Quatuor pour la fin du temps - Olivier Messiaen : HDA

Quatuor pour la fin du temps - Olivier Messiaen : HDA

Quatuor pour la fin du temps - Olivier Messiaen : HDA
Télécharger gratuitement

20.00/20

5.0000 5 0

1 Avis > Donne ton avis

477 téléchargements

Musique

Le contenu du document

Vous pouvez retrouver ici une analyse d'histoire des arts de Quatuor pour la fin du temps d’Olivier Messiaen

 

I-Introduction :

 

Thématique : Art et mémoire, Domaine : arts du son

Quatuor pour la fin du temps est une œuvre d’Olivier Messiaen (1908-1992 (mort près de Laffrey et de Vizille, à 35 km de Grenoble)) composée entre 1940 et 1941. C’est un quatuor écrit pour violon, violoncelle, clarinette et piano.

Il est composé de huit mouvements :

 

I-        Liturgie de cristal.

II-      Vocalise, pour l'ange qui annonce la fin du temps.

III-    Abîme des oiseaux.

IV-   Intermède.

V-     Louange à l'Éternité de Jésus.

VI-   Danse de la fureur, pour les sept trompettes.

VII-  Fouillis d'arcs-en-ciel, pour l'ange qui annonce la fin du temps.

VIII-    Louange à l'Immortalité de Jésus.

 

Les quatre instruments jouent ensembles durant tout un mouvement seulement dans deux mouvements. Les  instrumentistes sont : Étienne Pasquier au violoncelle, Jean le Boulaire au violon, Henri Akoka à la clarinette et Olivier Messiaen.

 

Olivier Messiaen compose sa première œuvre à Grenoble en 1917, à l’âge de 9 ans. Elle est intitulée La Dame de Shalott et se joue au piano. Il composera sa dernière œuvre en 1991. Ce compositeur, passionné par le rythme de l’Inde et le chant des oiseaux, s’en inspirera pour composer son quatuor.

 

Au début de la seconde guerre mondiale, Messiaen est mobilisé comme simple soldat et en 1940, il est prisonnier dans un camp de prisonniers en Allemagne où périrent près de 100 000 hommes. Il compose  durant sa réclusion son Quatuor pour la fin du temps. La première représentation est donnée dans le camp le 15 janvier 1941 par un groupe de musiciens prisonniers, la partie du piano étant jouée par le compositeur. Il sera libéré en mars 1941.

 

II- Description et Analyse :

 

Selon le commentaire de Messiaen sur la partition, le premier des huit mouvements, Liturgie de cristal, correspond au réveil des oiseaux « entre 3 et 4h du matin ». Le nombre de mouvements, 8 n'a pas été choisi au hasard. En effet, d'après Messiaen qui était très croyant, le 8 est le nombre qui correspond à la lumière indéfectible, ou encore à l’inaltérable paix.

 

Les quatuors les plus courants sont les quatuors à cordes : 2 violons, un violoncelle et un alto, ce qui n’est pas le cas ici.

 

Premier Mouvement : « Liturgie de Cristal » :

Il rassemble les quatre instruments. Il correspond au réveil des oiseaux entre 3 et 4 h du matin. «Un oiseau soliste improvise». La clarinette et le violon représentent les oiseaux. Le piano joue une suite de 29 accords (plusieurs notes jouées en même temps) , toujours les mêmes. Le violoncelle joue des notes très lentes.

Beaucoup de dissonances (notes jouées ensemble qui donnent l'impression que ce n'est pas juste!) ce qui est fréquent dans la musique de cette époque.

 

Second Mouvement : « Vocalise, pour l’ange qui annonce la fin du temps » :

Il rassemble lui aussi tous les instruments.

Il est composé de 2 parties:

La 1ère : elle est très courte: environ 50 secondes, jouée en «forte» et très rythmique.

Caractère inquiétant....: certainement une évocation de l'apocalypse. La clarinette chante comme un oiseau.

Transition : gammes ascendantes des cordes. Trilles au violon, violoncelle et clarinette.

Accords descendants et dissonants au piano.

 

2ème partie: nuance au piano : mélodique et doux.

La clarinette ne joue pas.

On ressent un caractère «léger,aérien.....»

(L’ange ayant un arc en ciel sur la tête annonce qu'il n'y aura plus de temps.......)

 

Troisième Mouvement : « Abîme des oiseaux » :

On y entend par trois fois, un crescendo sur une seule note, de ppp à ffff. Ce crescendo met en valeur le changement de timbre de l’instrument avec l’augmentation de la puissance.

