Civils et militaires dans la Première guerre mondiale - Histoire Géo - Brevet

Civils et militaires dans la Première guerre mondiale - Histoire Géo - Brevet

Retrouve le cours d'Histoire 3ème "Civils et militaires dans la Première Guerre mondiale" sur digiSchool.

Cette fiche est consacrée au premier chapitre du thème 1 du programme d’histoire, intitulé « l’Europe, un théâtre majeur des guerres totales (1914-1945) ».

digiSchool t'accompagne toute l'année dans tes révisions du Brevet grâce à ses fiches, cours, quiz, annales du brevet, LIVES de révisions et vidéos de notions !

Document rédigé par un prof Civils et militaires dans la Première guerre mondiale - Histoire Géo - Brevet

Le contenu du document

Cette fiche est consacrée au premier chapitre du thème 1 du programme d’histoire, intitulé « l’Europe, un théâtre majeur des guerres totales (1914-1945 ». 

Le programme officiel précise que le professeur doit étudier les tensions qui opposent en 1914 les pays européens, puis expliquer comment cette guerre, qui devient mondiale, se caractérise par une violence de masse inédite, puis se termine par la signature de traités de paix qui n’entérinent qu’un équilibre fragile en Europe.

Cette fiche permettra donc de répondre à 4 questions clés, qui peuvent constituer des sujets de développement construit au DNB :

  1. Comment cette guerre est-elle devenue mondiale ?
  2. Quelles ont été les violences de masse causées par la guerre ?
  3. Comment est-elle devenue une guerre totale ?
  4. Comment la Grande Guerre a-t-elle transformé l’Europe ?

Prérequis

Ce chapitre s’inscrit dans la continuité du programme de 4ème, en particulier du thème consacré à « L’Europe et le monde au XIXe siècle », divisé en deux chapitres. 

Celui consacré à « L’Europe de la révolution industrielle » permet l’analyse des progrès industriels qui ont permis la production de nouvelles armes, tandis que le second sur « Les conquêtes et sociétés coloniales » permet de comprendre les tensions qui se sont développées entre les États européens lors de la colonisation de l’Asie et de l’Afrique.

Objectifs

Après la lecture de cette fiche, vous devez connaître les notions suivantes : armistice, arrière, communisme, déportation, empires centraux, Entente, front, génocide, guerre industrielle, guerre de mouvement, guerre de position, guerre totale, mutinerie, parti bolchevique, propagande, tranchée.

Vous devez maîtriser les repères chronologiques suivants : Grande guerre (1914-1918), Révolution russe (1917), Armistice (11 novembre 1918), Traité de Versailles (28 juin 1919).

Vous devez pouvoir nommer les principaux belligérants, situer les principaux fronts, expliquer les causes de la guerre, comment elle devient mondiale, comment elle transforme l’Europe et caractériser la violence de cette guerre, devenue totale.

Introduction

Lorsque débute la Première Guerre mondiale en 1914, les pays européens exercent leur domination sur le monde, par le biais de la colonisation. 

C’est à partir des années 1880 que la conquête coloniale a pris toute son ampleur, dans un climat de rivalités entre les puissances européennes, parmi lesquels la Grande-Bretagne (l’empire britannique est le plus vaste) et la France (dont l’empire se divise en trois grands ensembles : le Maghreb, l’Afrique Équatoriale Française et l’Afrique Occidentale Française), mais aussi la Belgique, l’Allemagne, l’Italie, qui colonisent l’Afrique, l’Asie et l’Océanie. La Russie n’a pas de colonies mais elle profite d’un territoire immense et très peuplé.

Si la fin du XIXe siècle est marquée par la suprématie européenne, elle se caractérise aussi par de multiples tensions et rivalités. L’attentat de Sarajevo le 28 juin 1914 est l’événement déclencheur d’une guerre d’abord européenne, puis mondiale.

Problématique

  • Comment les civils et les militaires sont-ils impliqués dans la Première Guerre mondiale ?

