Le chant des partisans : analyse d'histoire des arts

Le chant des partisans : analyse d'histoire des arts

Le chant des partisans : analyse d'histoire des arts

Le contenu du document

Le document que vous pouvez voir ici est l'analyse d'histoire des arts sur Le Chant des Partisans préparée par un de nos membres : SuuperMayo.

 

Le Chant des Partisans

 

Le Chant des Partisans chantée par Anna Marly a donné lieu à de nombreuses interprétations, comme celles de Johnny Hallyday, Jean Ferrat, Yves Montand… et à des reprises comme celle de ZEBDA. J’ai choisi de vous présenter la version interprétée par Anna Marly. C’est un chant de combat, un appel intemporel à résister, mais aussi un hymne à la fraternité et à l’espoir. C’est un appel à la lutte pour la Liberté qui galvanisera tous les Peuples opprimés auxquels il s’adresse. Le texte, le poids des mots, et la musique ont la même importance et ne peuvent aller l’un sans l’autre, ils sont indissociables. Tout est fait pour montrer l’intensité de la situation. Le chant des partisans a été composé en 1943 par Joseph Kessel et Maurice Druon son neveu alors que la Résistance était à son fort.

 

Au cours de mon oral je vais répondre à la problématique: pourquoi est-ce une œuvre engagée? Dans un premier temps je vais vous faire écouter un extrait musical de l'œuvre puis faire une petite biographie des compositeurs et parler de ce qui les a incités à écrire cette musique, puis du contexte historique de l'œuvre et du plan musical.

 

Biographies

Joseph Kessel

Joseph Kessel vécut en Argentine ses tout premiers mois, pour être emmené ensuite de l’autre côté de la planète, à Orenbourg, dans l’Oural, (au Kazakhstan) avant de venir s’installer en France pour des raisons d'argent. Il fit ses études secondaires au lycée Louis-le-Grand, à Paris. Infirmier brancardier durant quelques mois en 1914, il obtint en 1915 sa licence de lettres et se trouva engagé, à dix-sept ans, au Journal des débats, dans le service de politique étrangère.

À la fin de l'année 1915, Joseph Kessel choisissait de prendre part aux combats, et s’enrôle comme volontaire, dans l’artillerie, puis dans l’aviation. Il termine la guerre par une mission en Sibérie .Il fonda en 1928, un hebdomadaire politique et littéraire, le Gringoire. Correspondant de guerre pendant la guerre d'Espagne, il rejoignit après la défaite la Résistance, avec son neveu Maurice Druon. Il franchit clandestinement les Pyrénées pour gagner Londres et s’engager dans les Forces aériennes françaises libres du général de Gaulle. En mai 1943, dans l'enceinte du pub The White Swan dans la banlieue sud de Londres, Kessel et son neveu composent les paroles du « Chant des Partisans » qui deviendra le chant de ralliement de la Résistance. Il finit la guerre, capitaine d’aviation, dans une escadrille qui, la nuit, survole la France pour maintenir les liaisons avec la Résistance et lui donner des consignes. (La Résistance c'est l'ensemble des mouvements et réseaux clandestins qui ont lutté contre l'occupation allemande pendant la Seconde guerre mondiale)

 

Maurice Druon

Maurice Druon, est né le 23 avril 1918 dans le treizième arrondissement de Paris et est mort le 14 avril 2009, est un écrivain et homme politique français. Maurice Druon s'engage dans la Résistance et rejoint Londres en janvier 1943. Attaché au programme « Honneur et Patrie », il écrit alors avec son oncle Joseph Kessel les paroles du Chant des Partisans. 

 

Le Chant des Partisans

 

Le Chant des Partisans est inspiré d'une chanson datant des périodes de soulèvements bolcheviques en Russie et une idée de la chanteuse Anna Marly.  Devenu l’indicatif de l’émission de la radio (diffusé deux fois par jour, sans les paroles) Honneur et Patrie, puis signe de reconnaissance, Le Chant des partisans devient un succès mondial. On choisit alors de siffler ce chant, d'abord pour ne pas être repéré en la chantant mais aussi car la mélodie sifflée reste audible. Largué par la Royal Air Force sur la France occupée, et écouté clandestinement, ce succès dont les paroles furent publiées dans Les cahiers de la Libération du 24 septembre 1943, se répand immédiatement tant en France qu'ailleurs dans les milieux de la Résistance.

