La Vème République à l'épreuve de la durée - Histoire Géographie - Brevet des collèges

La Vème République à l'épreuve de la durée - Histoire Géographie - Brevet des collèges

digiSchool brevet vous propose ce cours d'histoire-géo sur la Vème République à l'épreuve de la durée.

Dans ce cours, vous allez découvrir la présidence du Général de Gaulle (1958-1969) : une nouvelle conception de la République et de la Démocratie. Puis, vous verrez en quoi l'exercice du pouvoir suscite des contestations. Pour terminer, le cours se finiera sur l'évolution de la société française.

Téléchargez gratuitement ce cours sur la Vème République à l'épreuve de la durée en histoire géographie 3ème

La Vème République à l'épreuve de la durée - Histoire Géographie - Brevet des collèges

Le contenu du document

 

PROBLEMATIQUE : Comment la Ve République, créée par De Gaulle et liée à son image, a-t-elle su s’enraciner et évoluer afin de répondre aux bouleversements de la société ?

 

CE QU’IL FAUT SAVOIR

 

  • Dates

 

1958-1969 : Les années de Gaulle

1981-1995 : Les années Mitterrand

1995-2007 : Les années Chirac

 

 

  • Notions et vocabulaire : 

 

Alternance : Expression employée en 1981 pour désigner l’arrivée de la gauche au pouvoir après 23 ans de gouvernement de droite. Plus généralement, le mot désigne le passage au pouvoir d’une tendance politique à une autre 

Cohabitation : Situation politique dans laquelle le président de la République et le Premier ministre appartiennent à des partis politiques opposés 

Contestation : Action de remettre en cause l’ordre social, politique, économique établi, et de critiquer les institutions existantes et l’idéologie dominante 

Gaullisme : Courant politique se réclamant des idées de De Gaulle.

Référendum : Consultation des citoyens sur un projet de loi. Les citoyens votent en répondant par oui ou par non à la question posée 

 

CE QU’IL FAUT SAVOIR FAIRE

 

  • Caractériser les grands choix politiques du Général de Gaulle.
  • Caractériser l’alternance sous la Ve République.
  • Caractériser l’évolution de l’immigration en France depuis 1945.
  • Décrire et expliquer un exemple d’adaptation législative à l’évolution de la société sous la Ve République.

 

 

 

LA PRESIDENCE DU GENERAL DE GAULLE (1958-1969) : UNE NOUVELLE CONCEPTION DE LA REPUBLIQUE ET DE LA DEMOCRATIE

 

La IVe République est un régime instable, qui ne parvient pas à résoudre la crise de la guerre d’Algérie. En 1958, le retour au pouvoir de De Gaulle provoque sa chute : en effet, il souhaite réformer les institutions afin d’accorder au pouvoir exécutif une large place. Il donne ainsi naissance à la Ve République en 1958.   

 

LA SUPREMATIE DU POUVOIR EXECUTIF

Les premières années de présidence du général de Gaulle sont marquées par l’affirmation de l’exécutif. Ainsi, en 1962, un référendum propose aux citoyens d’élire le président au suffrage universel direct : celui-ci est accepté majoritairement par la population. 

Le président De Gaulle cherche à établir un lien fort avec les Français : il utilise ainsi à de nombreuses reprises le référendum, mais également les bains de foule et se montre beaucoup à la télévision. 

Ce renforcement de l’exécutif est destiné à affirmer la puissance de l’Etat. 

 

A VOLONTE DE REAFFIRMER LA PUISSANCE FRANÇAISE

En effet, le général de Gaulle cherche à restaurer la puissance française

 

  • La gestion des affaires coloniales : le général de Gaulle propose un référendum sur l’autodétermination de l’Algérie. Celle-ci obtient son indépendance en 1962, grâce à la signature des accords d’Evian. Il achève également le processus de décolonisation française. 
  • La politique étrangère et d’indépendance nationale : la France se dote ainsi de l’arme nucléaire en 1964, De Gaulle retire la France du commandement de l’OTAN en 1966 afin que la France gagne son indépendance notamment vis-à-vis des Etats-Unis. Cependant, il participe à la construction européenne.
  • La poursuite de la modernisation de l’économie française sous l’impulsion forte de l’Etat : en effet, ce dernier favorise le lancement des programmes Concorde (1962) et Airbus (1967). 
  • La politique sociale et culturelle est marquée par une volonté de démocratisation de la culture et de l’école.

