère.
De manière générale la musique dite abstraite, dont on situe l'émergence également au début du XXe siècle, rompt avec les conventions et codes esthétiques des siècles précédents. La musique tonale avec ses harmonies et ses notes mélodiques laisse ici place à la musique atonale avec ses dissonances et ses forts contrastes. La musique abstraite travaille aux sons purs, des sons valant pour eux-mêmes, des sons qui ne se saisissent par uniquement dans leur ensemble, ce qui constitue le principe même des harmonies. Sons graves et aiguës alternent sans transition dans une puissante intensité. Les rythmes se déchainent, les notes sont de moins en moins tenus, les instruments aux sonorités très différentes se mêlent.
Claude Debussy (1862-1918), par exemple, conserve de la musique radicalement classique le principe d'une cohérence formelle mais ce n'est que pour mieux en détourner le sens. Il pousse la logique de la musique tonale jusqu'à en éprouver les limites. Son œuvre paraît ainsi pourvue d'un parfait équilibre mais dont la teneur ne semble pas encore avoir été répertoriée.
Au fil de son œuvre Igor Stravinsky (1882-1971) va peu à peu délaisser la dimension subjective de sa musique pour atteindre à une austérité de ses compositions. Seul semble compter dès lors la recherche d'un langage musical propre porté par les modulations innombrables de ses tonalités.
Anton Webern (1833-1945) a composé une musique à la géométrie des plus étudiées. Son travail sur les intervalles (importance accordée aux temps entre les notes plutôt qu'aux notes elles-mêmes), ou encore son usage indépendant du contrepoint (superpositions de lignes mélodiques distinctes) ne sont pas sans rapprocher son œuvre de celle d'un peintre tel que Piet Mondrian.
Dans le cadre de l'art abstrait la musique devient expérimentale, elle s'essaie à diverses compositions dans le but d'explorer ses potentialités sonores et rythmiques. Elle tend à développer une acoustique qui ne puisse pas être assimilée à des sons naturels ou appréhender dans cette perspective.

III - L'abstraction en littérature

L'usage courant que l'on en a nous fait bien souvent omettre le caractère intrinsèquement abstrait du mot. Le mot désigne pourtant un éternel absent. L'objet qu'il tente de déterminer, d'identifier se trouve toujours au loin, jamais possédé. Il y a de plus un arbitraire des signes. Les mots ne désignent des objets que par convention.
C'est à cette mise en exergue de l'essence abstraite des mots que vont s'atteler certains courants littéraires du XXe siècle. Détourner les règles de grammaire et d'orthographe, conférer de nouveaux sens aux mots, ou même leur refuser toute signification, les faire valoir pour eux-mêmes, pour leur graphie, pour leur sonorité, voilà divers programmes de l'abstraction en littérature.
Tristan Tzara (1896-1963) fut l'une des figures notables du mouvement Dada en littérature. Art de l'absurde, rejetant les conventions et idéologies de l'art classique, l'art Dada va trouver à développer ses principes en littérature par l'entremise de Tzara. Le langage y devient une expression libre. Découper divers mots d'un article de journal pour les réorganiser ensuite au hasard, ce fut là l'un des procédés les plus usités par Tzara pour faire du langage une matière hétéroclite.
Dans le prolongement de ce procédé divers artistes, parmi lesquels Tzara mais aussi André Breton (1896-1966), Paul Eluard (1895-1952), ou encore Robert Desnos (1900-1945) s'adonnèrent à la pratique du cadavre exquis. Dans son application élémentaire le cadavre exquis consistait à produire une phrase dans l'ordre sujet-verbe-complément à plusieurs mains. Chacun des participants produisant l'un des mots de la phrase sans être tenu informé des mots qui en composent les parties précédentes.
L'abstraction en littérature, organisée autour du mouvement Dada, tendait principalement à substituer aux conventions du langage les logiques expérimentales d'un langage de l'inconscient. Le but recherché étant d'en revenir aux origines du langage, d'en explorer les sources qui excèdent le principe normé de la raison.
Empruntant différents médiums et différentes approches réflexives, l'art abstrait a tenté de révolutionner la pratique artistique, de lui donner une nouvelle orientation. Que cela soit par le rejet des conventions ou en explorant des domaines aussi divers que la psychologie, la géométrie, ou encore l'ésotérisme, l'art abstrait a voulu faire sortir l'art du cadre des Beaux-arts jugé suranné, il a voulu en élargir le champ, en travailler les transversalités.
Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Les avis sur ce document

Morgane18112001
5 5 0
20/20

c'est impréssionant tous ces types d'arts abstraits. très utile.

par - le 31/12/2015
emmanuellexu
5 5 0
20/20

digischool c'est très pratique merci beaucoup :)!!

par - le 29/03/2015
JeanBaptiste
5 5 0
20/20

wesh énorme ce doc merci ;) bonne continuation ;)

par - le 10/06/2014

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Brevet le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Chaque semaine recevez des conseils de révisions de la part de votre
coach brevet !

Recevoir
Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool Brevet

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?