Mémorial pour les juifs assassinés d'Europe, Peter Eisenman

Mémorial pour les juifs assassinés d'Europe, Peter Eisenman

Cette fiche de notre professeur vous propose d'étudier un monument aux morts à la forte symbolique : le mémorial pour les juifs assassinés d'Europe de Peter Eisenman. Voyez grâce à cette fiche comment étudier et analyser une oeuvre pour votre dossier d'histoire des arts.

Document rédigé par un prof Mémorial pour les juifs assassinés d'Europe, Peter Eisenman
Télécharger gratuitement

19.00/20

4.7500 5 0

4 Avis > Donne ton avis

3761 téléchargements

Quiz de Histoire des arts :

A quoi se rapportent bien souvent les hymnes nationaux ?

  • A.Au pays concerné
  • B. la guerre
  • C.A un moment historique
  • D.A une personne
Répondre aux 10 questions Voir tous les Quiz de Histoire des arts

Le contenu du document

Autrement appelé le Mémorial de l'Holocauste, le Mémorial pour les juifs assassinés d'Europe est un monument inauguré en 2005 en commémoration et en l'honneur de la communauté juive victime d'extermination par les nazis lors de la seconde guerre mondiale.
Ce Mémorial se situe au centre de Berlin en Allemagne, non loin du Füherbunker, le bunker dans lequel Adolf Hitler est supposé s'être donné la mort.
Conçu par l'architecte américain Peter Eisenman suppléé dans sa partie technique par le bureau britannique d'ingénierie Buro Happold, le Mémorial pour les juifs assassinés d'Europe est constitué d'un champ de 2711 stèles de béton reparties en maillage. Ce mémorial abrite en son sein, sous le champ de stèles, un centre d'information, d'archivage et d'exposition relatif à cet événement majeur et tragique de la seconde guerre mondiale. L'agencement du centre a quant à lui était confié à la conservatrice allemande Dagmar Von Wilcken.

I - Biographie de l'architecte à l'origine de la conception du monument

Peter David Eisenman (1932- ) est un architecte et théoricien américain, il fut également le rédacteur en chef de la revue Oppositions dédiée à l'architecture.
Figure majeure du déconstructivisme, Eisenman repose par ses travaux la question de la place de l'homme dans son environnement. Selon lui le logocentrisme par lequel l'environnement était pensé autour de la place centrale qu'y occuperait l'être humain n'a plus sa raison d'être. L'idéal du courant du positivisme qui entendait arriver à une parfaite connaissance du monde est obsolète. Au monde ordonné de la pensée classique se substitue le monde chaotique d'une pensée déconstructiviste. L'être humain serait aujourd'hui confronté à la réalité d'un monde sans unité, d'un monde fragmenté et instable. Il n'y aurait plus de vérité apodictique mais une réalité mouvante par essence.
En pratique cela conduit à une architecture de composition entropique, un design non linéaire, des structures faites de contrastes et non symétrique capable de rendre compte de l'instabilité intrinsèque d'un environnement sur lequel l'homme n'a plus la main mise.
L'architecture du Mémorial pour les juifs assassinés d'Europe est conforme à cette démarche. En effet sa disposition en maillage donne à l'ensemble de l'œuvre une impression de perpétuel changement, de privation de repère.

II - Cadre contextuel du monument

Installé en plein cœur d'un point névralgique du mouvement nazi le Mémorial pour les juifs assassinés d'Europe provoque nécessairement la controverse. L'étendue du monument, plus de 19000 m² pouvait être ressentie comme une incommensurable plaie ouverte sur le passé allemand. La controverse fut nourrie par ailleurs lorsque l'on apprit que le produit utilisé pour la protection des stèles contre les graffitis et autres tags avait était confiée à la société Degussa. Société dont l'une des filiales était connue pour avoir produit un des gaz toxique qui servit lors de l'extermination de juifs de la seconde guerre mondiale.

III - Description du monument

Les stèles qui composent le Mémorial pour les juifs assassinés d'Europe sont de formes rectangulaires et de dimensions presque similaires, se différenciant uniquement par leur hauteur (de moins d'un mètre à plus de quatre mètres). Elles sont alignées de manière strictement ordonnée sauf aux extrémités de l'œuvre. Eisenman a ainsi construit une matière à priori rationnelle mais que viennent irrémédiablement contrarier deux aspects de son œuvre, la hauteur des stèles et leur disposition aux extrémités de l'œuvre donc.
Une vision aérienne de l'œuvre donne l'impression d'une matière magmatique, d'une matière lancée dans la quête vaine d'une stabilité, d'un équilibre. Vu du sol le visiteur a le sentiment de se trouver dans un dédale de béton, un espace où tout se ressemble et diffère en même temps. Le béton ici contribue par sa neutralité à cette impression.
Mise en relation avec l'événement qu'elle commémore l'œuvre d'Eisenman défie le caractère unitaire du fait historique. La réalité se trouverait dans ce faisceau de stèles neutres mais non similaires, comme autant de victimes anonymes que l'on ne nous laissera plus traiter comme une masse indifférenciée.
Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Les avis sur ce document

ManchotPetC
4 5 0
16/20

dommage manque quelque information sur la thematique

par - le 16/04/2016
Studieuseleves
5 5 0
20/20

Tout les documents de ce site sont vraiment super

par - le 10/04/2016

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Brevet le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Chaque semaine recevez des conseils de révisions de la part de votre
coach brevet !

Recevoir
Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool Brevet

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?