La Guerre Otto Dix - Dossier d'Histoire des Arts - 3ème

La Guerre Otto Dix - Dossier d'Histoire des Arts - 3ème

digiSchool Brevet vous propose ce dossier d'Histoire des Arts rédigé par un de ses membres. Il s'agit d'un dossier sur La guerre d'Otto Dix.

Dans un premier temps vous trouverez une présentation de l'oeuvre. Puis vous pourrez découvrir une biographie d'Otto Dix ainsi qu'un contexte historique et artistique. Enfin vous pourrez trouver une analyse et l'opinion personelle de l'élève.

Téléchargez ci-dessous ce dossier d'HDA pour le Brevet des Collèges sur La Guerre d'Otto Dix.

La Guerre Otto Dix - Dossier d'Histoire des Arts - 3ème

Le contenu du document

 

 

Introduction à l'exposé

La Guerre d'Otto DIX a été réalisée de 1929 à 1932. Le tableau a été réalisé sur une tempera sur bois, c'est un triptyque avec prédelle. Ses dimensions sont de 204 x 204 cm et de 204 x 102 cm.

Aujourd'hui, cette œuvre est conservée au Gemäldegalerie Neue Meister à Dresde.

Présentation détaillée de l’œuvre

La Guerre, un cycle infernal

Otto DIX a fait le choix de réaliser son œuvre sur un triptyque, composé de trois panneaux et d'une prédelle.

Aussi, l'artiste s'inspire du Retable d’Issenheim de Matthias GRUNEWALD, pour les formats et la technique. Otto DIX veux présenter les victimes de la guerre comme martyrs et montrer une inversion de l'image biblique de l'enfer : l'enfer est sur Terre alors que la paix est sous-terre.

La succession des panneaux marque le cycle d'une journée d'un soldat : 

- la marche vers le front ;

- les combats de la journée ;

- les survivants blessés ;

- le soir : le repos.

L'espace formé par le tableau décrit une boucle infernale : les soldats combattent et meurent et d'autres reviennent, se reposent puis repartent.

Les soldats en marche vers le front

On peut voir des soldats en armes qui marchent dans la brume sous le ciel gris. Les soldats avancent du même pas. L'artiste nous donne l'impression que les soldats s'éloignent.

Deux soldats nous entraînent dans la marche à suivre et nous dirigent à l'intérieur du tableau afin de découvrir l'inhumanité des combats.

Une violence extrême

Sur le panneau central, il y a des ruines de maisons bombardées et du paysage dévasté. La tranchée est aussi déchiée : beaucoup de corps et de cribles de balles.

Au-dessus de ces corps, il y a un squelette qui désigne de son doigt la mort et la barbarie. A gauche du tableau, un survivant avec un masque à gaz assiste à la scène.

Les soldats

Sur le panneau de droite, un personnage se distingue de tous les autres soldats : on voit son visage, il s'agit en réalité d'un autoportrait d'Otto DIX sans protection, sans armes aidant un soldat blessé : l’artiste souligne le sentiment de fraternité qui leur permettait de tenir au front.

Sur le panneau inférieur, appelé aussi prédelle, représente un cercueil collectif contenant au moins trois soldats. On peut noter que le panneau inférieur a les mêmes dimensions que le cadre d'un cercueil.

Une composition désordonnée

Aucune ligne ne permet de trouver un point de fuite. Tout n'est que désordre.

Otto DIX utilise principalement des couleurs ternes comme le gris et le noir pour la mort et les cendres. On peut relever aussi des nuances de rouges pour le sang et du brun pour la terre des tranchées.

La lumière des trois panneaux est pale, elle ne paraît pas naturelle comme le ciel. Le peintre nous montre une vision d’apocalypse et de désespoir.

Le courant artistique

Ce tableau fait appel à la méthode expressionniste de la « Nouvelle Objectivité » afin de représenter la dramatique réalité de la guerre.

Grâce à ce mouvement artistique allemand, il y a un retour au réalisme de cette guerre atroce.

Remontons le temps...

La biographie de l’artiste

Otto DIX (1891 – 1969) est l'un des plus grands peintres allemands du début du XXème siècle. Issu d'une famille d'ouvriers, il étudie à l’École des beaux-arts jusqu'en juin 1914. Engagé volontairement au début de la guerre, il est envoyé au front et il découvre l'horreur et la souffrance. Le peintre est bouleversé par les atrocités de la Grande Guerre qu'il cherche à exprimer dans ses œuvres.

