Nuit et Brouillard - Jean Ferrat : HDA

Nuit et Brouillard - Jean Ferrat : HDA

Nuit et Brouillard - Jean Ferrat : HDA
Télécharger gratuitement

19.00/20

4.7500 5 0

8 Avis > Donne ton avis

2030 téléchargements

Musique

Le contenu du document

Ce document est une analyse d'histoire des arts de Nuit et Brouillard de Jean Ferrat.


Vous pouvez retrouver la notre ici : Nuit et brouillard histoire des arts.

 

Introduction :

 

Nuit et Bouillard est une chanson française à texte de Jean Ferrat (1930-2010) composée en 1963. Cette œuvre dure environ 3 minutes et 10 secondes. Elle fait partie du domaine des arts du quotidien et de la thématique des Arts, états et pouvoir. Cette œuvre a été écrite pendant les Trente Glorieuses, période de forte croissance économique.

Jean Ferrat en est l’auto-compositeur et l’interprète.

 

La chanson Nuit et Brouillard parle des années de l’occupation, pendant la seconde guerre mondiale. Elle parle des déportations. « Nuit et Brouillard » est du reste, la traduction de  « Nacht und Nebel », qui est le nom d’un décret nazi de 1941,qui vise à éliminer secrètement, tous les opposants au nazisme.

La chanson Nuit et Brouillard est donc un douloureux rappel à une vérité historique, celle des camps nazis où Juifs et résistants étaient éliminés. Par cette chanson, Jean Ferrat rend aussi hommage à son père, déporté à Auschwitz et qui n’en est jamais revenu.

           

La chanson Nuit et Brouillard sort en 1963, pendant les «Trente Glorieuses», cette période de forte croissance économique qui succède à la seconde guerre mondiale.

La France se reconstruit, connait une forte croissance industrielle et démographique ainsi que le retour du chômage très bas.

C’est la prospérité et le bonheur pour la plupart des Français.

 

Après la guerre, l’urgence est à la reconstruction ; il faut d’abord réconcilier les Français.

Les autorités essayent de gommer les divisions des Français (entre résistants et collaborateurs) pendant la guerre. Elles créent le mythe «les Français, tous résistants».

Le général de Gaulle, devenu président de la République en 1958, glorifie davantage encore la Résistance française.

L’héroïsme des résistants est mis en avant ; au contraire, les horreurs auxquelles le Régime de Vichy a pris part sont peu évoquées, d’autant que l’amitié franco-allemande est en construction!

 

En 1963, le président Charles de Gaulle et le chancelier allemand Konrad Adenauer signent le Traité de l’Elysée, point de départ de la réconciliation avec l’Allemagne.

Les jumelages entre villes, universités, écoles et les échanges linguistiques entre jeunes des deux pays sont encouragés.

Cette même année, Jean Ferrat sort la chanson Nuit et Brouillard.

 

L’Etat cherche à la censurer, estimant qu’elle représente un danger pour l’unité française et pour le rapprochement franco-allemand.

Les paroles risquent de réveiller des rancœurs et les mauvais souvenirs, ceux qu’on a essayé de faire oublier aux Français.

 

La censure échoue et la chanson est un grand succès.

 

Description et analyse :

 

Il s’agit d’une chanson triste qui exprime un message de révolte mêlé de désespoir.

La chanson est composée de neuf quatrains en alexandrins. Les alexandrins forment un rythme lent comme le train des déportations. Ce rythme est donné par les tambourins. Les alexandrins sont coupés à l’hémistiche (6-6) = césure. Le rythme est régulier.

Les paroles sont chantées. Les rimes sont suivies ou croisées. La musique est composée d’une voix soliste baryton (Jean Ferrat), d’une batterie, d’une basse et d’un orgue.

 

Dans cette chanson, Jean Ferrat parle de :

L’ampleur de la déportation par train : il y a de plus en plus de déportés (anonymat) «ils étaient vingt et cent, ils étaient des milliers » (vers 1), au couplet 4, Jean Ferrat cite des prénoms de religions différentes, ainsi, tout le monde est concerné.

Bien que 80 % des victimes soient des Juifs, Jean Ferrat ne prononce pas ce mot. Les seules allusions qu’il fait au judaïsme sont : «Samuel » (vers 13) et «Jéhovah » (vers 14), peut-être pour rendre cette chanson universelle.

 

Le voyage pénible est la mort : « wagons plombés » (vers 2) et «Ils n’arrivaient pas tous à la fin du voyage » (vers 17), la difficulté d’échapper à la mort « Survivre encore un jour, une heure, obstinément » (vers 10), le sadisme des nazis « Votre chair était tendre à leurs chiens policiers » (vers 24) mais aussi la difficulté pour les survivants de retrouver une vie normale « Ceux qui sont revenus peuvent-ils être heureux ».