 

Analyse de texte

Chanson populaire en rimes ;/emploi du présent+ impératif qui marque l'urgence dans la réalité ;/tutoiement pour s'adresser à tout le monde et toucher d'avantage le lecteur ou l'auditeur ;/volonté de créer un sentiment d'appartenance à un groupe ;/message pour les partisans, les paysans et les ouvriers qui forment une armée de l'ombre capable de s'organiser en réseaux et dans les maquis ;/champs lexical des armes : mitraille, fusils, grenades, couteaux... ;/incitation à la lutte armée : sollicitation par des interrogatives des interjections(ohé!) ;/emploi des images(le vol noir des corbeaux) pour désigner l'aviation allemande et pour représenter leurs uniformes ;/mise en avant du nombre des français qui prennent part à la Résistance(« si tu tombes, un amis sort de l'ombre à ta place ») ;/allégorie de Liberté.

 

Description et analyse des paroles :

Du fait de la richesse du texte, je commenterai principalement la strophe 1:« Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ? Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu'on enchaîne ? Ohé, partisans, ouvriers et paysans, c'est l'alarme. Ce soir l'ennemi connaîtra le prix du sang et les larmes.» Rappel de la situation désespérée de la France (1-2), puis appel à la révolte (3-4) // « Ami » celui qui va être avec nous contre les autres//« entends-tu » l'auditeur est interpellé//« vol » on fait allusion aux raids aériens des avions allemands, qui ont bombardé la France//« noir »comme la couleur de l’uniforme des SS, noir comme la mort//« corbeaux »charognards auxquels sont comparés les Allemands qui tuent, pillent le pays. Le corbeau représente toujours une menace.//« nos »notre pays envahi et occupé par les Allemands.//« cris sourds »ceux des prisonniers torturés par les SS, des civils terrorisés par les bombes. Les Français ont peur de l’occupant Allemand.//« Pays qu’on enchaîne » la France souffre d’être esclave de l’occupant Allemand. Les paroles du Chant des Partisans ne citent jamais les Allemands, tout n’est qu’allusion, symbole, sous-entendus, mais, dans le contexte de l’époque tout le monde sait de qui on parle.//« Ohé partisans, ouvriers, paysans »c’est la France rurale, industrielle qui est interpellée, la France composée de combattants volontaires, prêts à défendre leur liberté.//« alarme »alerte, il faut réagir, il y a urgence.//« ce soir »la France va réagir vite, maintenant !//« connaîtra le prix du sang et des larmes »appel à la Vengeance les Allemands vont payer pour le mal qu’ils ont fait à la France. Cette strophe constitue l’appel d’une Nation à se réveiller face à l’Ennemi. Après la peur et la douleur c’est l’espoir qui prédomine.

 

Analyse du plan musical

 

Découpage : 1ère section : 0'- 3' tambour démarre tout seul ; / 8'- 10' silence de 2' entre chaque strophes ; /                

                        2ème  section : 1’55-fin sifflotements fredonnement

Le chant des Partisans comprend quatre strophes sans refrain, toutes chantées sur une même mélodie, c’est donc une « forme strophique ».Chaque strophe reprend la même musique : la troisième et la quatrième strophe ont une intensité de même niveau. Si ce chant est chanté à voix basse, ou sifflé sourdement, il évoque la chape de plomb qui s’est abattue sur le pays occupé, la censure, les souffles et les murmures de la clandestinité. Le tempo est modéré et le rythme binaire chanteur soliste+ dans la version originale l'instrument est le tambour. Il y a un ostinato rythmique, la nuance de cette musique est « pianissimo », la chanteuse augmente la voix en début de phrase et baisse le ton en fin de phrase, elle insiste sur quelques mots comme « ami», « partisans », « ennemi », « sang », « paille » « Ohé »... elle fait des notes tenues à la fin des phrases.

 

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Les avis sur ce document

soriakhmer
5 5 0
20/20

supeer je vais bien passez mon HDA ! manque que la conclusion ;)

par - le 01/05/2016
yaelleSALOU
4 5 0
16/20

je souhaiterais une conclusion sinon tres bonne annalyse du chant bravo

par - le 19/03/2016
Kart0une
5 5 0
20/20

Excellent et très intéressant, merci beaucoup pour cet analyse.

par - le 13/03/2016
Plus d'avis (11)

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Brevet le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Vous devez être membre de digiSchool Brevet

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?