En 1933, le régime nazi l'accuse de produire un art « dégénéré» et lui est interdit d'enseigner et d'exposer. Aussi, une partie de ses œuvres est confisquée. A nouveau mobilisé à la Seconde Guerre Mondiale, en 1945, il est fait prisonnier en France. De retour à son pays natal, il se consacre à son art.

Le contexte historique

Otto DIX réalise La Guerre entre 1929 et 1932, donc dix ans après l'armistice de la Première Guerre Mondiale (1914 – 1918). Lors de cette guerre, la Triple Entente (France, Royaume – Uni, Empire Russe et ensuite les États-Unis) et la Triple Alliance (Empire Allemand, Empire Ottoman et Empire Austro-hongrois) se sont violemment opposés. Les soldats ont mené la guerre de positions qui a été très meurtrière. Jamais autant d'hommes n'ont été mobilisés et l’utilisation des nouvelles armes explique la violence des combats.

En Allemagne, la défaite et le traité de Versailles sont très mal acceptés. Déclarée comme responsable de la guerre, l'Allemagne est punie : elle doit payer des réparations et encoure des sévères contraintes militaires.

Dès les années 1920, les idées nationalistes s’affirment en Allemagne. C'est dans ce contexte que le peintre réalise cette œuvre : il se rappelle la guerre pour exprimer le traumatisme du conflit afin de rappeler les souffrances de la guerre et de la violence des combats.

Le contexte artistique

Après la guerre, Otto DIX a participé au dadaïsme puis au mouvement expressionniste. Le dadaïsme est un mouvement intellectuel, littéraire et artistique qui se diffuse en Europe en 1916. L'expressionnisme apparaît en Europe du Nord au début du XXème siècle. Il cherche à exprimer la souffrance et le tragique en les exagérant.

Sous la République de Weimar, Otto DIX devient en 1924 un des principaux artistes appartenant au mouvement expressionniste « la Nouvelle Objectivité ». Avec d'autres artistes, il représente une vision tragique de la Première Guerre Mondiale et de l'Allemagne des années 1930. Tous les artistes de ce mouvement décrivent le conflit qu'ils ont vécus.

Analyse

La Guerre, œuvre engagée

Grâce à cette œuvre, Otto DIX dénonce les horreurs de la guerre : il montre les réalités de la guerre et exprime le traumatisme de ce conflit. Ce tableau nous montre le réalisme violent sur les ravages de la guerre, la déshumanisation des soldats et la barbarie. L'artiste exprime la guerre dans sa brutalité réelle. La succession des panneaux montre un éternel recommencement : la guerre ne laisse aucun espoir de sortie aux êtres humains.

Œuvres associées

Pour voir les œuvres, se référer aux annexes.

Œuvre 1 : Verdun, tableau de guerre interprété, projections colorées noires, bleues et rouges, terrains dévastés, nuées de gaz, Félix VALOTTON, 1916

Le tableau Verdun a été réalisé en 1916, pendant la Première Guerre Mondiale par Félix VALLATTON. Son peintre (1865 -1925) n'a pas participé à la guerre à cause de son âge, même s'il a voulu s'engager volontairement mais l'a observé durant une mission en 1914.

Ce tableau intitulé Verdun, représente un champ de bataille durant la violente bataille de Verdun (février-décembre 1916) avec des flammes, des fumées des incendies, d'épais nuages qui pourraient être des nuées de gaz toxiques et des faisceaux lumineux qui représentent les retombées des obus. L'espace est structuré de façon géométrique. Tout est bouleversé et incompréhensible. Cette œuvre nous donne une impression de mouvement, de forces et d'oppositions. Les couleurs sont claires et sombres : il y a encore une opposition, symbole de la guerre. Ce tableau montre une autre facette de la guerre : il ne représente pas de soldats ou de corps morts par les combats. L'accent est donc mis sur l'affrontement des forces ennemies et les moyens mis en œuvre pour combattre.

différences ressemblances

Œuvre 2 : A l'ouest rien de nouveau, Erich Maria REMARQUE, 1928

Ce roman autobiographique raconte le parcours de l'auteur, Erich Maria REMARQUE, durant la Première Guerre Mondiale. Il a été écrit en 1928, donc 10 après la Grande Guerre.

