L'Europe de la Révolution Industrielle - Histoire Géographie - Quatrième

L'Europe de la Révolution Industrielle - Histoire Géographie - Quatrième

digiSchool Brevet met à votre disposition ce cours d'Histoire intitulé L'Europe de la Révolution Industrielle issu du thème L'Europe et le monde au XIXème siècle.

Dans un premier temps, vous verrez les bouleversements provoqués par la première révolution industrielle en Europe et en Amérique du Nord. Dans cette partie vous verrez sur quoi s'appuie la révolution industrielle et où elle est née. Dans un second temps, vous découvrirez les conséquences sociales de la révolution indutrielle, notamment l'augmentation du nombre de citadins et les différents acteurs de l'industrialisation.

Téléchargez ci-dessous cette leçon d'histoire géographie sur la Révolution Industrielle.

L'Europe de la Révolution Industrielle - Histoire Géographie - Quatrième

Le contenu du document


 

Introduction

Le XIXème siècle est marqué par le début de l’Age industriel, symbolisé par exemple par la Tour Eiffel. L’ampleur des transformations est telle qu’on parle de « Révolution industrielle ». 

Problématique : quels bouleversements l’industrialisation entraîne-t-elle, en Europe et en Amérique du Nord au XIXème siècle ?

L’industrialisation de l’Europe et de l’Amérique du Nord : un bouleversement technique et économique profond

Les révolutions industrielles : sur quoi reposent-t-elles ?

Les moteurs de la première Révolution industrielle

Schéma des secteurs en développement pendant la révolution industrielle

Où et quand les Révolutions industrielles se développent-elles ? 

Les industries textiles et métallurgiques se développent fortement ; les usines sont construites sur les gisements de charbon. Elles donnent naissance à de nouvelles régions industrielles appelées « pays noirs ».

A la fin du siècle, on découvre d’autres sources d’énergie : le pétrole et l’électricité : c’est le début de la seconde révolution industrielle.

Un nouveau système économique : le capitalisme

La construction d’une ligne de chemin de fer, d’une usine ou l’exploitation d’une mine nécessite un capital très important. 

Les emprunteurs peuvent emprunter aux banques qui se développent beaucoup au XIXème siècle. A partir de 1850, pour réunir des capitaux importants, ils fondent aussi parfois des sociétés par actions (ou sociétés anonymes) : le capital nécessaire à l’entreprise est divisé en de très nombreuses actions vendues à la bourse. 

Capital : l’argent et le matériel nécessaire pour fonder et faire fonctionner une entreprise. Le capitaliste est celui qui possède un capital important.

Action : c’est la part d’une entreprise vendue à la bourse et qui rapporte un bénéfice annuel à son détenteur.

Où naît la révolution industrielle ?

Les lieux de la première révolution industrielle sont l’usine et la mine. La Révolution industrielle est née au Royaume Uni puis elle gagne les autres pays d’Europe du nord-ouest France, Belgique, Pays Bas, Allemagne.

Vers 1900, les pays d’Europe du sud et de l’est sont touchés.

Carte des pays industrialisés à la fin du XIXème siècle

Quelles sont les conséquences sociales et idéologiques de l’industrialisation ? 

Plus de population et de citadins

En un siècle, la population d’Europe fait plus que doubler : elle passe de 190 millions en 1800 à 400 millions en 1900 ; et celle des Etats-Unis de 5.5 à 76 millions !!! Beaucoup d’Européens y ont émigré. 

Les paysans commencent à quitter les campagnes pour les villes où ils trouvent du travail dans l’industrie : c’est l’exode rural. La croissance urbaine profite aux capitales, aux villes industrielles, minières et portuaires. De nouveaux quartiers apparaissent, par exemple autour des gares (ex : Angers, quartier Saint Laud). En parallèle, la population rurale et agricole commence à diminuer partout en Europe. 

Les acteurs de l’industrialisation : bourgeoisie et prolétariat. 

L’industrialisation s’accompagne de l’essor de la bourgeoisie ; ceux-ci accordent beaucoup d’importance à l’argent. Ils habitent dans de beaux appartements, entourés de nombreux domestiques. Ils s’allient entre eux et cherchent à nouer des alliances politiques pour défendre leurs intérêts.

Les classes moyennes se développent également et cherchent à se différencier du monde ouvrier en s’élevant socialement par l’épargne et par l’instruction.

L’industrialisation entraîne l’augmentation du nombre d’ouvriers, ce sont les prolétaires. Ceux-ci ont des vies difficiles : leurs journées de travail sont très longues, les salaires faibles, les accidents du travail nombreux et à l’époque il n’existe pas de sécurité sociale.

A la fin du XIXème siècle, les conditions de travail des ouvriers s’améliorent : 

  • Une loi interdit le travail des enfants avant 13 ans en 1892 (et obligation scolaire, lois Ferry 1881-1882)
  • En 1900, une autre loi limite le temps de travail quotidien à 10 heures. 

 

C’est en partie par les grèves et par les syndicats que les ouvriers ont obtenu ces évolutions.  

Face à la question ouvrière : de nouvelles idéologies 

Au XIX è siècle, de nouvelles idéologies apparaissent. Le libéralisme est l’idéologie économique dominante : il faut laisser libre chacun pour qu’il entreprenne afin d’assurer la croissance économique.

D’autres s’indignent des inégalités entre patrons et ouvriers et veulent les réduire ce sont les socialistes. Karl Marx pense que le prolétariat doit s’emparer de l’état par une révolution et établir l’égalité entre tous.

D’autres socialistes sont réformistes et en 1905 jean Jaurès créé la SFIO afin de concilier les deux tendances.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Brevet le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Vous devez être membre de digiSchool Brevet

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?