Le Mécanicien - Fernand Léger : HDA

Le Mécanicien - Fernand Léger : HDA

Le Mécanicien - Fernand Léger : HDA
Télécharger gratuitement

20.00/20

5.0000 5 0

1 Avis > Donne ton avis

357 téléchargements

Peinture

Quiz de Histoire des arts :

A quoi se rapportent bien souvent les hymnes nationaux ?

  • A.Au pays concerné
  • B. la guerre
  • C.A un moment historique
  • D.A une personne
Répondre aux 10 questions Voir tous les Quiz de Histoire des arts

Le contenu du document

Le document ci dessous est une analyse d'histoire des arts sur le mécanicien de fernand leger.

 

 

I - Introduction :

 

Le mécanicien est une huile sur toile réalisée par Fernand Léger en 1920. Elle a pour dimensions 116 cm x 88,8 cm et elle est exposée au musée des Beaux-Arts du Canada à Ottawa. C’est le portrait d’un homme.

Domaine artistique : Arts visuels.

Thématique : Arts états et pouvoir.

Fernand Léger (1881-1955) est un peintre et un sculpteur qui participe au mouvement artistique du cubisme. Il est d’origine normande. Ses oeuvres les plus connues sont : La partie de cartes , les disques dans la ville et le mécanicien.

 

Au cours des années 20, la plupart des artistes d’avant-garde semblent revenir à un certain classicisme et aux références aux maîtres anciens. Généralement appelé « Retour à l’ordre », cette tendance touche aussi bien Pablo Picasso, dans les portraits délicats qu’il réalise d’Olga, sa dernière épouse, que Matisse et Derain qui adoucissent l’intensité de leur palette et les déformations qui caractérisaient leurs toiles d’avant-guerre. Le Mécanicien, par son relatif raide et figé s’inscrit dans ce questionnement nouveau de la tradition. Représenté avec le corps de face et le visage de profil, Le Mécanicien évoque ainsi certaines figures assyriennes ou égyptiennes, alors que ses volumes saillants et marqués lui confèrent la calme sérénité des sculptures grecques.

 

II - Description et Analyse :

Au premier plan, on voit un homme représenté en buste qui fume une cigarette. Il est brun, regarde vers sa droite. Son visage est impassible, il a l’air détendu, sa moustache est souriante. Tout ceci laisse penser que ce personnage savoure pleinement un instant de repos au coeur d’une journée de travail. Il porte un tatouage représentant une sorte d’ancre sur le bras droit. Le cadrage serré met en valeur sa musculature composée de volumes luisants comme du métal. Il semble un ouvrier. Il est habillé en débardeur et porte deux bagues à la main droite. La position négligée de sa main tenant la cigarette et le port de ces deux bagues montre la confiance en soi de l’ouvrier. Le regard de l'homme est vide comme celui d’un robot, il est en étroite relation avec le fond qui est très abstrait. Ses épaules forment des courbes même si ses bras semblent un peu « mécanisés ». Le titre de l’œuvre, Le Mécanicien, ancre immédiatement le tableau dans un univers : celui de la machine, de l’effort, du travail physique de l’homme du peuple.

L’arrière-plan forme et fond plat dans lequel on voit des formes géométriques abstraites disposées de couleurs vives en aplats.

Ce fond évoque une usine par les formes qui ressemblent à des tuyaux. Elles sont orthogonales (angles droits), contrastées et colorées.

Des couleurs primaires (rouge, jaune) créent une relation rythmique entre le personnage et le fond : le mécanicien ressort et en même temps s’inscrit dans ce décor (communion entre les êtres et les choses). Ces couleurs évoquent le monde moderne sans le décrire.

Il y a une esthétisation du banal, de l’ordinaire.

 

Le noir, le blanc et le beige/rose sont les couleurs principales de ce tableau : noir (débardeur, fond), blanc (fond), beige/rose (peau de l’homme). Les couleurs sont chaudes (jaune, orange...). La lumière semble venir d’en face de son buste.

 

III- Interprétation :

Fernand Léger, réalise souvent des peintures populaires sans renier son appartenance à la modernité à partir de la Première Guerre Mondiale (moment décisif pour sa vie d’homme et sa carrière d’artiste). En 1946, cela représente pour lui l’expérience qui lui a permis de découvrir le peuple et de se renouveler entièrement. Le front lui a permis de côtoyer des gens de toutes professions (mineurs, terrassiers, artisans du bois et du fer ...). Léger est touché par « la richesse, la variété, l’humour, la perfection de certains types d’homme... leur sens exact du réel utile, de sa valeur pratique, son application opportune au milieu de ce drame...».