I. COMMENT LA GUERRE QUI DÉBUTE EN 1914 DEVIENT-ELLE UNE GUERRE MONDIALE ?

A. Les causes de la guerre : des tensions entre pays européens

1. Des rivalités entre les pays européens

Les rivalités coloniales sont importantes entre les pays européens, même s’ils se réunissent au congrès de Berlin (1884-1885) pour organiser le partage de l’Afrique. Ces rivalités sont amplifiées par l’essor d’un sentiment nationaliste de plus en plus fort : en France, par exemple, la volonté de prendre sa revanche contre l’Allemagne pour récupérer les territoires perdus en Alsace et en Lorraine en 1871 est forte.

Dans ce contexte, les principales puissances européennes nouent rapidement des alliances : l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie créent avec l’Italie la Triple Alliance, tandis que la France, la Russie et l’Angleterre se rapprochent dans une Triple Entente.

En parallèle, chaque État multiplie ses dépenses d’armement. L’Allemagne est le pays qui investit le plus pour la fabrication d’armes.

DÉFINITION : Nationalisme. Idéologie qui revendique pour un peuple le droit de former une nation, un État.

2. L’attentat de Sarajevo, événement déclencheur de la guerre

L’archiduc François Ferdinand était l’héritier du trône d’Autriche-Hongrie, rivale de la Serbie dans la région dite des Balkans. Il est assassiné à Sarajevo (en Bosnie-Herzégovine, annexée depuis 1908 par l’Autriche-Hongrie) le 28 juin 1914 par un nationaliste serbe. L’Autriche-Hongrie demande à la Serbie de livrer le coupable, mais la Serbie refuse : le 28 juillet 1914, l’Autriche-Hongrie déclare officiellement la guerre à la Serbie.

B. Une guerre d’abord européenne

Après l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand, héritier du trône de l’Autriche-Hongrie, le 28 juin 1914, les pays d’Europe, par le jeu des alliances, se déclarent la guerre, du 28 juillet au 3 août. La Première Guerre mondiale commence, opposant l’Entente - composée du Royaume-Uni, de la France et de la Russie, auxquels s’ajoute l’Italie en 1915 - aux Empires Centraux (Empire allemand et Empire austro-hongrois, puis Empire Ottoman à partir de 1915).

Les belligérants s’opposent sur plusieurs fronts : à l’ouest, entre la France et l’Allemagne, à l’est entre l’Allemagne – l’Autriche-Hongrie et la Russie, mais il existe aussi des fronts dans l’Empire Ottoman.

Elle commence par une guerre offensive, ou guerre de mouvement (bataille de la Marne, du 6 au 13 septembre 1914). Cependant, les soldats s’enterrent dans des tranchées à la fin de l’année 1914 : débute alors une guerre de position, marquée par des combats d’une violence extrême, comme à Verdun, de février à décembre 1916 (700 000 victimes, morts ou blessés) ou la bataille de la Somme de juillet à novembre 1916 (1,1 million de victimes).

DÉFINITION : Empires Centraux. Alliance formée par l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie, rejoints par l’Empire ottoman en 1915. 

DÉFINITION : Entente. Alliance formée par la France, le Royaume-Uni et la Russie tsariste, rejoints par l’Italie en 1915. 

DÉFINITION : Guerre de mouvement. Phase de la guerre pendant laquelle les soldats livrent bataille lors de grandes offensives. 

DÉFINITION : Guerre de position (guerre de tranchées). Phase défensive de la guerre pendant laquelle les soldats se terrent dans des tranchées et attendent le déclenchement de l’offensive par l’artillerie lourde.

C. Une guerre devenue mondiale

En 1917, les États-Unis entrent en guerre aux côtés des pays de l’Entente, alors qu’en 1914 le président Wilson avait déclaré la neutralité du pays. Le congrès des États-Unis vote l’intervention militaire notamment après que des navires commerciaux américains aient été coulés par la flotte allemande. La guerre devient mondiale, d’autant plus que les colonies d’Afrique, d’Asie et d’Océanie envoient des soldats sur les fronts.