Son écrivain, Erich Maria REMARQUE, d'origine allemande, a été mobilisé durant la Première Guerre Mondiale. Il a donc vécu l'horreur de cette guerre tragique. Il est blessé et quitte la guerre en 1917.

En 1933, à la suite d'autodafés nazis sur son livre, Erich Maria REMARQUE s'exile en Suisse, puis aux États-Unis.

En 1917, Paul Baümer a 19 ans et s'engage dans l'armée avec un camarade de classe, suite à la propagande de leur professeur.

Dans ce roman autobiographique, E. M. REMARQUE décrit les atrocités de la guerre et l'évolution de la mentalité des soldats durant celle-ci.

A travers celui-ci, il insiste sur des faits violents : les cadavres, les obus, ... L'idée de camaraderie est présente car tous les soldats sont solidaires entre eux : ils restent toujours ensemble même s'ils mettent leur vie en danger pour aider les soldats blessés.

La fin du roman est marquée par l'armistice du 11 novembre 1918 et par le décès du plus proche amis de Paul Baümer : Kat.

A travers le personnage de Paul Baümer, E. M. REMARQUE raconte son parcours en tant que soldat, pendant la Grande Guerre.

ressemblances à l'ouest rien de nouveau

Œuvre 3 : Le Soldat, Florent PAGNY, 2014

Ce chant retranscrit la lettre d'un poilu combattant sur le front pendant la Première Guerre Mondiale. Composé par CALOGERO (1971) et sa femme, Marie BASTIDE et interprété par Florent PAGNY (1951) en 2014, à l'occasion du centenaire de la Première Guerre Mondiale.

Dans cette lettre, le poilu décrit ses conditions de vie dans les tranchées et exprime sa souffrance mais il reste optimiste pour rassurer sa fiancée.

Il est conscient du danger et de sa mort probable ici mais il est fier d’être un soldat. Le Soldat est une chanson de caractère romantique, mélancolique, triste, touchant mais malgré tout entraînante. Le rythme de valse est plutôt entraînant et donc en contradiction avec un texte mélancolique, voire tragique.

Le poème est construit en trois vers en alexandrin et un vers en hexasyllabes. L’accompagnement est assez doux mais la caisse claire apporte une touche militaire et annonce la mort du soldat. Les cordes suscitent beaucoup d'émotions.

ressemblances chant

Œuvre 4 : Monument aux morts de la ville de Lodève, Paul DARDE

Le Monument en hommage aux morts de la Première Guerre Mondiale a été réalisé par Paul DARDE de 1919 à 1930. Ce monument se trouve dans la commune de Lodève, dans l'Hérault. Cette œuvre est élevée, elle est donc mise en valeur.

Son sculpteur, Paul DARDE (1888-1963), s'est engagé volontairement à la Grande Guerre. Il a donc connu la tragédie de cette Guerre.

Ce monument rend hommage aux Français morts pour la France pendant la Première Guerre Mondiale. Le monument présente quatre femmes symbolisant, grâce à leurs vêtements, toutes les saisons. Elles représentent la paix après la Grande Guerre. Aux pieds de ces femmes, il y a un poilu mort, avec une femme effondrée sur son corps et deux enfants symbolisant l'innocence et tous les civils morts.

ressemblances monument

Opinion personnelle

J'ai décidé de choisir cette œuvre car étant passionnée d'histoire, je voulais découvrir la signification de ce tableau, ayant un rapport direct avec la Première Guerre Mondiale principalement.

Grâce à cela, La Guerre d'Otto DIX m'a apporté des connaissances nouvelles sur le tableau ainsi que sur les divers contextes.

Conclusion

La Guerre d’Otto DIX est une œuvre que l’on peut qualifier d’engagée, c’est en quelque sorte un acte politique par lequel l’artiste dénonce très clairement son dégout de la guerre et le pacifisme qui en est la conséquence. Mais son intention ne se limite pas à cette « déclaration de pacifisme » car il souhaite également nous convaincre, nous spectateurs, de l’horreur et de la bêtise de la guerre.

C’est certainement pour cela qu’il se représente en sauveur : il est celui qui nous met en garde contre la guerre et ses atrocités.

Annexes

Retable d'Issenheim

monument aux morts Lodève

chanson le soldat

Verdun tableau

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Brevet le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Vous devez être membre de digiSchool Brevet

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?