La Deuxième Guerre Mondiale, un guerre d'anéantissement - Histoire Géographie - Brevet

La Deuxième Guerre Mondiale, un guerre d'anéantissement - Histoire Géographie - Brevet

Ce document digiSchool traite du chapitre La Deuxième Guerre Mondiale, une guerre d'anéantissement, du thème l'Europe, un théâtre majeur des guerres totales (1914-1945).

Vous retrouverez dans un premier temps les notions à connaitre pour ce chapitre. Puis, le document vous expliquera en quoi cette guerre a été une guerre d'anéantissement  à l'épopque, marquée par la persécution des minorités.

Téléchargez gratuitement ce cours d'Histoire Géographie de Brevet.

La Deuxième Guerre Mondiale, un guerre d'anéantissement - Histoire Géographie - Brevet

Le contenu du document

 

PROBLEMATIQUE : En quoi la Deuxième Guerre mondiale est-elle une guerre d’anéantissement ?

 

CE QU’IL FAUT SAVOIR

NOTIONS ET VOCABULAIRE 

Alliés : alliance militaire entre le Royaume-Uni, les Etats-Unis et l’URSS après 1941.

Axe : alliance militaire entre l’Allemagne, l’Italie et le Japon, établie le 27 septembre 1940.  

Blitzkrieg : Stratégie militaire employée par l’Allemagne, qui emploie les bombardements aériens au préalable avant d’utiliser les divisions blindées afin d’obtenir une victoire rapide. 

Camp de concentration : lieu de détention de masse où sont regroupés les opposants au régime.

Centre de mise à mort : camp visant à l’extermination des populations juives et tziganes.

Crime de guerre : terme défini par le tribunal de Nuremberg désignant l’assassinat ou le mauvais traitement des populations civiles et des prisonniers de guerre, tout comme les pillages et les destructions. 

Crime contre l’humanité : terme défini par le tribunal de Nuremberg comprenant le génocide, la déportation et la pratique d’actes inhumains. 

Déportation : transfert forcé de populations pour des motifs raciaux ou politiques. 

Einsatzgruppen : groupes spéciaux chargés, à partir de l’invasion de l’URSS en 1941, d’exterminer les juifs et les responsables politiques soviétiques après le passage de l’armée allemande sur le front de l’est. 

Génocide : extermination d’un groupe de personnes ou d’un peuple pour des raisons religieuses ou raciales. 

Ghetto : quartier fermé du reste de la ville isolant les Juifs du reste de la population.

Guerre d’anéantissement : guerre dont le but est de détruire l’adversaire, sans distinguer les civils des militaires. 

Solution finale : terme nazi désignant l’extermination programmée des Juifs d’Europe.

 

DATES 

1939-1945 : Seconde Guerre mondiale

 

UNE GUERRE D’ANEANTISSEMENT

UN CONFLIT AUX DIMENSIONS PLANETAIRES

Alors que la Seconde guerre mondiale avait débuté en 1937 en Asie avec l’invasion de la Chine par le Japon, elle commence en Europe le 3 septembre 1939, après l’agression allemande contre la Pologne le 1er septembre. Les premières années de la guerre sont marquées par des victoires de l’Axe, composée de l’Allemagne, l’Italie et du Japon. En effet, en juin 1940, l’Allemagne a réussi à conquérir presque tout le continent européen par la méthode de la Blitzkrieg. Seul le Royaume-Uni continue de résister malgré le bombardement de ses villes (Blitz). Alors qu’un pacte de non-agression entre l’URSS et l’Allemagne avait été signé en 1939, Hitler lance l’opération Barbarossa le 22 juin 1941 : l’armée allemande envahit l’URSS. La guerre prend une figure d’anéantissement sur ce front. Dans le Pacifique, le bombardement de la base navale américaine de Pearl Harbor le 7 décembre 1941 par le Japon provoque l’entrée en guerre des Etats-Unis. 