L’entrée en guerre des États-Unis en 1917 (les soldats arrivent en juin 1917) et le retrait de la Russie bouleversent le cours du conflit et influencent un retour à la guerre de mouvement au début 1918. L’armistice est finalement signé le 11 novembre 1918 à Rethondes : l’Entente est victorieuse sur les Empires Centraux.

DÉFINITION : Armistice. Accord mettant fin aux combats.

II. QUELLES ONT ÉTÉ LES VIOLENCES DE MASSE CAUSÉES PAR LA GUERRE ?

A. La violence d’une guerre industrielle

Au front, les batailles sont très meurtrières, du fait de l’utilisation de l’artillerie et d’armes nouvelles et modernes, très destructrices, fabriquées en grandes quantités dans des usines : des mitrailleuses, des grenades, des lance-flammes, des gaz asphyxiants à partir de 1915. 

Par ailleurs, les belligérants utilisent des moyens modernes comme les chars ou l’aviation. Les bombardements (et notamment l’utilisation des obus) détruisent les paysages. Ces armes et ces moyens militaires provoquent la mort de nombreux soldats et 6 millions de mutilés.

DÉFINITION : Front. Terme désignant les lieux de combats, où les armées ennemies se font face.

DÉFINITION : Guerre industrielle. Guerre dans laquelle sont utilisés des armements produits en masse et qui ont une grande capacité de destruction. 

DÉFINITION : Tranchée. Fossé creusé dans le sol, protégé par des barbelés, dans lequel les soldats vivent et combattent.

B. Des violences aggravées par les conditions de vie dans les tranchées

Les conditions de vie des soldats sont très difficiles dans les tranchées : ils vivent dans la boue, au milieu des rats et des poux. Ils sont sensibles aux maladies et souffrent de problèmes psychologiques, de blessures et de traumatismes causés notamment par la violence des combats et l’éloignement de leurs familles. 

Cependant, ils résistent à ces conditions de vie difficiles du fait de la crainte de la répression et du sentiment d’avoir un devoir à accomplir. Par ailleurs, les soldats s’entraident et sont solidaires : la camaraderie leur permet de résister.

Cependant, les troupes se lassent de ces conditions de vie difficiles, ce qui provoque la multiplication des mutineries à partir de 1917.

DÉFINITION : Mutinerie. Révolte des soldats contre l’autorité militaire.

C. Le génocide arménien

Les civils sont aussi victimes de cette violence de masse : c’est le cas notamment des Arméniens, qui sont exterminés par l’Empire ottoman de 1915 à 1916. Cette minorité, chrétienne, est localisée majoritairement au nord de l’Empire. 

Elle est rendue responsable des défaites militaires, notamment celle de Sarikamich en janvier 1915 par le mouvement nationaliste au pouvoir depuis 1908. Les élites militaires et politiques arméniennes sont éliminées dès février 1915. La population arménienne est ensuite déportée, lors de marches forcées, vers des régions désertiques du sud à partir de février 1915 : ces marches forcées ont pour but de les tuer (mort de faim, de soif ou de fatigue) ; ceux qui ne meurent pas sont exécutés. Près 1,3 million d’Arméniens meurent (environ 2/3 des Arméniens). 

DÉFINITION : Déportation. Déplacement forcé d’une population pour des motifs idéologiques, politiques ou raciaux.

DÉFINITION : Génocide. Extermination programmée d’une population ou d’un groupe en raison de son origine ou de sa religion.

III. COMMENT LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE EST-ELLE DEVENUE TOTALE ?

A. Des civils impliqués dans la guerre

À l’arrière, les civils sont également impliqués dans la guerre : ils sont sollicités pour participer à l’effort de guerre, en remplaçant notamment les hommes dans les usines et les champs. Par ailleurs, l’occupation de certains territoires par les Allemands oblige les populations civiles à travailler pour eux, tandis que certains sont envoyés dans des camps de travail ou des camps d’internement.

Le moral des civils est soutenu grâce à la propagande mais également à la censure (surveillance des lettres des soldats, censure de la presse, …). En effet, leurs conditions de vie sont difficiles car les civils ont du mal à se nourrir. Par ailleurs, la population est confrontée à de nombreux bombardements, qui causent de nombreux morts et blessés. 

