Dossier d'Histoire des Arts - La guerre d'Otto Dix - 3ème

Dossier d'Histoire des Arts - La guerre d'Otto Dix - 3ème

digiSchool Brevet met gratuitement à votre disposition ce dossier d'histoire des arts de troisième sur La Guerre d'Otto Dix, réalisé par un élève de 3ème.

Dans ce dossier, vous commencerez par voir une présentation de l'oeuvre. Puis, vous enchainerez avec une analyse. Vous étudierez le contexte historique ainsi que le message de l'oeuvre. Enfin, vous pourrez découvrir un prolongement et le ressenti personnel de l'auteur de ce dossier.

Téléchargez ci-dessous ce dossier d'HDA pour le Brevet des Collèges sur l'oeuvre d'Otto Dix, La Guerre.

Dossier d'Histoire des Arts - La guerre d'Otto Dix - 3ème

Le contenu du document


 

Présentation

"La guerre" a été peint par Otto Dix entre 1929 et 1932. Ce tableau est une peinture sur bois, de nature Triptyque, issue du courant de la «nouvelle objectivité». Il est exposé à la Galerie Neue meister de Dresde, en Allemagne, de dimensions 2,04 sur 2,04 mètres pour le panneau central 2,04 sur 1,02 mètres pour les panneaux latéraux et 0,60 sur 2,04 mètres pour la prédelle.

Otto Dix est un peintre allemand né en 1891 et mort en 1969. Après avoir achevé ses études à l'école des Arts décoratifs de Dresde en 1914, il s'engage volontairement dans l'artillerie. En 1920, alors que le mouvement expressionniste est à bout de souffle en Allemagne, Otto Dix adhère au mouvement dadaïste. Dans les années 1920, avec George Crosz et Max Beckmann, il fonde la «Nouvelle Objectivité».

Les oeuvres d'Otto Dix sont qualifiées d'"Art dégénéré» dans les années 1930 dû au pouvoir d'Hitler en Allemagne. L'artiste ne peut plus exposer. En 1937, ses oeuvres sont retirées des musées allemands. Otto Dix a gravement été marqué par sa participation à la 1ere Guerre Mondiale et il le montre clairement dans son œuvre.

En regardant ce tableau de gauche vers la droite :

Analyse

Description

Dans cette œuvre nous pouvons apercevoir 4 parties et le panneau central : la prédelle, les panneaux latéraux droit et gauche.

Dans le panneau latéral gauche, on peut observer des soldats en uniforme qui peut nous faire penser à celui d'un poilu. Il portent des armes et un sac à dos. On les voit de dos avançant dans le brouillard. Ce groupe de soldats peut nous faire penser à une armée sans visage et sans identité.

Dans le panneau central, contrairement aux autres panneaux, on observe un fond représentant des maison écroulées et des paysages désertiques. Cela peut nous faire penser aux nombreux bombardements ayant eu lieu au cours de cette guerre comme celui de la Bataille de Verdun.

Au premier plan, en bas à droite on peut voir un entassement de corps.

Au second plan on voit un squelette embroché sur un résidu d'architecture. Lui aussi tend le bras, en pointant du doigt le désastre qu'a provoqué la guerre par sa "violence de masse"

Dans le panneau latéral droit, on peut apercevoir un homme, qui est l'autoportrait d'Otto Dix. Il s'est représenté en un sauveur qui aide un soldat blessé. C'est le seul qui se trouve face à nous. Il ne paraît pas réel dans cette scène, il ne porte ni d'uniforme, ni d'arme, ni de casque... Il nous donne l'impression, ni de craindre, ni de se soucier d'une éventuelle attaque ennemie.

Pour finir dans la prédelle, le peintre a cherché à représenter un lieu qui semble être un caveau remplit de cadavres.

Dans cette œuvre, Otto dix utilise principalement des couleur ternes et sombres comme les couleur rouge et brun pour créer l'univers que les poilus pouvaient voir chaque jour. Le brun représente la terre, et à quel point l'environnement pouvait être sale. Il utilise aussi beaucoup le rouge, qui représente le sang, mais pas que, il symbolise la violence et souvent la mort. Il montre un univers guerrier.