 

La censure : «Mais qui donc est de taille à pouvoir m’arrêter ? » (vers 29) et «On me dit à présent que ces mots n’ont plus cours» (vers 25).

 

Le texte fait référence à la Shoah, où les déportés subissaient une déshumanisation, une perte de leur identité.

Bien que la chanson soit un hommage aux victimes des camps nazis, Jean Ferrat parle d’Auschwitz seul camp où les prisonniers avaient un numéro tatoué « Ils se croyaient des hommes, n’étaient plus que des nombres » (vers 5) il exprime ainsi la déshumanisation aussi avec le vers 2 «Nus et maigres, tremblants ».

Enfin, Jean Ferrat explique le but de sa chanson : ne pas oublier les victimes du nazisme « pour qu’un jour les enfants sachent qui vous étiez » (vers 32).

Par cette chanson, Jean Ferrat parle aussi bien des conditions physiques que des conditions morales.

 

La première strophe et la dernière strophe sont identiques sauf :

- Les pronoms « ils » dans la première (présentation et description), « vous » dans la dernière (il s’adresse aux déportés, il leur redonne vie et compatit. Il leur rend hommage et leur redonne leur identité, leur humanité et leur dignité).

 

Interprétation :

Pendant l’introduction avec les timbales, l’atmosphère est lourde et pesante. Elles jouent une formule rythmique sous forme d’ostinato, cela évoque l’ambiance des exécutions mais aussi le roulement du train.

La guitare n’est entendue qu’à partir du deuxième couplet elle accompagne le chanteur avec les timbales.

La douceur des vents bois apparaît au couplet 3 pour évoquer la nostalgie et la fuite du temps.

Les cuivres qui jouent sur le rythme des timbales font référence à la guerre et aux allemands et apparaissent au sixième couplet. A la fin de cette strophe, sur le vers «votre chair était tendre à leurs chiens policiers » pour souligner la brutalité et la cruauté des nazis. Le volume augmente en crescendo, le tempo s’accélère. On imagine des détenus voulant s’échapper du camp mais qui sont rattrapés par les chiens.

L’accompagnement s’arrête brusquement. Le silence évoque ainsi la mort.

 

Par cette chanson, le chanteur rend hommage à tous les déportés quelles que soient leur religion et leur nationalité «Ils s’appelaient Jean-Pierre, Natacha ou Samuel / Certains priaient Jésus, Jéhovah ou Vichnou »

Il rend aussi hommage à ceux qui se sont battus contre l’oppression et qui l’on payé de leur vie «Certains ne priaient pas mais qu’importe le ciel / Ils voulaient simplement ne plus vivre à genoux ». Ces deux derniers vers font allusion aux résistants.

 

Conclusion :

Le but de cette chanson est de rendre hommage à tous les déportés durant la Seconde Guerre mondiale, victimes de la Shoah mais aussi pour Jean Ferrat de rendre hommage à son père, jamais revenu du camp d’Auschwitz. Le chanteur veut transmettre la mémoire de ce douloureux passé aux générations futures car il est important de connaître l’histoire pour ne pas commettre à nouveau les mêmes erreurs et les mêmes horreurs. Le succès de cette œuvre montre qu’elle touche tout le monde.

 

Une œuvre homonyme qui traite le même sujet a été réalisée :

Nuit et Brouillard film réalisé en 1955 par Alain Resnais à partir d’images tournées par les armées soviétique et américaine lors de la libération des camps. Cette œuvre a elle été auparavant censurée.

D’autres œuvres elles aussi traitent de ce douloureux sujet :

Maus : bande dessinée d’Art Spiegelman, racontant les persécutions des Juifs par les nazis pendant la seconde guerre mondiale.

Le journal d’Anne Franck en 1947.

 

Cette chanson a provoqué chez moi de la tristesse et l’envie de compatir avec tous les déportés qui étaient de nationalité et de religion différentes. Elle m’a convaincue de rejoindre la cause défendue par Jean Ferrat avec cette chanson qu’il a composée.

 

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Les avis sur ce document

eva11
5 5 0
20/20

Ce site est génial et j'avais vraiment besoin d'un coup de pouce pour moon HDA et bah j'ai était servie ! je trouve qu'il y a pleins d'informations importantes ;) je mets un 20/20 sans hésité :)

par - le 20/12/2015
mimich
5 5 0
20/20

Très bonnes informations mais pas assez fourni je vous mets comme même 20/20 car je trouve que cela est très bien fais

par - le 12/11/2015
Biquetus
5 5 0
20/20

Merci beaucoup ! Cette analyse m'a énormément aidée ! Je passe dans deux semaines mon oral et je stresse !

par - le 01/05/2015
Plus d'avis (5)

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Brevet le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Chaque semaine recevez des conseils de révisions de la part de votre
coach brevet !

Recevoir
Ça bouge sur le forum Brevet !
Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool Brevet

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?