Des villages sont détruits, comme celui de Saint-Quentin, dans l’Aisne, qui subit deux assauts allemands, en avril 1915 et en juillet 1916. Les populations subissent aussi les exactions des soldats ennemis, comme le travail forcé ou encore les déportations. Cependant, à partir de 1917, elles se découragent, du fait des restrictions alimentaires, des difficultés d’approvisionnement, mais surtout des défaites des armées et de la perte d’êtres chers au combat. 

DÉFINITION : Arrière. Terme désignant les populations civiles qui ne participent pas au combat, mais qui doivent soutenir l’effort de guerre.

DÉFINITION : Guerre totale. Guerre mobilisant toutes les ressources d’un pays (économique, politique, psychologique, militaire etc.) et toute la population pour obtenir la victoire.

DÉFINITION : Propagande. Ensemble des pratiques (affiches, films, presse etc.) mises en place par l’État pour convaincre la population de la supériorité d’une idéologie ou d’une politique.

B. La mise en place d’une économie de guerre

L’État met en place une économie de guerre afin de gagner le conflit. Les civils situés à l’arrière sont mobilisés afin de produire les armes et les munitions nécessaires à l’effort de guerre. En effet, les usines, dans lesquelles travaillent les femmes ou des populations issues des colonies, voient leurs activités réorientées. La production est financée par les impôts et les emprunts obtenus auprès des civils ou d’autres pays, comme les États-Unis.

Par ailleurs, les écoliers sont mobilisés : l’enseignement est en effet lié à la guerre (les textes sur lesquels les élèves travaillent portent sur la Première Guerre mondiale ou celle de 1870).

IV. COMMENT LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE TRANSFORME-T-ELLE L’EUROPE ?

A. Les Révolutions russes

En 1917, la Russie souffre de graves difficultés : elle subit de lourdes défaites, des pénuries, tandis que les prix augmentent. À Petrograd, une première révolution russe en février 1917 est menée par des femmes, des ouvriers et des soldats. 

Ceux-ci souhaitent la fin des combats et réclament du pain lors de grèves et de manifestations. Cette révolution aboutit à l’abdication du tsar Nicolas II. Un gouvernement provisoire est mis en place : celui-ci, malgré la volonté du peuple, souhaite continuer la guerre. 

Après le retour de Lénine en Russie, une deuxième révolution russe est déclenchée en octobre 1917 par les bolchéviques. Ces derniers prennent le pouvoir en Russie et demandent l’armistice, qui est signé en mars 1918. Un régime à l’idéologie communiste est instauré, mais celui-ci subit l’opposition des partisans de la monarchie, des paysans hostiles aux réquisitions des terres et des puissances étrangères. Une guerre civile s’engage alors entre les rouges (communistes) et les blancs (tsaristes) : elle dure de 1918 à 1921. 

Les communistes en sortent victorieux, et instaurent alors une dictature, avec un parti unique et une police politique. En 1919, la création de la IIIe Internationale contribue à la propagation des idées communistes dans toute l’Europe. En 1922, l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques (URSS) est créée.

DÉFINITION : IIIe Internationale. Organisation internationale mise en place par le parti bolchévique en 1919 afin de favoriser la propagation de l’idéologie communiste dans le monde.

DÉFINITION : Communisme. Idéologie qui vise à l’abandon de la propriété privée et à la création d’une société égalitaire.

DÉFINITION : Parti bolchévique. Parti politique soviétique dirigé par Lénine, qui vise à installer le communisme en Russie. 

B. Un bilan meurtrier

Le bilan de la guerre est très meurtrier : 70 millions de soldats ont été impliqués dans le conflit, que ce soit des combattants d’origine européenne, américaine ou venus des colonies. Par ailleurs, la guerre a causé 9,5 millions de morts et 6 millions de mutilés (surnommés « gueules cassées »).

Ce conflit a marqué les sociétés européennes, notamment du fait de la violence des combats : pour s’en souvenir, les populations érigent des monuments de commémoration, fondent des associations d’anciens combattants, avec différentes idéologies (pacifistes ou bien nationalistes).