La lumière se concentre principalement à l'arrière plan du panneau central, l'artiste a certainement voulu attirer notre regard en particulier sur cette scène, car c'est celle qui dénonce le plus l'horreur de la guerre. Cependant le peintre à également mis une touche de couleur dans le panneau de droite, en utilisant des couleur claires, qui contrastent avec les autres couleurs du tableau. Comme celle tourneé vers le sauveteur, Otto dix a sûrement voulu la mettre en avant car c'est son autoportrait, mais aussi car c'est le seul personnage qui apporte une part d'espérance de vie.

On peut observer une évolution dans le temps au cours des panneaux. Ils racontent une histoire. A gauche dans la brume du matin, on voit les soldats partir au front. Au centre on voit la terrible bataille et le massacre, à droite la nuit qui tombe avec le retour des blessés et en bas la mort. Le peintre nous montre une vision d'apocalypse et de désespoir.

Contexte historique

Il présente une image plus réaliste et encore plus sombre de la guerre que ce qu’il avait pu peindre auparavant. Ce tableau est donc peint durant la République de Weimar. Alors que la population commence à oublier les horreur qu’elle a vécue, Otto Dix peint une image pour rappeler la réalité de la guerre.

Message

Ce tableau est donc une peinture engagée qui par le choix des couleurs et des éléments de sa composition, veut nous montrer la douleur et le chaos de la 1ere guerre mondiale. Elle vise à nous faire passer un message très précis de l'artiste qui est le dégout de la guerre, et ses abominables conséquences. Mais au-delà de cette «déclaration», il veut également nous convaincre de l'horreur et de la bêtise de la Guerre. On peut donc supposer que c'est pour cela qu'il s'est représenté lui-même en sauveur : car c'est lui qui nous met en garde contre la guerre et ses atrocités.

Prolongement

Un autre tableau de ce peintre, dénonce la violence de la 1ere Guerre mondiale, "Les joueur de skat". Ce tableau et une huile et un collage sur toile de 11 cm sur 87 cm conservé à la national galerie de Berlin.

C'est une scène qui ce passe dans un café. Ce sont trois rescapés de la Guerre qui jouent aux cartes dans leur ancien uniforme militaire. On voit sur ce tableau à quel point il sont déformés et avec un corps complètement détruit". Chaque personnage joue aux cartes avec différents membres. Pour le personnage de gauche, il joue avec un pied, il lui manque sa deuxième jambe, il est unijambiste. Le personnage au centre, joue avec sa mâchoire, il n'a plus aucun membre, alors que le personnage de droite lui, joue avec un bras mécanique. Plusieurs objets son mis en valeur, un lampadaire avec une tête de mort dessus et les vieilles pages de journaux qui font rappeler le conflit franco allemand durant la guerre. Le fond du tableau est très obscur, la lumière est concentrée sur les trois personnages. Il utilise la méthode du clair-obscur.

Ressenti personnel

J'ai choisi cette œuvre car elle montre une vérité de la guerre même si elle n'est pas très belle à voir. Je ne trouve pas particulièrement ce tableau très passionnant mais je comprend l'artiste et ce qu'il a voulu démontrer, il montre clairement la réalité des faits et ces pour cela que pour moi cette œuvre est très touchante et émouvante.

Définitions

Nouvelle objectivité : courant artistique qui est apparut en 1920 en Allemagne et il succède à l'expressionnisme. Il réunit tous les domaines.

Triptyque : est une œuvre peinte ou sculptée en trois panneaux, dont les deux volets extérieurs peuvent se refermer sur celui de milieu. Ce format se développe essentiellement aux XIIe et XIII siècle, dans le cadre de la peinture religieuse en Europe.

La République de Weimar : est le nom donné par les historiens au régime politique en place en Allemagne de 1918 à 1933. Elle a été proclamée pendant le cours de la Révolution de 1918, deux jours avant la fin des hostilités de la première guerre mondiale, consécutivement à la défaite de l'Empire allemand.

Amoncellement : entassement, regroupement, empilement...

Bataille de Verdun : bataille de la Première Guerre mondiale qui eut lieu du 21 février au 19 décembre 1916 près de Verdun en France, opposant les armées françaises et allemandes. Elle fit plus de 714 231 morts, disparus ou blessés, 362 000 soldats français et 337 000 allemands, une moyenne de 70 000 victimes pour chacun des dix mois de la bataille.

Prédelle : partie inférieure d'un retable polyptyque, développée horizontalement, qui sert de support aux panneaux principaux. Elle peut être composée d'une seule planche en longueur, ou de plusieurs éléments.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Brevet le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Vous devez être membre de digiSchool Brevet

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?