A partir de 1942, l’Axe connaît des défaites : d’une part, les Etats-Unis d’Amérique obtiennent la victoire sur les Japonais à Midway en juin. De plus, en Afrique du Nord, les Britanniques vainquent les Allemands à El Alamein, en novembre. Enfin, après une longue bataille qui a eu lieu de juillet 1942 à février 1943, les troupes allemandes capitulent à Stalingrad. 

Les débarquements en Normandie le 6 juin 1944 et en août 1944 ainsi qu’une contre-offensive soviétique permettent de repousser les forces de l’Axe. Ainsi, l’Allemagne capitule le 8 mai 1945 : c’est la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe. Cependant, le Japon continue de se battre, en faisant appel notamment à des kamikazes. Les Etats-Unis décident de lancer deux bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki les 6 et 9 août 1944. Le Japon capitule le 2 septembre 1945 : c’est la fin de la Seconde Guerre mondiale dans le Pacifique. 

 

UNE GUERRE IDEOLOGIQUE

La Seconde Guerre mondiale est une guerre idéologique. En effet, les forces de l’Axe justifient leurs conquêtes au nom d’une vision raciste du monde. Ces dictatures sont aussi nationalistes et antisémites. Par ailleurs, la guerre, selon Hitler, doit permettre d’assurer l’espace vital du Reich allemand et donc la domination de la race aryenne sur l’Europe. Les Alliés, quant à eux, souhaitent défendre la démocratie, les droits de l’homme et les libertés. L’URSS cherche également à protéger le communisme et à l’étendre dans le reste de l’Europe. 

C’est également une guerre d’anéantissement : en effet, outre les militaires, les civils sont touchés par les attaques. Les bombardements allemands, notamment au Royaume-Uni, ont pour but de terroriser les populations. Les populations sont ainsi anéanties, comme les prisonniers, qui sont réduits en esclavage ou exécutés. Les armes nouvelles, mises au point grâce à la recherche scientifique font de plus en plus de dégâts.

L’exemple du siège de Léningrad est significatif de la volonté d’anéantissement. En effet, l’Allemagne souhaite supprimer la ville qui a donné naissance à la révolution bolchévique. Le siège est très long : en effet, il commence en 1941 et perdure jusqu’en janvier 1944. Pendant celui-ci, la majorité des victimes meurent d’épuisement ou de faim. 


 

L’IMPLICATION DES SOLDATS ET DES CIVILS

Lors de la Seconde Guerre mondiale, toutes les populations sont sollicitées pour l’effort de guerre. 87 millions de soldats sont mobilisés en tout, tandis que l’arrière travaille pour le front. Les pays mobilisent également leurs colonies, pour augmenter les effectifs de l’armée ou pour apporter une aide aux entreprises nationales. 

En effet, afin de fournir des armes sophistiquées, les civils, notamment les femmes, produisent en masse dans les usines, tandis que les scientifiques inventent de nouvelles armes. De plus, après la conquête d’un territoire, les populations sont soumises et les ressources sont pillées. Ainsi, elles sont obligées de participer à l’effort de guerre nazi et japonais. En France, le STO (Service du Travail Obligatoire) oblige les jeunes hommes à partir travailler pour les entreprises allemandes. 

Par ailleurs, les populations sont victimes de massacres, ou de bombardements, comme Londres, Hiroshima ou Nagasaki, mais également des sièges (Léningrad par exemple). Elles sont également soumises à des déplacements forcés. Des populations sont exterminées, comme les Juifs et les Tziganes. 

Les civils sont également impliqués dans le conflit : 

- Soit ils s‘engagent dans la Résistance dans les pays occupés par les Allemands et les Japonais. Ils s’opposent ainsi aux occupants mais également aux régimes de collaboration. Leur engagement patriote vise à défendre les valeurs démocratiques. Ils sont à l’origine de différentes actions, notamment des manifestations mais également de l’information ou des actions violentes comme des sabotages.

- Soit ils s’engagent dans la collaboration, soutenant ainsi la politique des nazis, par conviction ou bien par opportunisme.

Cependant, peu s’engagent dans la collaboration ou dans la résistance et la majorité de la population se plonge dans l’attentisme.