Les conséquences du conflit sont durables :

  • Les pays européens sont endettés, notamment auprès des États-Unis ;
  • De nombreux pays européens souffrent d’une agitation sociale, notamment en lien avec le développement de l’idéologie communiste (une insurrection communiste en Allemagne est réprimée en janvier 1919) et l’aggravation des inégalités. 

C. La difficile construction d’un nouvel ordre mondial

Une nouvelle carte de l’Europe est élaborée : elle donne naissance à 8 nouveaux États, dont les frontières sont tracées en lien avec le principe des nationalités (c’est-à-dire le droit des peuples à former des États indépendants). 

Cependant, ces nouvelles frontières provoquent des tensions, car la question des nationalités n’est pas réglée entièrement, comme pour la Tchécoslovaquie, qui réunit deux peuples dans un seul pays. Par ailleurs, toutes les ambitions des pays vainqueurs ne sont pas satisfaites : c’est le cas notamment de l’Italie, qui n’a pas pu récupérer les terres irrédentes qu’elle revendiquait.

Les vainqueurs de la Première Guerre mondiale se réunissent pour établir des traités avec les pays vaincus. Signé le 28 juin 1919, le traité de Versailles règle le sort de l’Allemagne : le pays est considéré comme seul responsable de la guerre. 

Les conditions de la paix sont très dures : l’Allemagne doit payer de lourdes réparations, elle perd une partie de son territoire (l’Alsace Lorraine est donnée à la France, tandis que le corridor de Dantzig sépare l’Allemagne en deux) et ses colonies. Enfin, son armée est réduite. L’Allemagne considère le traité de Versailles comme étant un « diktat » et juge la République de Weimar, née le 9 novembre 1918, responsable de la défaite.

Suite aux 14 points du président Wilson, une organisation mondiale est créée : la Société Des Nations (SDN) en 1919. Elle vise à maintenir la paix dans le monde, mais certains pays n’y adhèrent pas, comme les États-Unis, pourtant à l’initiative du projet.

Conclusion

La fin de la Première Guerre mondiale et les traités de paix créent les conditions favorables à la Seconde Guerre mondiale. L’équilibre diplomatique est fragile, avec de nombreuses nouvelles frontières qui sont contestées. Dans de nombreux États, les conditions favorables à la mise en place de régimes autoritaires sont amplifiées par la crise économique et sociale qui touche les États-Unis puis l’Europe dans les années 1930.

LE PETIT + DANS TA COPIE

  • Utiliser un vocabulaire précis.
  • Connaître les repères chronologiques : 1914, 1917, 1918, 1919.
  • Proposer des réponses bien structurées, en particulier pour le développement construit, en t’aidant du plan du cours proposé.

POUR ALLER PLUS LOIN …

  • Une vidéo qui revient sur la violence des combats :
    • http://education.francetv.fr/matiere/epoque-contemporaine/troisieme/video/1914-les-premiers-combats-apocalypse-la-1ere-guerre-mondiale
  • Tu peux aussi regarder « Apocalypse, la Première Guerre mondiale », un film documentaire historique de Daniel Costelle et Isabelle Clarke.

 

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Les avis sur ce document

jejedu80
5 5 0
20/20

sa va surement bcp m'aider !!!

par - le 02/02/2018
Jordan94490
5 5 0
20/20

Bien détaillé et rédigé, très bon travail. Une simple lecture et tout nos souvenirs nous reviennent.

par - le 12/12/2017
hugolvrn
5 5 0
20/20

Suuuuuuuuuuuper fiches de révisions, merci beaucoup au créateur, ce cours est beaucoup plus complet que celui sur la première GM, notamment au niveau des définitions, mais aussi plus approfondi en général. Pour moi il manque juste un récapitulatif des dates qui sont présentes au cours des textes mais ne sont pas regroupées à un endroit précis. Merci encore :D !

par - le 03/12/2016
Plus d'avis (2)

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Brevet le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Vous devez être membre de digiSchool Brevet

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?