Les régimes totalitaires et la propagande : analyse thématique

Les régimes totalitaires et la propagande : analyse thématique

Cette fiche de notre professeur aborde la thématique des régimes totalitaires et de la propagande. Vous y trouverez une analyse de cette thématique pour bien comprendre de quoi il s'agit et vous pourrez ensuite vous en servir pour votre dossier d'histoire des arts.

Document rédigé par un prof Les régimes totalitaires et la propagande : analyse thématique
Télécharger gratuitement

20.00/20

5.0000 5 0

1 Avis > Donne ton avis

3997 téléchargements

Quiz de Histoire des arts :

A quoi se rapportent bien souvent les hymnes nationaux ?

  • A.Au pays concerné
  • B. la guerre
  • C.A un moment historique
  • D.A une personne
Répondre aux 10 questions Voir tous les Quiz de Histoire des arts

Le contenu du document

Dans la volonté d'assoir son idéologie des pleins pouvoirs le totalitarisme fait de la propagande le levier de sa démagogie. Dans cette perspective, les arts sont un atout majeur. En effet l'art est une manière idoine de s'adresser aux masses. Loin des discours élitistes l'art figure, met en scène, et élabore les symboles de la teneur d'une idéologie. Il est à cet effet un puissant outil de manipulation en ce qu'il magnifie et vulgarise les propos et les actes les plus abjectes.
Les plus grands pouvoirs totalitaires de l'histoire ont tous mis en place un dispositif de l'art de la propagande des plus élaborés. De nombreux artistes, partisans ou contraints, ont mis leur connaissance esthétique et pratique au service d'une vision du pouvoir qui ne tolère pas l'équivoque. Art généralement figuratif, en raison du fait de sa compréhension plus aisé pour les masses, l'art de la propagande a pour dessein d'unir et de soumettre un peuple à ceux qui s'en prétendent souverains.
Cette fiche de révision propose, une succincte rétrospective des œuvres et des mouvements artistiques qui se sont particulièrement illustrés à des fins de propagande. Il s'agira d'en considérer les voies et moyens ainsi que son ampleur. Par souci de concision le programme de cette fiche concentrera son analyse sur l'hégémonie de l'idéologie nazie et sur celle du parti soviétique sous le règne de Joseph Staline.

I - L'art de la propagande du parti nazi

Le pouvoir nazi tendait à avoir une main mise totale sur la production artistique de ses territoires. Toute œuvre ne répondant pas à ses volontés se voyait considéré comme relevant d'un art dégénéré. Les auteurs de ses œuvres furent bien souvent emprisonnés ou contraints en secret à l'exil.
L'art de la propagande nazi n'a aucune volonté d'invention et de création esthétique. Il se réfère à divers canons artistiques connus et reconnus par les populations. Les œuvres se veulent avant tout monumentales, symboles de la grandeur du nazisme.
Bien que s'étendant à toutes les catégories des pratiques artistiques, l'art de la propagande nazi s'est particulièrement illustré dans le domaine de l'architecture et de la sculpture. Visibles de tous, relevant de dimensions monumentales et s'inscrivant dans la mise en place d'une atmosphère ambiante d'un pouvoir totalitaire, ces deux domaines artistiques avaient les faveurs de la politique culturelle du troisième Reich.
Dans le domaine de la sculpture, Arno Breker (1900-1991) fait office de référence. La sculpture nazi est conduit par les conventions esthétiques de l'art antique. Il s'agit ainsi de reprendre à son compte la question de l'idéal du beau de l'art antique. Parfaite symétrie des figures, juste proportions des formes, postures nobles et expressions souveraines constituent de fait les critères premiers de cet art.
Albert Speer (1905-1981) fut quant à lui le chef de file de l'architecture nazie. Nommé architecte en chef du parti il réalisa et supervisa la construction de bâtiments tels que la chancellerie du Reich et le Reichsparteitagsgelände, complexe architectural dédié aux congrès du parti du Reich. Son art est lui aussi d'inspiration antique. Son style confine au dépouillement du dorique. L'ensemble donne à l'observateur un fort sentiment de simplicité, de force et de majesté. Le critère du gigantisme est là aussi de la plus haute importance. Le Reichsparteitagsgelände atteint par exemple une superficie de près de 11 km².
Autre outil de propagande nazie, le cinéma. La réalisatrice Leni Riefenstahl (1902-2003) en fut la figure de proue, et Le triomphe de la volonté (1935) son œuvre la plus notable. Ce film décrit le déroulement des congrès du parti nazi au sein du Reichsparteitagsgelände. Sa mise en scène célèbre la grandeur et le respect supposément suscités par les dignitaires du parti. Par le procédé de la contre-plongée les silhouettes semblent plus imposantes, les dignitaires filmés se pare de la majesté des héros. Sa technique récurrente du champ/contre champ doit quant à elle créer un sentiment de cohésion des dignitaires avec leur assemblé et les foules. L'impression de cohésion est également soutenue par de nombreux plans larges montrant des foules défilant en ordre de marche.
L'art de la propagande allemande s'est ainsi fondé sur le principe du culte du corps, soutenant par là la théorie d'une perfection de la race aryenne, sur la notion de grandeur relative aux dignitaires du parti, et tout particulièrement de son führer Adolf Hitler, et au mouvement nazi en général, et enfin sur les préceptes de l'ordre et du devoir inhérent à la constitution d'un grand empire.