 

 

L’EXERCICE DU POUVOIR SUSCITE DES CONTESTATIONS

 

LES CONTESTATIONS DANS LA RUE : LA CRISE DE MAI 1968

La crise de Mai 1968 naît parmi le monde étudiant, qui reproche à De Gaulle un manque de libertés et un pouvoir trop personnel, et s’élargit ensuite au monde ouvrier, qui lance une grève nationale : ces derniers militent pour de meilleurs salaires notamment. Au départ crise sociale, la crise devient politique avec la paralyse du pays du fait l’incapacité du gouvernement à y remédier. Cependant, les Français, inquiets, confirme leur confiance envers le président : en effet, les élections législatives de juin sont remportées par de Gaulle.

Le Président propose un référendum sur la réforme du Sénat et la régionalisation en 1969 : alors que le « non » l’emporte, il décide de démissionner, estimant qu’il n’est plus assez représentatif des français. A la suite de sa démission, Georges Pompidou, son ancien premier ministre, devient président. A sa mort, en 1974, Valéry Giscard d’Estaing est élu. 

 

LA CONTESTATION DANS LES URNES : L’ALTERNANCE

Les populations montrent aussi leur contestation par le vote. Alors que la France subit encore les effets de la crise économique, un homme politique de gauche est pour la première fois élu en 1981 : il s’agit de la première alternance. Le président Mitterrand prend alors plusieurs mesures afin de réduire la pauvreté et le nombre de chômeurs, comme la 5e semaine de congés payés, la durée légale du travail à 39 heures au lieu de 40 heures, l’augmentation des prestations sociales, la retraite à 60 ans, ... Mais il prend également d’autres mesures sociales, notamment l’abolition de la peine de mort, la dépénalisation de l’homosexualité, la privatisation de TF1, … 

Cependant, les réformes économiques sont peu efficaces : en 1986, le président Mitterrand subit un revers électoral : les élections législatives aboutissent à une majorité de droite au sein de l’Assemblée Nationale. Le président est alors obligé de choisir son premier ministre dans la nouvelle majorité : il s’agit de Jacques Chirac, qui dirige la droite. Les pouvoirs du président sont réduits car le premier ministre conduit la politique du gouvernement. 

Deux autres cohabitations marquent le monde politique français, la première lors du deuxième mandat de Mitterrand, la deuxième lors du premier mandat de Jacques Chirac. Ce dernier, aidé de son premier ministre Lionel Jospin, propose alors aux français de diminuer le mandat présidentiel à 5 ans, afin de faire correspondre les mandats du président et de l’Assemblée nationale, évitant alors les cohabitations. 

 

L’EVOLUTION DE LA SOCIETE FRANÇAISE

 

L’IMMIGRATION LA TRANSFORME

La France est un pays d’immigration : de nos jours, un Français sur cinq a un grand-parent étranger. Avant la Seconde Guerre mondiale, ils viennent essentiellement d’Europe, notamment de Pologne. Pendant les Trente Glorieuses, notamment dans les années 1950 et 1960, le besoin de main d’œuvre pour reconstruire le pays a provoqué l’arrivée de nombreux migrants, venant notamment d’Europe et du Maghreb. Avec la crise économique provoquée par les chocs pétroliers, l’immigration est suspendue et le pays ferme ses frontières, à l’exception du regroupement familial. De nos jours, la France reste un pays d’accueil des migrants venant d’Afrique subsaharienne et d’Asie. Cependant, l’immigration suscite encore des débats, notamment au sujet de l’intégration des populations immigrées et provoque des réactions xénophobes et racistes. 

 

DES DEBATS LA TRAVERSENT : 

Plusieurs débats pouvaient être vus en cours comme : 

 

  • Les femmes et leurs droits : les femmes obtiennent le droit de vote en 1944 et l’utilisent pour la première fois en 1945. A partir des années 1970, elles conquièrent d’autres droits, dans la sphère privée (contraception, droit à l’IVG, autorité parentale conjointe, …) et dans la sphère publique (reconnaissance du principe de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, …). Cependant, malgré ces progrès, les inégalités persistent entre les hommes et les femmes. 
  • La construction européenne divise les partis mais également les forces politiques. Le dilemme entre l’élargissement de l’Europe (ouverture à de nouveaux Etats) et son approfondissement (renforcement des compétences de la CEE et de l’UE) ne cesse de poser question. C’est ainsi que les Français ont été sollicités trois fois par référendum afin de donner leur avis : en 1972 au sujet de l’intégration du Royaume-Uni, de l’Irlande, du Danemark et de la Norvège (qui a finalement renoncé à faire partie de la CEE), en 1992 pour le renforcement des institutions de l’UE et en 2005 au sujet de la Constitution européenne.   

 

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Brevet le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Vous devez être membre de digiSchool Brevet

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?