Le bilan de la guerre est lourd, du fait notamment de la modernisation des armements qui a couté des pertes considérables. 60 millions de personnes sont tuées, dont 35 millions en Europe ; 60% des victimes sont des civils. Les bombardements causent 1,2 million de victimes. Ce bilan est lourd notamment car des massacres en masse ont été exécutés par les forces de l’Axe et par les Soviétiques qui se vengent en libérant les territoires. 

 

LA PERSECUTION DES MINORITES

LA REPRESSION DES JUIFS ET DES TZIGANES

Le système de Terreur a pour objectif d’anéantir toute opposition. Les régimes totalitaires mettent en place des arrestations arbitraires, des exécutions d’otages, des déportations dans des camps de concentration : au début ce sont les opposants allemands au régime, puis les résistants.

Les populations minoritaires (les juifs, les tziganes, les homosexuels, les handicapés et les opposants politiques, …) sont progressivement exclues du peuple allemand par des lois raciales, comme les lois de Nuremberg en 1935. En effet, le régime nazi veut assurer la suprématie de la race aryenne et exterminer les races jugées inférieures. Ces lois poussent 500 000 Juifs à émigrer avant 1939.

Les Juifs et les Tziganes sont ensuite déportés dans des ghettos par les Allemands après l’invasion de la Pologne. La suppression des ghettos provoque la mort de 800 000 personnes.

Par ailleurs, à partir de 1940, les malades mentaux sont éliminés en Allemagne. 

Sur le front de l’Est, à partir de la fin du mois de juin 1941, les populations juives, les tziganes et les communistes sont exécutés par des groupes mobiles, les Einsatzgruppen, qui les fusillent après le passage de l’Armée allemande. Cette extermination par fusillade cause la mort de 2 millions de Juifs notamment. 

 

LE GENOCIDE

Au moment où les victoires de l’Axe sont moins nombreuses, que les Soviétiques résistent et que les Etats-Unis entrent en guerre, certains dirigeants nazis se réunissent lors de la conférence de Wannsee. Celle-ci planifie l’extermination des populations juives d’Europe dès 1942 : c’est la Solution finale, qui a pour but d’exécuter les juifs de façon industrielle. En effet, cette population est déportée dans des centres de mise à mort dès le début de l’année 1942. Les Tziganes, quant à eux, commencent à être déportés dans des centres de mise à mort à partir de 1943. Ces centres de mise à mort provoquent le décès de 3 millions de morts juifs et tziganes.

Auschwitz Birkenau, situé en Pologne, est un camp double : c’est à la fois un camp de concentration mais également le plus grand centre de mise à mort. Les déportés qui sont dirigés vers ce camp viennent de toute l’Europe. Ils sont emmenés à Auschwitz-Birkenau en train (d’ailleurs beaucoup meurent avant même d’avoir atteint le camp) et sont ensuite sélectionnés à leur arrivée entre valides, envoyés au travail forcé (hommes et femmes) et non valides (malades, enfants, vieillards) directement exterminés dans des chambres à gaz. Les corps sont ensuite brûlés dans des crématoires. Environ un million de personnes ont trouvé la mort dans ce camp, majoritairement des Juifs (environ 960 000), mais aussi 21 000 Tziganes et 75 000 Polonais non juifs. 

 

LA CONDAMNATION DES COUPABLES

Les camps sont libérés en 1945 par les troupes alliées : Auschwitz-Birkenau, par exemple, est libéré le 27 janvier 1945. Les anciens déportés témoignent de l’enfer des camps, comme Primo Levi dans son ouvrage Si c’est un homme, paru en Italie en 1947.

Le génocide des Juifs a provoqué la mort de 5 à 6 millions de Juifs, tandis que 240 000 Tziganes ont été exterminés en Europe.

Les dirigeants nazis sont jugés par les Alliés lors des procès de Nuremberg, qui se tiennent de 1945 à 1946. Le procès affirme la responsabilité personnelle de 22 dirigeants nazis, accusés de crime contre la paix et complot, crime de guerre et pour la première fois crime contre l’humanité. 

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Brevet le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Vous devez être membre de digiSchool Brevet

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?