II - L'art de la propagande du parti soviétique de Joseph Staline

Depuis 1924, et la mort de Vladimir Lénine, la propagande du parti soviétique s'est essentiellement organisée autour de la personne même de son nouveau leader, Joseph Staline. Tous les médiums de l'art, du tableau ou de la statue à son effigie aux chansons qui font ses louanges, sont portés à le constituer en légende.
Le ''petit père des peuples'', comme il se fait appeler, astreint artistes et médias à une représentation codifiée de manière à apparaître comme un homme d'une haute stature qui demeure pourtant proches des couches les plus populaires de ses territoires.
Ce culte de la personne donne lieu à une véritable appropriation du courant artistique dénommé le réalisme socialiste. Débuté autour des années 1910, le réalisme socialiste se veut d'abord anti-bourgeois et répondant, de manière plus ou moins affirmé, à l'idéologie marxiste, et rompant avec les conventions esthétiques de l'art dit classique. Soumis à des querelles intestines le réalisme socialiste souffre d'un manque d'homogénéité et son alliance avec le pouvoir demeure des plus fragiles. Déjà mise à mal sous Lénine, il finira sous Staline par être récupéré au nom de la cause nationale. En 1932 avec la création de la Nouvelle Union des Artistes, il prend la forme d'un art officiel dévoué à l'idéologie du parti soviétique.
Dans le prolongement des représentations dédiées à Staline, l'art soviétique dans son ensemble se réclame du prolétariat et du patriotisme. Sous le contrôle drastique des instances du parti les artistes participent de l'émergence et de la consolidation des symboles du socialisme national sous Staline.
L'ouvrier et la kolkhozienne (1937), sculpture réalisée par Vera Moukhina (1889-1953) est l'une des œuvres les plus représentatives de la démarche de l'art officiel soviétique. L'homme et la femme représentée portent respectivement un marteau et une faucille, soit les symboles prolétaires et patriotiques de la paysannerie et de l'industrie. Les symboles sont ici brandis avec fierté et à l'unisson par les deux personnages.
Nourris par une genèse qui prend sa source dans les mouvements artistiques de l'avant-garde russe, mais peu à peu pris en charge par les discours et codes officiels du parti soviétique, le réalisme socialiste comporte de nombreux paradoxes. Il est ainsi riche d'innovations et de diversité esthétiques dont la teneur demeure toutefois assujettie aux impératifs de l'idéologie voulue par Staline. L'œuvre d'un cinéaste tel que Sergueï Eisenstein (1898- 1948) fut ainsi tour à tour porté aux nues par Staline, puis censuré.
Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Brevet le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Chaque semaine recevez des conseils de révisions de la part de votre
coach brevet !

Recevoir
Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool Brevet

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?