Le tempo est lent.

 

Quatrième mouvement : « Intermède » :

Intermède : Coupure entre deux parties d'un spectacle.

Ce mouvement, pour clarinette, violon et violoncelle, est comme extérieur au reste de la pièce. Il s’agit en fait de la première pièce que Messiaen a composée au stalag (Camp de prisonniers de guerre durant la Seconde Guerre mondiale en Allemagne) de Görlitz. Il n’avait pas encore trouvé de piano, d’où son absence dans l’instrumentation.

 

Cinquième mouvement : « Louange à l’éternité de Jésus » :

Dans toute pièce de Messiaen, il y a un mouvement extrêmement lent. Ici, il est noté comme «Infiniment lent». Ce mouvement est écrit pour violoncelle et piano.

 

Sixième mouvement : « Danse de la fureur pour les sept trompettes » :

Interprété par les quatre instruments.

Il fait partie d’un des mouvements rédigés en premier. L'aspect rythmique est mis en avant, alors que l'aspect harmonique est absent dû au jeu à l'unisson (en octaves) des quatre instruments.

Présence d'un thème joué à l'unisson et de variations de ce thème.

Les variations sont rendues possibles grâce à l'utilisation de plusieurs techniques :

− la valeur ajoutée (une note brève, courte, ajoutée au rythme initial).

− la variation du thème, en valeurs augmentées (changement des valeurs de notes initiales).

− la variation de la nuance (ffff).

− la variation de la hauteur (sauts de registres).

Ce mouvement est une allusion musicale à l'aspect cauchemardesque de l'Apocalypse : il s'achève sur un quadruple fortissimo produisant un effet terrifiant.

 

Septième Mouvement : « Fouillis d’arc-en-ciel, pour l’Ange qui annonce la fin du Temps » :

Interprété par les quatre instruments. On croit premièrement qu’il s’agit d’un nouveau mouvement pour violoncelle et piano ; toutefois les autres instruments apparaissent un peu plus loin. Ce mouvement rappelle le second mouvement.

Le premier thème est traité en variations ; le second thème est traité en développement. Le « fouillis » est symbolisé par les doubles croches.

Le tempo est lent dans la deuxième partie.

 

Huitième Mouvement : « Louange à l’Immortalité de Jésus » :

Cette seconde louange est jouée seulement par le violon et le piano. Le tempo est lent.

 

III- Interprétation :

Un des thèmes qui revient dans cette œuvre est la couleur. Messiaen qui « était atteint de synopsie (Phénomène sensoriel qui consiste, pour un sujet, à éprouver des sensations colorées lorsqu'il perçoit certains sons.) Il percevait des couleurs lorsqu’il entendait des sons. Ces couleurs sont de plus en plus claires vers l’aigu et de plus en plus sombre vers le grave. A travers ce morceau, Messiaen exprime également son angoisse et sa résilience. Pour cela il utilise plusieurs procédés tels que la dissonance, le registre de l'extrême aigu, la trille (ou tremolo), l'absence de pulsation régulière et l'indépendance de chaque instrument qui jouent souvent des mélodies différentes.

 

IV- Conclusion :

Cette œuvre composée par un prisonnier dans un camp en Allemagne, jouée pour la première fois devant un auditoire de 400 personnes avec des instruments « cassés » (corde en moins, clé fondue sur la clarinette …). Cette œuvre sert à exprimer le malheur des prisonniers, partagé par tous. Messiaen s’en sert aussi pour exprimer son angoisse. Cette œuvre a touché énormément de prisonniers, car ils étaient aussi malheureux que les prisonniers d’autant plus que cette œuvre avait été écrite par un compagnon de captivité.

Alors qu’il n’est plus emprisonné, Olivier Messiaen écrit une autre œuvre en 1941 nommée Chœurs pour une Jeanne d'Arc. De nombreux autres orchestres ont joués dans d’autres Stalags comme un Orchestre de Jazz au Stalag IVC, à Teplitz (dirigé par William David).

 

Cette musique me fait tout à ressentir l’angoisse, la peur et surtout le malheur des prisonniers par les procédés utilisés. Ce malheur provoqué pendant la Seconde Guerre mondiale n’est plus présent de nos jours mais cette œuvre fait partie d’un grand nombre d’œuvres qui témoignent de l’atrocité des camps afin qu’une telle horreur ne se reproduise plus.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Brevet le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Vous devez être membre de digiSchool Brevet

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?