À son retour en France en 1945, il rejoint le Parti Communiste. Le fait que le mécanicien tourne sa tête vers la gauche provient probablement de ce fait.

 

Malgré la violence du conflit, la solidarité entretenue par les poilus renforce sa foi en l’humanité. Dans ses tableaux suivront plusieurs mécaniciens (le poilu redevenu civil) dont celui du LaM (Musée) , particulièrement monumental. Sa composition générale sera reprise deux ans plus tard, dans un tableau de plus grand format aujourd’hui conservé à Ottawa. La carnation de l’ouvrier y prend une teinte chaire tandis que le tatouage d’une ancre se dessine sur son bras, détail anecdotique à lire comme un trait d’humour, une sorte d’argot visuel, langue dont Léger aime l’inventivité. Dès lors, le sujet de l’ouvrier connaît un développement fulgurant dans sa peinture, trouvant son plein développement dans les magistraux Constructeurs des années 50.

 

Le mécanicien est l’ouvrier emblématique de la deuxième révolution industrielle, comme le mineur était celui de la première. Il peut travailler dans l'automobile, les chemins de fer, réparer ou conduire n’importe quelle machine à moteur, il l’a fait pendant la guerre qui vient de se terminer et continue de le faire à l' usine où il est toujours.

 

Le Mécanicien est non seulement le portrait symbolique de l’artiste, par les préoccupations sociales et esthétiques dont il est l’emblème, mais il est aussi, par sa ressemblance physique avec Fernand Léger, un véritable autoportrait. De fait, mieux que tout autre sujet, le mécanicien, et par extension l’ouvrier, permettant à l’artiste de définir, par analogie, son propre travail de créateur. Observée de près, la peinture laisse apparaître des traces de repentir ou des oublis. Témoignages d’une facture manuelle, ces zones assurent des respirations entre les plans, évitant ainsi le classicisme plaqué d’une opposition figure/fond. Pour prendre d’autres exemples, citons la couleur rouge qui fuse sous le bras gauche du Mécanicien, écho au rectangle de la même couleur qui le jouxte. Pour reprendre un terme emprunté à la mécanique, Fernand Léger laisse du « jeu » entre les pièces de ses compositions, dont un huilage trop parfait serait, sans doute, en contradiction avec son goût du contraste. Jeu qui aménage aussi des surprises visuelles pour le spectateur et laisse son regard vagabonder sur la surface de la toile, à l’encontre des évidences.

 

     VI - Conclusion :

L’homme représenté est un ouvrier, ses bras semblent mécanisés pas sa musculature mise en valeur et il semble serein en plein moment de repos (cigarette, visage impassible). Son regard vide comme celui d’en robot met le personnage en rapport avec le fond.

 

Par là même cet homme devient peu à peu un élément de géométrie abstraite qui le dépasse et qui l’absorbe. Le sens que l'on peut donner à cette œuvre est que l'homme fait de chair et d'os, la personnalité dont on peut faire le portrait, est devenu un individu de série.

C'est une vision négative mais pas "noire" de l'industrialisation.

Dans Le remorqueur, une peinture du même artiste réalisée la même année, on retrouve les formes géométriques de l’arrière-plan du tableau présenté et qui fait référence à l’industrialisation par des images de moteurs, de bateaux mais aussi avec des silhouettes cylindriques représentées.

Une œuvre du même peintre, Le Grand Remorqueur peinte en 1923 regroupe aussi les formes géométriques et c’est une peinture où domine largement une imagerie inspirée de la machine et du dynamisme urbain.

 

J’ai beaucoup aimé ce tableau car Fernand Léger fait passer de nombreux messages au travers de celui-ci (l’homme est comparé à un robot, culture des hommes au front (y compris les mécaniciens mais aussi les autres professions), ouvriers comparés à des robots). De plus, il dénonce le fait que l’industrialisation peut transformer des individus en « individus de série ».

 

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Les avis sur ce document

Lol27
5 5 0
20/20

VRAIMENT SUPER ! Cela m'a énormément aider, moi et ma copine .

par - le 21/01/2016

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Brevet le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Chaque semaine recevez des conseils de révisions de la part de votre
coach brevet !

Recevoir
Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool Brevet

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?